07:00

Quand je me couche après minuit, voire plus tard, je me lève une demi-heure plus tard mais en principe, c'est toujours vers 7 heures, avec un quart d'heure académique. Hier soir, j'ai assisté à notre réunion hebdomadaire, avec le président Ivan De Witte, le coordinateur sportif Gunther Schepens et l'entraîneur Hein Vanhaezebrouck. A 22 heures, j'étais à la maison et j'ai pu regarder la fin du passionnant match de Coupe entre le Club Bruges et le FC Malines. J'ai ensuite bu un thé pour bien dormir.
...

Quand je me couche après minuit, voire plus tard, je me lève une demi-heure plus tard mais en principe, c'est toujours vers 7 heures, avec un quart d'heure académique. Hier soir, j'ai assisté à notre réunion hebdomadaire, avec le président Ivan De Witte, le coordinateur sportif Gunther Schepens et l'entraîneur Hein Vanhaezebrouck. A 22 heures, j'étais à la maison et j'ai pu regarder la fin du passionnant match de Coupe entre le Club Bruges et le FC Malines. J'ai ensuite bu un thé pour bien dormir. Je ne lis que les pages sportives des quotidiens De Gentenaar et Het Laatste Nieuws. Depuis 25 ans, je prends le même déjeuner, des fruits, parce que je dîne parfois jusqu'à deux fois par jour au restaurant. C'est donc un choix délibéré. Cette fois, c'est une poire, deux mandarines et des raisins, avec de l'eau et un Benecol pour le cholestérol. Jamais de café, seulement un déca après le repas de midi. Départ pour la Ghelamco Arena, où j'arrive à 8.40 heures. Première tâche, contacter le directeur financier. Nous avons les chiffres de l'ASBL. Nous comparons le budget avec l'exploitation réalisée. La réunion dure une demi-heure. Un rapide bonjour à Jean-Claude Verbist, l'ex-manager de La Louvière qui nous a amené Yassine El Ghanassy jadis. Il vient chercher des billets pour le prochain match au sommet contre le Club Bruges. Réunion avec le groupe serbe, qui comprend l'ancien joueur Darko Anic, qui entoure le médian défensif serbe Marko Poletanovic, un joueur de 21 ans du FK Vojvodina. Il en est déjà le capitaine et les négociations ont été entamées depuis un certain temps. Les négociations avec les Balkans traînent toujours un peu plus, qu'il s'agisse du club ou du joueur. J'ai donc inséré plusieurs breaks. Je fais connaissance avec le CEO d'Alken-Maes dans l'Office Box. Je n'avais encore jamais eu l'occasion d'échanger des idées avec lui. L'entretien est intéressant. J'opte pour des pâtes au thon au restaurant de notre Ghelamco Arena. Après le dîner, l'échevin du Sport de Gand, Resul Tapmaz, m'a demandé s'aller voir une installation de sport et de football. La discussion avec les quatre Serbes reprend. C'est inhérent à leur culture. Le café et le dîner leur ont manifestement fait du bien. Nous n'avons plus qu'à régler la commission des managers. Nous concluons l'affaire et annonçons le transfert sur notre site. Accueil de la délégation de Lokeren. Huit personnes maximum, comme les clubs pros en ont convenu. Cela se passe dans la salle de direction, au troisième niveau. Le président s'est joint à nous pour un dîner de bonne qualité. Nous avons déjà remarqué que tout le monde aimait nous rendre visite. Je ne vais plus dans le vestiaire car Hein est capable de faire monter l'adrénaline tout seul. Je continue à descendre au vestiaire après le match, en revanche, en compagnie du président. Je prends place dans la tribune. Les directions sont délibérément séparées : Lokeren au deuxième rang, nous tout au-dessus. Ce sera donc Anderlecht en demi-finale de la Coupe, notre bête noire ces dernières années. Nous offrons un café ou un verre de vin à la délégation waeslandienne puis je reviens brièvement sur la soirée avec le président, qui apprécie ces évaluations. Retour à la maison. Je consulte le télétexte au cas où il se serait passé quelque chose. Ma femme a enregistré les images du match, que je reverrai le lendemain. PAR FRÉDÉRIC VANHEULE