1 Qu'a concrètement apporté Jess Thorup, votre entraîneur danois, depuis son embauche le 10 octobre ?
...

1 Qu'a concrètement apporté Jess Thorup, votre entraîneur danois, depuis son embauche le 10 octobre ? Indépendamment des résultats ( 17 sur 33, ndlr), j'ai découvert un très fin psychologue, qui adopte la bonne méthode et abat énormément de travail. Jess dégage beaucoup de dynamisme et fait bonne impression. L'équipe est ressuscitée depuis trois matches. Nous développons à nouveau un football dominant, conforme à notre philosophie. Nos supporters veulent du spectacle. Nous retrouvons notre style de jeu, ce qui incite le président et moi-même à appréhender la suite avec optimisme. Ça ne se traduit pas encore vraiment au classement mais nous sommes qualifiés pour le tour suivant de la coupe. Le reste suivra. Laissons Jess travailler. 2 Il doit être douloureux de voir le Croate Franko Andrijasevic, acheté l'été 2017 au HNK Rijeka pour la somme-record de 3,75 millions d'euros, être aussi peu performant ? Tant Yves Vanderhaeghe que Thorup estiment le médian trop peu solide. Ce qui veut dire que nous l'avons mal visionné. C'est aussi simple que ça. Et c'est une déception, surtout parce que le transfert a été appuyé par toutes les personnes qui avaient leur mot à dire dans le scouting, de l'entraîneur principal de l'époque jusqu'au manager sportif. Ça reste regrettable car ce garçon a certainement des qualités mais manifestement pas celles qui conviennent à notre équipe et peut-être pas non plus au football belge. Il le comprend. Nous cherchons ensemble une solution. 3 La vente du gardien Lovre Kalinic est un joli coup. Vous avez engagé l'international croate en janvier 2017 pour trois millions au Hajduk Split et vous venez de le revendre pour le double du prix à Aston Villa, en division deux anglaise. Êtes-vous satisfait ? Après la Coupe du monde, j'ai ressenti trop peu de motivation en Lovre. Gand ne représentait plus un défi pour lui. C'est la preuve que nous devions le vendre plus tôt. Il n'a pas insisté en été car il est un gentleman mais nous devions lui offrir cette chance. Nous avons convenu avec Dylan Bronn et son management qu'il ne partirait pas maintenant. Un joueur doit rester ici au moins deux années complètes. Dylan le comprend. 4 En coupe, vous allez affronter Ostende à deux reprises fin janvier. Maintenant que le dernier ténor, Genk, est éliminé de cette épreuve, la route du Heysel et éventuellement d'un billet européen est à portée de main. Devez-vous mettre l'équipe en garde contre un excès d'optimisme ou d'euphorie ? Pas pour le moment. L'équipe a affiché la bonne concentration et beaucoup de motivation contre le Beerschot Wilrijk et le STVV. La coupe reste notre objectif cette saison, en plus des PO1, à l'issue des trente journées du championnat régulier. Les joueurs doivent donc gérer la pression. Elle est inhérente à un grand club. 5 Redoutez-vous les conséquences du scandale ? Et allez-vous tenir votre résolution d'arrêter en 2020 ? Il n'est pas mauvais de secouer le cocotier de temps en temps. On se focalise trop sur les managers, même s'il y a eu des dérapages. Il faut mettre un terme à cette prolifération. Mais il y a aussi le précompte, les cotisations sociales... Gantoise ne craint rien. Nous avons transmis tous les documents demandés et n'avons plus rien entendu depuis. Je ne veux pas continuer à mon rythme actuel. À l'heure où vous m'interrogez, nous sommes le 27 décembre et un homme de 65 ans n'a plus rien à faire au bureau. Je n'ai plus non plus envie de travailler 40 week-ends par an. En 2020, j'aurai trente ans de métier. Je transmettrai mes responsabilités opérationnelles. Si ma santé me le permet encore, je me rendrai utile au club. Je me mettrai à sa disposition. Nous avons un nouveau manager sportif, Peter Verbeke. On verra ce que l'avenir nous apportera et si le club veut encore de moi.