1 Ton club formateur, le Beerschot, ne monte finalement pas en D1A. Et ton club actuel, Malines, chute en D2. Tu vis ton annus horribilis ?

Sur le plan du foot, je vis une année historiquement négative, ça c'est clair. Mon équipe n'est plus en D1A, c'est très dur à vivre. Et puis il y a le Beerschot, oui. C'est le club qui m'a formé, qui m'a permis de devenir professionnel et de faire mes débuts en première division. J'ai conservé énormément de sympathie par rapport à ces couleurs, j'y ai encore quelques contacts. Le Beerschot est passé très près d'un exploit historique, monter cinq fois d'affilée pour se retrouver en D1A. Il n'a vraiment pas manqué grand-chose. Au lieu de ça, il va devoir repartir pour un championnat de D1B, qui n'est certainement pas le plus simple. À Malines aussi, on va malheureusement savoir ce que c'est comme championnat ! Tu sais à l'avance que ce n'est pas nécessairement la meilleure équipe sur l'ensemble de la saison qui finit par monter. On l'a par exemple vu avec le Lierse l'année dernière.

Aucun footballeur professionnel n'a envie de partir en vacances, anticipées ou pas, d'une façon aussi triste. " - Mats Rits

2 Quand tu as débuté en Première du Beerschot, on t'a comparé à Rik Coppens parce que tu as directement marqué, puis tu t'es vite retrouvé à l'Ajax. Tout a été un peu trop vite, non ? Tu n'as pas joué un seul match officiel aux Pays-Bas !

Trop vite, certainement pas. Quand tu as l'occasion de signer dans un club comme l'Ajax, tu fonces. Le but n'était pas de me lancer directement en équipe Première mais de m'offrir un bon environnement de travail pour continuer mon apprentissage. Moi-même, je me donnais le temps. Au final, ça ne s'est pas passé comme prévu, c'est vrai. J'ai eu pas mal de blessures. Mais entre-temps, j'ai pu m'entraîner avec des joueurs fantastiques, j'ai progressé et je considère toujours que ça a été une expérience positive. Je n'ai que 24 ans et j'espère que je pourrai à nouveau partir tôt ou tard dans un bon club étranger.

3 La chute en D1B vous permet d'être déjà en vacances. Tout n'est donc pas négatif ! Les joueurs ont reçu un programme d'entretien individuel, tu crois qu'ils vont tous le suivre ?

Non, tourne la situation comme tu veux, ce n'est que du négatif ! Vacances anticipées ou pas... Aucun footballeur professionnel n'a envie de partir en congé d'une façon aussi triste. L'ambiance aux entraînements, entre la dernière journée de championnat et le dernier jour de boulot, n'était vraiment pas folichonne. Il n'y avait que des joueurs déçus sur le terrain, des gars avec des pensées négatives, et dans des situations pareilles, tout le monde est un peu susceptible et il y a plus facilement des petits accrocs. On nous a prescrit deux semaines de repos total, puis il faudra attaquer notre programme individuel qui prévoit par exemple trois séances de course par semaine, avec une progression dans l'effort. Et on reprendra les entraînements avant tout le monde, aux alentours de début juin.

4 Tu as revu combien de fois les images des dernières minutes du match Eupen - Mouscron qui vous a condamnés à la D1B ?

Il n'y a pas que la victoire d'Eupen qui nous a condamnés à la descente. On doit citer plusieurs raisons. En tout cas, ce n'est pas normal qu'une bonne équipe avec des bons joueurs se retrouve en D1B. Pour ce qui est du match Eupen - Mouscron... Je n'ai pas visionné beaucoup de fois les images des buts d'Eupen. Ou quand même, cinq ou six fois... Ma conclusion, c'est qu'on aurait dû prendre plus de points dans les matches précédents pour ne pas être directement dépendants du score d'Eupen - Mouscron.

5 Yannick Ferrera décrit Malines comme le plus amateur des clubs professionnels en Belgique. Il a raison sur tout ou tort sur tout ?

Je n'ai pas lu son interview mais j'en ai entendu parler. Je dirais deux choses. D'abord, ce n'est pas à cause d'un manque de professionnalisme que Malines se retrouve en D1B. Ensuite, il a raison quand il dit que Malines n'est pas le plus pro des clubs, mais il y a des efforts qui sont faits au quotidien. Il suffit de voir l'aménagement du stade. Tout ça ne se fait pas en trois jours.

1 Ton club formateur, le Beerschot, ne monte finalement pas en D1A. Et ton club actuel, Malines, chute en D2. Tu vis ton annus horribilis ? Sur le plan du foot, je vis une année historiquement négative, ça c'est clair. Mon équipe n'est plus en D1A, c'est très dur à vivre. Et puis il y a le Beerschot, oui. C'est le club qui m'a formé, qui m'a permis de devenir professionnel et de faire mes débuts en première division. J'ai conservé énormément de sympathie par rapport à ces couleurs, j'y ai encore quelques contacts. Le Beerschot est passé très près d'un exploit historique, monter cinq fois d'affilée pour se retrouver en D1A. Il n'a vraiment pas manqué grand-chose. Au lieu de ça, il va devoir repartir pour un championnat de D1B, qui n'est certainement pas le plus simple. À Malines aussi, on va malheureusement savoir ce que c'est comme championnat ! Tu sais à l'avance que ce n'est pas nécessairement la meilleure équipe sur l'ensemble de la saison qui finit par monter. On l'a par exemple vu avec le Lierse l'année dernière. 2 Quand tu as débuté en Première du Beerschot, on t'a comparé à Rik Coppens parce que tu as directement marqué, puis tu t'es vite retrouvé à l'Ajax. Tout a été un peu trop vite, non ? Tu n'as pas joué un seul match officiel aux Pays-Bas ! Trop vite, certainement pas. Quand tu as l'occasion de signer dans un club comme l'Ajax, tu fonces. Le but n'était pas de me lancer directement en équipe Première mais de m'offrir un bon environnement de travail pour continuer mon apprentissage. Moi-même, je me donnais le temps. Au final, ça ne s'est pas passé comme prévu, c'est vrai. J'ai eu pas mal de blessures. Mais entre-temps, j'ai pu m'entraîner avec des joueurs fantastiques, j'ai progressé et je considère toujours que ça a été une expérience positive. Je n'ai que 24 ans et j'espère que je pourrai à nouveau partir tôt ou tard dans un bon club étranger. 3 La chute en D1B vous permet d'être déjà en vacances. Tout n'est donc pas négatif ! Les joueurs ont reçu un programme d'entretien individuel, tu crois qu'ils vont tous le suivre ? Non, tourne la situation comme tu veux, ce n'est que du négatif ! Vacances anticipées ou pas... Aucun footballeur professionnel n'a envie de partir en congé d'une façon aussi triste. L'ambiance aux entraînements, entre la dernière journée de championnat et le dernier jour de boulot, n'était vraiment pas folichonne. Il n'y avait que des joueurs déçus sur le terrain, des gars avec des pensées négatives, et dans des situations pareilles, tout le monde est un peu susceptible et il y a plus facilement des petits accrocs. On nous a prescrit deux semaines de repos total, puis il faudra attaquer notre programme individuel qui prévoit par exemple trois séances de course par semaine, avec une progression dans l'effort. Et on reprendra les entraînements avant tout le monde, aux alentours de début juin. 4 Tu as revu combien de fois les images des dernières minutes du match Eupen - Mouscron qui vous a condamnés à la D1B ? Il n'y a pas que la victoire d'Eupen qui nous a condamnés à la descente. On doit citer plusieurs raisons. En tout cas, ce n'est pas normal qu'une bonne équipe avec des bons joueurs se retrouve en D1B. Pour ce qui est du match Eupen - Mouscron... Je n'ai pas visionné beaucoup de fois les images des buts d'Eupen. Ou quand même, cinq ou six fois... Ma conclusion, c'est qu'on aurait dû prendre plus de points dans les matches précédents pour ne pas être directement dépendants du score d'Eupen - Mouscron. 5 Yannick Ferrera décrit Malines comme le plus amateur des clubs professionnels en Belgique. Il a raison sur tout ou tort sur tout ? Je n'ai pas lu son interview mais j'en ai entendu parler. Je dirais deux choses. D'abord, ce n'est pas à cause d'un manque de professionnalisme que Malines se retrouve en D1B. Ensuite, il a raison quand il dit que Malines n'est pas le plus pro des clubs, mais il y a des efforts qui sont faits au quotidien. Il suffit de voir l'aménagement du stade. Tout ça ne se fait pas en trois jours.