A Maubeuge, à quelques encablures de la Belgique, on parlait déjà d'un joueur de Mons, Mohammed Dahmane, originaire de cette cité frontalière. Désormais, on devra apprendre à connaître trois autres Dragons car depuis le début de la saison, le médian Gilles Colin (22 ans), le médian/défenseur Laurent Gomez (22 ans) et le défenseur Michaël Wiggers (26 ans) ont emménagé ensemble, dans une tour appelée Cité Hollande.
...

A Maubeuge, à quelques encablures de la Belgique, on parlait déjà d'un joueur de Mons, Mohammed Dahmane, originaire de cette cité frontalière. Désormais, on devra apprendre à connaître trois autres Dragons car depuis le début de la saison, le médian Gilles Colin (22 ans), le médian/défenseur Laurent Gomez (22 ans) et le défenseur Michaël Wiggers (26 ans) ont emménagé ensemble, dans une tour appelée Cité Hollande. Dans leur appartement, chacun vit à son rythme. Gomez n'a pas encore eu la chance de goûter aux joies de la D1, malgré son statut de titulaire en D2 ; Gilles Colin a débuté le championnat dans le onze de base avant de retrouver le banc lors de sa période d'examens - il est en deuxième licence en physique à Liège. Depuis lors, il doit se contenter de bribes de matches. Quant à Wiggers, arrivé de Zulte Waregem, il a commencé le championnat à un poste d'arrière droit, peu habituel pour lui. Il reste sur 12 matches à cette position. L'interview débute avec Gomez et Colin, privés d'entraînement car ils disputent le soir même le match des Réserves. Wiggers arrive 20 minutes plus tard. Gilles Colin : Cela fait dix ans que je connais Laurent Gomez car on a fait toutes nos classes ensemble au Standard. Il nous fallait quelque chose dans la région car on venait de Liège et que dans mon contrat, il est stipulé que l'on doit habiter à 25 kilomètres ou 20 minutes du stade Tondreau. Le club m'a fourni un appartement mais j'avais entendu que Laurent et Mike cherchaient aussi quelque chose et je leur ai dit que j'étais partant. Laurent Gomez : Via Momo Dahmane, on a trouvé cet appartement. C'est moi qui me suis occupé de tous les papiers administratifs. Colin : On s'organise et chacun effectue toutes les tâches. Gomez : Je m'occupe des factures mais sinon, tout le monde participe. Nous sommes trois débrouillards. Colin : On n'est pas du genre à compter le nombre de fois qu'on se tape la vaisselle... Gomez : La seule chose que je n'ai pas encore faite, c'est la cuisine. Ce sont les deux autres qui s'en chargent mais c'est Gilles qui cuisine le mieux. Wiggers débarque : Ils vous ont dit que c'est moi qui cuisinais ? Colin : Laurent a balancé et a avoué que je faisais le mieux la cuisine. Wiggers (surpris) : C'est simplement parce qu'ils n'aiment pas la cuisine relevée ! Colin : C'est vrai que je me souviens encore de tes piments. Wiggers : Vous auriez dû voir la tête de Gilles. Il était tout rouge. Wiggers : Parfois, il y a des petites disputes... Colin : ... quand je gagne à la belote. Sinon, depuis que Mike est titulaire, il nous parle différemment mais on ne lui en tient pas rigueur ( il rit). Gomez : Sur le terrain, comme on ne joue pas à la même place, on n'est pas vraiment concurrent. La différence de statut ne pèse donc pas. Au contraire, on souhaite toujours le meilleur à Mike quand il est aligné... Wiggers :... que je marque contre mon camp, par exemple. Je ne sais pas si vous avez remarqué mais ils sont souvent à deux contre moi. Ils n'hésitent pas à me charrier. Wiggers : La mentalité des gens est différente. A Waregem, j'étais blessé et il y avait aussi la barrière de la langue. A Mons, j'ai trouvé mes marques dans les vestiaires. Je joue bien car je me sens bien. Colin : Tu joues tout court. Wiggers : Ce n'est pas ce que disent les statistiques de ton père. Colin : C'est vrai que tu as effectué un super début de saison mais avoue que tu n'y es plus depuis trois matches. Gomez : si mais... Wiggers :... il est toujours là à l'entraînement. Colin : C'est vrai que c'est rare qu'il perde à l'entraînement. Wiggers : C'est dommage que ton père ne prenne pas les statistiques des entraînements. Gomez : Car je suis le roi des entraînements. Colin : Dans la mesure du possible, on essaye d'être ici entre mecs. Evidemment, il arrive qu'une des copines dorme ici si, par exemple, elle a assisté au match. Mais sinon, on veut rester entre mecs. Gomez : C'est quand même mieux. A trois, ça va mais si on se retrouvait à six dans cet appartement, ce ne serait pas gérable. Wiggers : On est ici pour penser au football et pour se reposer, c'est mieux comme cela. Si je veux voir ma copine, je vais à Mons et eux à Liège. Colin : Notre voisine est géniale. On peut lui demander ce qu'on veut. Gomez : A part cela, les contacts sont assez rares. Je ne pense pas que nos voisins savent ou comprendraient que l'on vit du football. Ici, quand on parle foot, on pense Ligue 1... Colin : ... ou alors on évoque Dahmane car c'est sa région. Gomez : Quand personne ne veut faire à manger, on va à Mons. Car ici, point de vue vie nocturne, il n'y a pas grand-chose. Quand on est à trois, on fait souvent des trucs ensemble comme des jeux de société ou alors on tape la carte. Colin : Je n'aime pas trop sortir. Je préfère aller voir un concert de musique médiévale. Les personnes qui vont voir cela s'habillent souvent en noir. C'est assez proche du gothique. Moi aussi, je mets un t-shirt noir mais cela s'arrête là. Gomez : J'ai vu récemment un reportage sur les gothiques et j'ai immédiatement envoyé un message à Gilles. Moi, j'écoute de tout... sauf la musique de Gilles. Wiggers :... et je ne vous raconte pas quand on doit se la taper pendant tout le trajet quand on retourne à Liège. On aimerait lui changer de look mais il ne veut pas. STÉPHANE VANDE VELDE