Urbain Braems : " Anderlecht aura une réaction d'orgueil "

" Depuis le début de la saison, il n'y en a eu que pour le Standard, loué à juste titre pour ses performances, tant en championnat qu'en compétition européenne, ainsi que pour la qualité de ses joueurs, ce qui s'est vérifié de manière cinglante lors de la récente cérémonie du Soulier d'Or. Décrié dans le même temps pour son jeu et ses individualités sans éclat, Anderlecht n'en est pas moins toujours bien placé dans la course au titre. Aussi, je m'attends quand même à une réaction d'orgueil de sa part. Le Sporting n'est jamais aussi fort que lorsqu'il est poussé dans ses derniers retranchements. Et c'est le cas.
...

" Depuis le début de la saison, il n'y en a eu que pour le Standard, loué à juste titre pour ses performances, tant en championnat qu'en compétition européenne, ainsi que pour la qualité de ses joueurs, ce qui s'est vérifié de manière cinglante lors de la récente cérémonie du Soulier d'Or. Décrié dans le même temps pour son jeu et ses individualités sans éclat, Anderlecht n'en est pas moins toujours bien placé dans la course au titre. Aussi, je m'attends quand même à une réaction d'orgueil de sa part. Le Sporting n'est jamais aussi fort que lorsqu'il est poussé dans ses derniers retranchements. Et c'est le cas. A Sclessin, il s'en était fallu de peu qu'il ramène un point, au premier tour. Je m'attends à ce que les Sportingmen remettent les pendules à l'heure cette fois. Dans ce cas, tout porte à croire qu'ils seront lancés de façon définitive. A l'image de Roger Vanden Stock, le RSCA reste mon favori pour le titre. Pour ce qui est du Standard, je le vois aller loin en Coupe de l'UEFA. " " J'ai toujours eu la fibre anderlechtoise. Je reste dès lors fidèle aux Mauves, même si j'admets que le Standard propose un meilleur football depuis le début de la saison. Les Rouches ont su conserver leurs forces vives, présentant un collectif plus huilé, tandis que la cohésion fait toujours défaut au RSCA, surtout à l'arrière. Dans la mesure où les Sportingmen ont toujours terminé la saison en force ces dernières années et que les Standardmen ont encore des implications européennes, souvent synonymes de pertes de points, je voterai tout de même pour les Mauves au plan national. Mais ce sera à l'arraché car jusqu'au bout, les Liégeois leur mèneront la vie dure. "" Le Standard ne cesse de m'épater depuis l'ouverture de la saison. Tout d'abord, il a remarquablement géré l'après- Preud'homme et l'après- Fellaini en dispensant une qualité de jeu supérieure encore à celle de l'année passée. Ensuite, ses responsables ont remarquablement géré le mercato en réussissant à conserver l'essentiel de leurs troupes. Tout cela ferait des Rouches, en théorie, un team qui peut viser résolument le doublé s'il n'avait pas Anderlecht a ses guêtres. Et au Sporting, précisément, on ne fait pas de cadeaux. A fortiori à l'ennemi. Les Mauves ont déjà râlé sec d'avoir dû se passer du titre l'année de leur centenaire. Je ne les vois pas courber l'échine une deuxième fois. Non seulement, ils vont mettre les points sur les i face au Standard, mais ils passeront surtout la surmultipliée par après, pour ne plus être rejoints. En soi, c'est bien de terminer en boulet de canon, car c'est à ce moment-là que les prix se distribuent. Mais les Mauves devront quand même revoir leur copie en début de campagne s'ils ne veulent plus connaître les mêmes mésaventures que contre BATE Borisov. "" Contrairement aux Rouches, qui peuvent encore briguer deux objectifs, les Mauves n'en ont plus qu'un. Je connais la maison : les joueurs ne voudront pas se taper la honte en loupant le seul but qu'il leur reste à atteindre cette saison, à savoir le championnat. A l'aller, le Sporting aurait déjà dû ramener un point de Sclessin, en toute logique. Cette fois, je m'attends à ce qu'il en engrange trois. Du coup, le train anderlechtois sera remis sur les bons rails et je ne pense plus qu'il déviera alors de sa trajectoire. "" Anderlecht me fait quelque peu songer à la bête blessée. Assaillie de toutes parts, elle n'en parvient pas moins, au moment opportun, à sortir ses griffes ou ses crocs. Dans un passé récent, Courtrai et Mons l'ont vérifié à leurs dépens et je m'attends à un même scénario face au Standard. Les Liégeois ont peut-être eu droit, à juste titre, à pas mal d'éloges depuis l'entame de la saison pour la qualité de leurs prestations. Et ce, contrairement au Sporting, qui a rarement produit du football-champagne. Il n'en reste pas moins qu'aux deux tiers de la saison, les deux formations se tiennent toujours de près. Le panache du Standard, c'est peut-être bien. Mais le réalisme des Mauves, c'est nettement mieux encore. "" Les Rouches ne font que confirmer cette saison tout le bien que l'on disait d'eux l'année passée. C'est d'autant plus remarquable que, d'une campagne à l'autre, ils ont été privés sur le terrain de leur homme-orchestre, Marouane Fellaini, ainsi que de leur guide, Michel Preud'homme. Si la transition s'est faite de manière harmonieuse, c'est dû à la fois à tous ces jeunes qui, à l'image de Steven Defour et d' Axel Witsel, ont pris du galon, de même qu'à la science du nouveau coach, Laszlo Bölöni. Globalement, le Standard est plus complet qu'Anderlecht, qui présente quelques hiatus, tant dans l'axe de sa défense que sur les flancs. Ce sont des lacunes qui ne pardonnent pas quand on s'éveille aux plus hautes ambitions. Le Standard, lui, n'a pas ce problème. Sa paire centrale constituée d' Oguchi Onyewu et Mohamed Sarr est ce qui se fait de mieux en Belgique. Et dans les couloirs, le club a les joueurs capables de créer le surnombre. Cette donne-là contribue déjà elle aussi à faire la différence entre les deux équipes. " " Qualitativement, les deux formations se tiennent de près, même si le talent me semble un peu mieux réparti sur le terrain chez les Rouches. La différence, à mes yeux, se situe essentiellement au niveau de la mentalité. Il n'est pas normal que les Sportingmen, qui n'ont plus que le championnat pour sauver encore que qui peut l'être cette saison, aient constamment besoin qu'on leur botte les fesses pour qu'ils se réveillent sur le terrain, renversant alors une situation longtemps compromise. Le Standard n'a manifestement pas ce problème. Le seul danger qui le guette, c'est l'accumulation de fatigue, due à ses rendez-vous européens. Mine de rien, tous ces déplacements pompent les joueurs qui ont quand même perdu une petite dizaine de points depuis le début de la saison. Lors du décompte final, ces unités-là risquent tout de même de peser lourd dans la balance. Il n'empêche que je m'attends à un sacre des Liégeois, de justesse. "" Le Standard a toutes les armes nécessaires pour réaliser le doublé. Il y parviendra si les sorcières ne s'acharnent pas sur lui avec des blessures. Car, en profondeur, son noyau est quand même moins riche que celui du RSCA. Je ne crois pas à la notion de fatigue européenne. Au contraire, j'estime qu'une qualification au détriment de Braga est capable de booster tant et plus les joueurs. Beaucoup auront à c£ur, en tout cas, de profiter de cette vitrine pour réaliser le transfert qui s'est refusé à eux lors du mercato. C'est pourquoi je fais de ces Rouches, gonflés à bloc, mes favoris pour la suite des événements. Axel Witsel et ses partenaires peuvent résolument lorgner le doublé. Ils le mériteraient d'ailleurs, vu la qualité du football proposé. Ce qu'ils ont montré contre Liverpool et Everton, et par la suite encore face à Séville, c'était franchement du grand art. Aussi bon, si pas meilleur que l'Anderlecht du début du millénaire face à Manchester Utd ou la Lazio. J'ose simplement espérer que contrairement à ce qui s'était passé au Sporting, où l'on avait fait des transferts sortants à tire-larigot, la direction du Standard continuera à vendre ses meilleurs au compte-gouttes, comme elle l'a fait avec Marouane Fellaini. S'il en est ainsi, les Rouches sont bien partis pour s'installer dans la durée en Belgique et même sur la scène européenne, qui sait ?" " Il y eut une époque, pas si lointaine d'ailleurs, où Anderlecht donnait encore le ton en Belgique. Infrastructures, école des jeunes, football, c'est lui qui faisait figure de modèle. Aujourd'hui, son stade est dépassé par rapport à celui du Standard, au plan du centre de formation, c'est l'académie RobertLouis- Dreyfus qui sert d'exemple et en matière de jeu, ce sont les Rouches qui font fureur. Quel gâchis pour un club de la dimension des Mauves ! Théoriquement, ceux-ci auraient dû largement distancer les Liégeois grâce à leurs multiples participations à la phase finale de la Ligue des Champions alors que les Principautaires en ont toujours été privés jusqu'ici. J'ai cru comprendre que le RSCA avait engrangé près de 50 millions d'euros par le biais de cette compétition. Aujourd'hui, pourtant, ses dirigeants se lamentent de n'avoir plus un sou. J'ajouterai pour ma part qu'ils n'ont plus de grosse équipe non plus. Honnêtement, quel Sportingman actuel constituerait un renfort du côté de Sclessin ? Jan Polak, quand il est bien inspiré, peut-être. Et encore. C'est tout dire. " " Anderlecht a eu la baraka face à Courtrai et Mons mais pour le même prix aurait pu endurer deux défaites pareilles à celles qu'il avait subies face au Cercle Bruges et Lokeren. Le Sporting manque de souveraineté cette saison. Il n'en impose plus, même à domicile. La différence est sensible par rapport au Standard, beaucoup plus constant et inspiré. "par bruno govers