Quatre fois mouche en cent minutes, Mbo butte et ça me botte! Quoique les capacités physiques d' Emile soient réellement phénoménales, Mbo ne méritait pas à ce point de se muer en parent pauvre (façon de parler!) du frangin. J'ai beau considérer globalement la polyvalence comme un atout, le fait que Mbo soit également bon sur le flanc droit n'a pas servi son plan de carrière, alors qu'il était peut-être au départ plus performant qu'Emile en zone de conclusion: je serais d'ailleurs curieux de pouvoir comparer leurs statistiques belges à ce sujet, jusqu'à leur départ de Sclessin.
...

Quatre fois mouche en cent minutes, Mbo butte et ça me botte! Quoique les capacités physiques d' Emile soient réellement phénoménales, Mbo ne méritait pas à ce point de se muer en parent pauvre (façon de parler!) du frangin. J'ai beau considérer globalement la polyvalence comme un atout, le fait que Mbo soit également bon sur le flanc droit n'a pas servi son plan de carrière, alors qu'il était peut-être au départ plus performant qu'Emile en zone de conclusion: je serais d'ailleurs curieux de pouvoir comparer leurs statistiques belges à ce sujet, jusqu'à leur départ de Sclessin. Pour le moment, Mbo se pose deux questions. Un : -M'a-t-on mal jugé ailleurs ou le niveau belge est-il à ce point moindre? Deux : -Dois-je revendiquer une place de titulaire à Mouscron ou commencer chaque fois peinard sur le banc, c'est si cool: je rentre frais quand l'adversaire pompe, je double-score chaque fois, et je me rends ainsi super-indispensable en tant que super-mega-joker en juin au Japon. Joli programme. Il y a ceux qu'on paie, pas toujours assez, parce qu'ils jouent tous les matches et les gagnent souvent. Et il y a ceux qu'on paie, souvent davantage, parce qu'ils amènent du spectacle lorsqu'ils jouent certains matches, et même s'ils les perdent. Didier Ernst fait partie des premiers, et je fais partie du Comité de Défense des premiers. Si le but du match de foot n'est pas la gagne, qu'on prenne chacun son ballon pour aller pogoter sur les pistes de danse! Bref, de même que Jacquet disait qu'il couchait son 11 sur papier en écrivant le nom Deschamps puis en se demandant ce qu'il allait mettre autour, de même Ernst est-il la première pierre du bonheur potentiel à Sclessin. Et si Sclessin préfère rester de bois, le rival mauve a bien raison d'envisager victoires et bonheur avec "Didjé"! C'est le petit doigt d' Anthuenis qui me le dit, Ernst ferait son trou là-bas, quitte à déporter Crasson ou Vanderhaeghe au libero, quitte à détrôner Baseggio. Ernst presse haut et bas comme pas deux, Ernst appelle par surprise dans la profondeur comme peu de demis récupérateurs savent le faire, sans compter qu'Ernst peut être aussi performant que Deflandrehimself au back droit. Et ne me faites pas dire que je suis supporter, je ne fais qu'exprimer mon objectivité... Les pros en Belgique, c'est dingue. Cette fois, on ne va pas citer de noms, ça nous changera, mais c'est dingue. En début de saison dernière, j'ai lu qu'un club de D1 avait recommencé plus tard que les autres parce qu'on attendait le retour de vacances de son entraîneur. Au début de cette saison, il y a un coach qui a laissé un match de son club se jouer le jour du mariage de sa fille, ou qui a laissé sa fille se faire baguedoigter le jour où son club jouait: le résultat est kif, le coach a brossé (ha! ha! ha!) le match en question.Chaque saison à la trêve, de pauvres petits pros déracinés retournent dire bonjour à papa et maman, et tu apprends qu'on est sans nouvelles d'eux, ou qu'ils sont bloqués dans un aéoroport, ou que papa est tombé grave malade pile-poil quand il a revu le fiston. Bref, le mec se ramène en retard pour la reprise des entraînements, et y'en a même parfois qui ne se ramènent jamais. Il y a quelques jours, un gars fraîchement débarqué en Belgique n'a pas jugé nécessaire d'écourter ses vacances de Noël aux Iles Maurice pour respecter le programme de reprise: ses vacances avaient été programmées avant son transfert! C'est petit.Tout cela pour conclure que, curieusement, dans nos petits clubs, quand un mec se débine comme ça et que certains autres râlent, le prétendu lâcheur prêche pour sa chapelle en hurlant : -Hé! Ho! On'est pas des pros! Et tout cela pour ajouter que, dans nos petits clubs encore, y'a parfois des mecs qui sont sur le terrain le lendemain de leur propre mariage quitte à hypothéquer leur nuit de noces, ou le jour-même de la communion du gamin quitte à hypothéquer le pousse-café. C'est grand. Bernard Jeunejean