Pour une fois, il n'y a pas de controverse sur la répartition des rôles au sein de l'équipe belge pour le Mondial des Elites, qui aura lieu en Australie. En l'absence de Tom Boonen, qui poursuit sa revalidation, et suite aux brillantes prestations de Philippe Gilbert à la Vuelta, nul ne remet en cause le leadership de l'Ardennais.
...

Pour une fois, il n'y a pas de controverse sur la répartition des rôles au sein de l'équipe belge pour le Mondial des Elites, qui aura lieu en Australie. En l'absence de Tom Boonen, qui poursuit sa revalidation, et suite aux brillantes prestations de Philippe Gilbert à la Vuelta, nul ne remet en cause le leadership de l'Ardennais. En revanche, la polémique fait rage à propos des Espoirs. Depuis quelques années, le Mondial des -23 ans est également accessible aux professionnels qui ne roulent pas pour une équipe du Pro Tour. Du coup, les révélations de la saison, Jens Keukeleire (Cofidis), Sep Vanmarcke et Michael Van Staeyen (Topsport Vlaanderen-Mercator) semblaient assurées de leur participation à la course sur route. L'entraîneur des Espoirs, Jean-Pierre Dubois, les laisse pourtant tous trois à la maison ! Vanmarcke, qui a terminé deuxième de Gand-Wevelgem, a décidé lui-même de renoncer, par principe, estimant qu'un professionnel n'avait rien à faire avec des Espoirs. Les deux autres étaient convaincus de rouler en Australie et nourrissaient d'ailleurs de sérieuses ambitions. Le sélectionneur a dit à Keukeleire que sa condition n'était pas satisfaisante et à Van Staeyen que le parcours était trop dur pour lui. Les récentes performances des deux sprinters donnent tort à Dubois. Celui qui, comme Keukeleire samedi dernier, est cinquième de Paris-Bruxelles à 21 ans, ne peut pas être en méforme. Et celui qui, à 22 ans, s'adjuge le Mémorial Rik Van Steenbergen devant Robbie McEwen et Jürgen Roelandts, comme Van Staeyen mercredi dernier à Aartselaar, émerge de la tête et des épaules dans sa catégorie d'âge. Nico Mattan, le mentor de Keukeleire, se demande si Dubois souhaitait la présence de professionnels dans sa sélection. Manifestement, l'homme n'a pas effectué ses choix en fonction de critères sportifs, si même McEwen, parfaitement étranger à l'affaire, professionnel depuis seize ans, déclare, en parfaite connaissance du parcours, que Van Staeyen a sa place à Geelong. Dubois a classé Van Staeyen depuis l'EURO des Espoirs de Hooglede-Gits, la saison passée. Déçu par sa non-sélection, le citoyen de Schoten avait déclaré que le sélectionneur ne devrait plus compter sur lui à l'avenir. En l'espace d'un an, aucun membre de la Fédération n'a ressenti le besoin de discuter avec le jeune talent et de faire table rase de ce péché de jeunesse. On ne peut reprocher son entêtement ni un quelconque sentiment de revanche au coureur. Au contraire, à Aartselaar, il a réagi avec maturité et diplomatie, affirmant respecter le choix du sélectionneur. Entre-temps, dans les colonnes du Nieuwsblad, Mattan a déclaré que tout ça n'était qu'une plaisanterie à la belge, alors que son coureur adopte la même position que Van Staeyen. Le vendredi 1er octobre, à Geelong, nous verrons si on rira beaucoup au sein de notre équipe Espoir. PAR BENEDICT VANCLOOSTER