Présenté par beaucoup comme le transfert de l'année, l'été passé, Mbo Mpenza (28 ans) n'a pas défrayé la chronique sportive depuis son passage de Mouscron à Anderlecht. L'aîné des frères n'a, il est vrai, guère été aidé par les événements. D'un côté, le Sporting a bafouillé comme jamais, durant tout ce temps, son football. D'autre part, le principal intéressé a rarement été aligné à sa place favorite d'attaquant. Mais ces circonstances atténuantes suffisent-elles à expliquer sa discrétion, faite de 5 buts et 3 assists actuellement ?
...

Présenté par beaucoup comme le transfert de l'année, l'été passé, Mbo Mpenza (28 ans) n'a pas défrayé la chronique sportive depuis son passage de Mouscron à Anderlecht. L'aîné des frères n'a, il est vrai, guère été aidé par les événements. D'un côté, le Sporting a bafouillé comme jamais, durant tout ce temps, son football. D'autre part, le principal intéressé a rarement été aligné à sa place favorite d'attaquant. Mais ces circonstances atténuantes suffisent-elles à expliquer sa discrétion, faite de 5 buts et 3 assists actuellement ? Ces questions, et bien d'autres, nous aurions aimé les lui soumettre. Mais toutes nos demandes en la matière se sont toujours heurtées à une fin de non-recevoir. Non pas que Mbo ait subitement attrapé la grosse tête. Au contraire, il est resté le garçon sympa et courtois qu'il n'a jamais cessé d'être à Mouscron, au Standard et lors de ses expériences au Portugal ainsi qu'en Turquie. Sa réticence est toujours motivée par la crainte de voir ses paroles dépasser son entendement. " J'ai peur de dire des bêtises ", s'excuse-t-il. A défaut, nous nous sommes tournés vers un certain nombre de personnes qui le connaissent bien. S'il y a un dénominateur commun à toutes leurs interventions, c'est que le meilleur Mbo doit encore venir. Et en premier lieu au RSCA, car il ne pourrait supporter l'idée d'être qualifié un jour de transfert raté dans un club qui lui a toujours tenu à c£ur. Franky Vercauteren (entraîneur à Anderlecht) : " Mbo possède le potentiel requis mais n'est toujours pas parvenu à l'exprimer. Il peut évidemment faire valoir des circonstances atténuantes comme d'avoir été trimballé d'une place à l'autre depuis le début de la saison. Mais s'il n'a pas réussi à s'imposer aux avant-postes, le secteur qui recueille le plus ses faveurs, c'est parce qu'il n'a pas su dégommer ceux qui entraient en concurrence avec lui. Si j'ai privilégié le duo Aruna Dindane-Nenad Jestrovic depuis que j'ai repris en mains les rênes de l'équipe fanion, c'est parce que le premier cité est le plus indiqué pour entreprendre une action et le deuxième le plus apte à la conclure. Par les temps qui courent, du moins. Il n'est pas interdit de penser que Mbo retrouvera ses meilleures sensations dans un proche avenir, avec une titularisation d'entrée de jeu comme conséquence. Ce qui est sûr, c'est qu'il nous rendra de précieux services un jour. Quant à savoir quand, cette question est de son ressort. La balle est dans son camp ". Christophe Grégoire (ex-coéquipier à Mouscron et partenaire au RSCA) : " Mbo n'a pas fondamentalement changé, d'un club à l'autre, si ce n'est que je le sens malgré tout un peu plus tracassé qu'à l'époque. Cette attitude se comprend car il a évidemment conscience de ne pas encore avoir apposé sa griffe comme il l'aurait espéré au Sporting. En dépit du fait qu'il connaissait pas mal de monde au Parc Astrid, je pense qu'il a quand même été surpris par le contexte qu'il a découvert chez les Mauves. Au moment où je l'ai moi-même contacté avant de me lier au RSCA, ses paroles étaient d'ailleurs un peu mitigées. Certes, il m'encourageait à franchir le pas, attestant que j'aboutissais vraiment dans un tout grand club. Mais il tenait à me mettre en garde aussi concernant l'atmosphère moins conviviale qui y régnait par rapport à Mouscron. D'après moi, ce n'est pas tant le football lui-même que ses à-côtés qui posent toujours problème à Mbo actuellement. D'une ambiance feutrée, il est passé à un entourage surmédiatisé où les moindres faits et gestes sont décortiqués et balancés sur la place publique. Au Canonnier, il lui est arrivé aussi, quelquefois, de passer à côté de son sujet. Mais personne n'y trouvait à redire. Ici, en revanche, tout est amplifié. Surtout quand c'est négatif. Mbo doit encore s'habituer à cette situation particulière, et évacuer la pression qu'il véhicule depuis le début de la saison. Dès qu'il aura retrouvé l'harmonie, je suis certain qu'il fera l'unanimité ". Alex Czerniatynski (ex-attaquant du RSCA) : " C'est une question typiquement belge. Il y a huit mois, son passage chez les champions de Belgique était considéré comme un coup dans le mille et voilà qu'aujourd'hui, sous prétexte qu'il ne s'est pas encore montré sous son meilleur jour, certains lui cherchent des poux dans la tête. Ceux-là avancent subitement que Mbo n'a guère été plus heureux dans les grands clubs où il a milité auparavant à l'étranger û le Sporting du Portugal et Galatasaray û ou encore que son premier but sous la casaque des Diables Rouges se fait toujours attendre. Que je sache, Luc Nilis a dû patienter pas mal d'années aussi avant de trouver l'ouverture avec l'équipe nationale. N'avait-il pas le niveau pour autant ? Je crois qu'à Anderlecht d'abord, puis au PSV, il a prouvé largement le contraire. Et, pour moi, ce raisonnement est également d'application à l'aîné des Mpenza. Moi-même, j'ai mis un an pour digérer mon passage d'un cercle moyen, comme l'Antwerp, au RSCA. Et je me demande dans quelle mesure ce laps de temps ne sera pas nécessaire à Mbo pour trouver ses marques au Parc Astrid. D'aucuns diront que j'étais plus jeune et que je ne pouvais pas tabler comme lui sur deux expériences hors frontières mais je ne suis pas de cet avis. Il ne faut pas oublier que tant à Lisbonne qu'à Istanbul, le joueur s'est retrouvé dans un contexte tout à fait différent. Là-bas, il ne comprenait pas un traître mot de tout ce qui se disait à son propos. Ici, il se rend compte tous les jours, à travers commentaires et lectures, qu'il n'a pas encore répondu à l'attente et je suis intimement convaincu que cela mine son moral et indirectement son jeu. La meilleure chose qu'il ait à faire, c'est de prendre exemple sur Aruna Dindane. L'Ivoirien s'est forgé au fil des ans une carapace imperméable aux critiques. Même s'il doit subir la bronca de la foule, il ne se laisse pas influencer et continue à dribbler. Mbo, dans le même cas de figure, a tendance à dépouiller son jeu à l'extrême et à penser en termes collectifs au lieu d'individuels. Or, il a été embrigadé pour ses capacités à faire la différence et les fans anderlechtois attendent précisément de le voir sous cette identité-là. Le jour où il fera ce vide autour de lui, il sera parti pour de bon et plus rien ne pourra l'arrêter. Permettez-moi de rire, en tout cas, quand j'entends parler de lui comme d'un transfert raté. C'est peut-être valable pour Fabrice Ehret, qui n'a manifestement pas l'étoffe, mais sûrement pas pour Mbo qui éclatera tôt ou tard sous le maillot du Sporting ". Georges Leekens (ex-entraîneur à Mouscron et ex-sélectionneur) : " Oui et non. Oui, dans la mesure où, toutes proportions gardées, ils présentent des profils plus ou moins similaires. Comme ils sont davantage des remiseurs que des véritables buteurs, je peux comprendre que leur association ne constitue pas la panacée en matière de percussion. Mais il suffit de coupler l'un ou l'autre, voire les deux, à un réalisateur de la trempe de Nenad Jestrovic pour que cette symbiose soit synonyme de succès. A l'Excelsior, il n'en était pas allé autrement puisque j'ai tour à tour utilisé Mbo dans un 4-4-2 où il officiait au côté de Luigi Pieroni ou dans un 4-3-3 au sein duquel l'attaque était complétée par Marcin Zewlakow. Dans un cas de figure comme dans l'autre, Mbo a toujours été pleinement performant. Aussi, si cette réalité-là devait être transposée à Anderlecht, avec les deux internationaux belge et ivoirien entourant le puncheur serbe, je suis persuadé que le Sporting et le joueur lui-même feraient pas mal de dégâts. Reste qu'avec Christian Wilhelmsson et Christophe Grégoire, le RSCA dispose encore de deux autres footballeurs portés prioritairement vers l'offensive, sans oublier un dernier larron en la personne de Pär Zetterberg. Dans ces conditions, et pour une pure question d'équilibre, il est logique que des choix s'imposent et Mbo, ainsi que Christophe, l'ont déjà vérifié à leurs dépens depuis leur arrivée au Parc Astrid. Personnellement, je ne trouve pas qu'au niveau qualitatif la différence ait été très grande cette saison entre Aruna Dindane et mon ancien joueur. L'Ivoirien présente toutefois l'avantage de mieux connaître ses coéquipiers et, en particulier, Jestrogoal quand celui-ci opère à côté de lui. C'est quand même un atout car il ne faut pas oublier que plus un joueur occupe une position avancée sur le terrain, plus son imbrication est difficile. A l'attaque, le facteur rapidité û aussi bien au niveau de la pensée que de l'action û est beaucoup plus pointu que dans les autres secteurs. C'est pourquoi je ne suis pas surpris qu'un Grégoire ait déjà plus ou moins trouvé ses marques alors que Mbo se tâte toujours quelque peu dans sa zone. Mais je ne doute pas un seul instant que lui aussi éclatera. Tôt ou tard, il fera la différence ". Robert Waseige (ex-coach fédéral) : " Mbo répète à qui veut l'entendre qu'il est un avant et rien d'autre. Pour moi, c'est un all rounder qui s'ignore. Sa palette est plus riche qu'il ne le croit. Le tout, avec Mbo, est de lui faire prendre pleinement conscience du rôle très précieux qu'il peut jouer dans tel ou tel contexte sur le terrain. S'il en est intimement convaincu, c'est un garçon qui peut se débrouiller avec un égal bonheur dans toutes les attributions offensives. Pour moi, sa meilleure place est étroitement liée à son état d'esprit. Lors du dernier Mondial, je lui ai fait comprendre qu'il avait une tâche précieuse à remplir à droite en raison de l'inclination offensive de Roberto Carlos. Résultat des courses : non seulement Mbo a exploité parfaitement l'espace que le back gauche brésilien libérait constamment mais, de surcroît, il a limité ses incursions en deuxième période par crainte de son adversaire. C'est peut-être le plus bel hommage dont Mbo ait jamais été gratifié sur un terrain. Dans le même ordre d'idées, je l'ai trouvé extrêmement percutant à gauche lors du dernier sommet au Parc Astrid entre le RSCA et le Club Bruges. Quand, au prix d'une de ces accélérations dont il a le secret, il peut déposer son garde-chiourme sur place avant de rentrer dans le jeu et frapper de son bon pied, bien peu sont à son aune en Belgique. A la limite, je me demande même s'il n'est pas plus à l'aise dans cette fonction-là, avec la possibilité de partir et de tirer de loin, que dans un contexte où tout est plus ramassé et compact. Aux avant-postes, je le sens davantage à son aise comme soutien que dans une position plus avancée. A l'extrême pointe de l'attaque, il lui manque sans doute l'instinct du tueur qui est, par exemple, la marque de fabrique de Nenad Jestrovic. Mais en tant que précieux acolyte, chargé de mettre un compère sur orbite, il fait remarquablement l'affaire. Tout comme dans d'autres spécificités, plus reculées sur l'échiquier. Encore faut-il pouvoir l'en convaincre, évidemment ". Laurent Denis (avocat et ami) : " Mbo n'a jamais dit qu'il désirait à tout prix quitter le Sporting mais c'est vrai qu'il s'est posé des questions, à un moment donné, sur son avenir au Parc Astrid. Une attitude aisément compréhensible dans la mesure où à l'encontre de ce qui avait été convenu entre les parties lors de la signature de son transfert, il n'a que trop rarement pu évoluer à son poste de prédilection au sein de la ligne d'attaque. Au cours du premier volet de la compétition, il a le plus souvent fait office de bouche-trou, aussi bien sur le flanc gauche qu'à l'aile droite, pour pallier les absences ou les insuffisances des Martin Kolar, Fabrice Ehret, Goran Lovre et j'en passe. A 28 ans, et compte tenu des qualités qu'il a affichées par le passé, il me paraît logique qu'il s'attendait à une autre tournure des événements. D'aucuns prétendent que la présence d'Aruna Dindane aura été une entrave à son essor. Ce n'est nullement mon avis, ni celui de mon protégé. Dès le départ, Mbo avait d'ailleurs été très clair à ce sujet en précisant que son arrivée au RSCA n'était nullement dépendante du sort de l'Ivoirien. Au contraire, Mbo se réjouissait à l'idée de jouer avec lui. Si l'on peut nourrir certains doutes quant à leur complémentarité réelle, je n'en suis pas moins d'avis qu'une ligne d'attaque à trois, avec Nenad Jestrovic en plus, voire une redistribution des rôles pour l'ancien Soulier d'Or, qui n'a pas la même étiquette de buteur que Mbo, aurait été susceptible de contenter tout un chacun. En lieu et place, je constate que les changements continuels opérés sur tout le front de l'attaque n'ont ni porté pleinement leurs fruits ni enthousiasmé grand monde. Et Mbo en particulier. Malgré une offre concrète de Southampton, et l'attrait que représente la Premier League aux yeux du joueur, celui-ci a tout à fait compris que le RSCA, par l'entremise d' Herman Van Holsbeeck n'ait pas voulu entendre parler d'une vente ou même d'un prêt à l'heure où l'avenir d'Aruna Dindane ainsi que celui de l'entraîneur Hugo Broos étaient toujours entourés d'un énorme point d'interrogation. A présent que la donne a changé à la tête de l'équipe, Mbo espère une modification pour lui aussi. S'il n'a pas encore fait partie des plans de bataille du nouveau coach, il y a déjà eu amélioration puisque chaque fois qu'il a été appelé au jeu, c'était dans un registre d'attaquant et non de milieu offensif. Compte tenu de la suspension prochaine d'Aruna, Mbo devrait logiquement faire figure de priorité au côté de Nenad Jestrovic. Avec ce crédit, je me fais fort qu'il éprouvera sous peu les mêmes sensations qu'à Mouscron où, la saison passée, il s'était érigé en un allié des plus précieux pour Luigi Pieroni, un buteur de la même trempe que Nenad Jestrovic. Laissons donc encore un peu de temps au temps. On découvrira alors le véritable Mbo ". Bruno Govers" SA MEILLEURE PLACE dépend de son état d'esprit " (Robert Waseige) " Il a LE POTENTIEL mais ne l'a pas encore exprimé " (Franky Vercauteren)