Qu'ont en commun Ludovic Butelle (ex-Club Bruges), Kalidou Koulibaly (ex-KRC Genk) et Sadio Mané (Liverpool) ? Ils ont tous trois été formés par le FC Metz. Miralem Pjanic (Juventus) et Emmanuel Adebayor (Basaksehir) ont également fait leurs gammes sur les rives de la Moselle. Le club a depuis longtemps bonne réputation en matière de formation des jeunes : c'est là que les internationaux ...

Qu'ont en commun Ludovic Butelle (ex-Club Bruges), Kalidou Koulibaly (ex-KRC Genk) et Sadio Mané (Liverpool) ? Ils ont tous trois été formés par le FC Metz. Miralem Pjanic (Juventus) et Emmanuel Adebayor (Basaksehir) ont également fait leurs gammes sur les rives de la Moselle. Le club a depuis longtemps bonne réputation en matière de formation des jeunes : c'est là que les internationaux Patrick Battiston, Luc Sonor et Robert Pirès ont lancé leur carrière. Selon le dernier classement de la fédération française, le FC Metz a le sixième meilleur centre de formation du pays. Ismaïla Sarr en est le dernier produit. Il a été vendu à Rennes pour 17 millions la saison passée. Le stade Saint-Symphorien n'a donc profité du médian sénégalais de 19 ans qu'une seule saison. C'est un phénomène récurrent : le club forme des joueurs qu'il doit rapidement laisser partir. Cela se reflète actuellement sur son classement : les Messins sont derniers, à sept unités d'Angers. Le vice-président Carlo Molinari estime que les Grenats ne seraient pas dans cet état s'il pouvait se lier ses meilleurs jeunes plus longtemps mais Philippe Gaillot, le bras droit du directeur général, est clair dans les colonnes de L'Équipe : " Il est difficile de conserver les jeunes. Les offres affluent plus vite qu'avant et les montants sont plus élevés. L'absence de prestations sportives joue également un rôle. Quand on évolue en Ligue 2 ou qu'on est mal classé en Ligue 1, on est obligé de vendre pour garder la tête hors de l'eau. " A chaque mercato, le FC Metz doit donc reformer une équipe pour compenser le départ de ses meilleurs éléments. La preuve avec l'embrigadement récent de Danijel Milicevic, après avoir acté celui de Matthieu Dossevi l'été passé. " Nous ne pouvons pas nous permettre la moindre erreur dans nos transferts entrants ", raconte Molinari. Dans le courant de ce mois-ci, Metz devra encore sonder tant et plus le marché pour tenter de sauver sa saison.