"Concentration, les gars ! Concentration ! N'oubliez pas l'action qui précède. Appel, contre-appel. " PeterMommaert dicte le rythme et une douzaine de joueurs transpirent dans les anciennes tenues noires des Diables Rouges. Malgré un fort vent de côté, la voie puissante de Mommaert, qui fut jadis l'assistant d'EricGerets à Al-Hilal en Arabie Saoudite, porte loin dans le centre national de football à Tubize.
...

"Concentration, les gars ! Concentration ! N'oubliez pas l'action qui précède. Appel, contre-appel. " PeterMommaert dicte le rythme et une douzaine de joueurs transpirent dans les anciennes tenues noires des Diables Rouges. Malgré un fort vent de côté, la voie puissante de Mommaert, qui fut jadis l'assistant d'EricGerets à Al-Hilal en Arabie Saoudite, porte loin dans le centre national de football à Tubize. FreddyHeirman, l'éternel assistant de GeorgesLeekens, observe la scène à distance. Jusqu'à la fin du mois, Tubize est le camp de base de Players4contract, un rassemblement de joueurs sans contrat qui s'entraînent et disputent des matches en attendant de retrouver un club. Sporta, le syndicat des joueurs, s'occupe de la structure. L'Union belge se charge du soutien logistique - le terrain, les équipements, le maillot de match - et paie les indemnités de bénévoles aux entraîneurs. En juillet, Players4contract dispute des matches amicaux contre des clubs de D2 et D3 sous le matricule 5554. Il n'y a toutefois pas de club-house, ni de staff médical. Pendant les matches, les soigneurs de l'équipe visiteuse doivent veiller à la santé des sans-emploi avec leur éponge et leur trousse. Pour autant, ce n'est pas le Club Med. " Nous n'infligeons pas d'amende aux joueurs qui arrivent en retard, mais nous exigeons un minimum de discipline ", explique le secrétaire de Sporta, StijnBoeykens. " Et en parlant de discipline, j'inclus la discipline tactique pendant les matches. Le but n'est pas que chaque joueur fasse son petit numéro personnel. Avant le coup d'envoi, il y a une discussion tactique. Chaque joueur connaît son rôle. Et les entraîneurs sont très attentifs au respect des consignes : si un joueur n'en fait qu'à sa tête, il est rapidement rappelé à l'ordre." C'est la 4e édition de Players4contract, mais elle n'a pas encore conquis ses lettres de noblesse en Belgique. Cette année, une vingtaine de joueurs se sont manifestés auprès de Sporta. En Espagne et en France, ce genre d'initiatives attire jusqu'à une centaine de footballeurs. Avec la différence que, dans ces pays, les joueurs peuvent s'exercer à leur métier durant toute l'année. Chez nous, le projet est remis au placard lorsque la Jupiler Pro League prend son envol. En France, l'UNFP (l'Union nationale des footballeurs professionnels) va même plus loin : à la fin de chaque saison, elle publie une liste des joueurs dont le contrat arrive à échéance. Une manière de faciliter l'accès à un nouvel employeur. Sporta a déjà essayé à plusieurs reprises de se procurer une liste de joueurs sans contrat auprès de l'Union belge. En vain. Tous les joueurs qui se retrouvent sans club ne sont pas persuadés de l'utilité d'un projet comme Players4contract. Les joueurs belges, surtout, doivent surmonter le sentiment de honte qu'ils éprouvent avant de franchir le pas. La génération 2016 comprend, comme les précédentes, pas mal de joueurs de couleur. " Chez eux, le poids du qu'en dira-t-on semble moindre. Se joindre à d'autres footballeurs qui sont dans la même situation qu'eux leur paraît tout à fait évident ", constate Boeykens. " Pourquoi ? Ils mettent plus facilement leur fierté de côté. Les joueurs blancs ont aussi l'impression que tout le monde les connaît. Lorsqu'un ami franchit le pas, ils auront plus tendance à se joindre au groupe. Parfois, ce sont les agents qui interdisent à leurs joueurs de venir s'entraîner avec nous. Lorsque leur client fait appel à Players4contract, ils le ressentent comme un échec de leur part. Mais, personnellement, je ne peux pas m'imaginer qu'un footballeur préfère s'entraîner seul plutôt qu'avec des compagnons d'infortune. " JornVermeulen, ex-Club Bruges, OH Louvain, Antwerp, Waasland-Beveren et sous contrat avec Deinze la saison dernière, acquiesce. Ce milieu de terrain de 29 ans parcourt avec plaisir, plusieurs fois par semaine, les 150 kilomètres qui le séparent de son domicile afin de se préparer sérieusement avec d'autres footballeurs. Vermeulen est devenu un habitué de Players4contract et a même porté le brassard de capitaine. " Je préfère de loin m'entraîner en groupe. Le football, ce n'est pas seulement parcourir des kilomètres en solitaire. Mais mentalement, il faut être fort pour ne pas craquer. Il faut se lever tous les jours de bonne heure, se préparer pour aller s'entraîner... Cette situation ne peut pas se prolonger. Personnellement, je garde l'ambition d'encore jouer au moins en D2. Si je ne parviens pas à décrocher un contrat, je devrai me résoudre à tenter ma chance à l'échelon inférieur. " Le Flandrien connaît le refrain entonné par certains agents. " Parfois, ils me téléphonent pour m'informer qu'ils ont trouvé un club pour moi. Mais, lorsqu'on creuse un peu, on se rend compte qu'il n'y a rien de concret. Le monde du football est hypocrite, c'est chacun pour soi. " On est arrivé à la moitié de l'entraînement et les joueurs s'accordent une petite pause boisson. RenéSterckx, qui fut jadis un grand espoir d'Anderlecht, et AntonioGhomsi, essuient la sueur qui perle de leur font. En principe, ils n'ont pas de soucis à se faire. Ils finiront bien par trouver un club de niveau moyen en Belgique. Mais la question se pose : pourront-ils continuer comme professionnels ou devront-ils devenir amateurs ? L'an passé, 70 % des joueurs affiliés à Players4contract ont réintégré le circuit professionnel. Chez Sporta, on parle même d'une campagne très réussie grâce aux transferts de MichaëlCordier (Club Bruges), TomVanImschoot (FC Eindhoven) et EmrullahGüvenç (MVV Maastricht). Cette année encore, l'intérêt ne manque pas. Le coach d'OH Louvain, EmilioFerrera, s'est déjà renseigné sur quelques joueurs, et Lommel a aussi pris contact. StéphaneStassin officie comme lien entre les joueurs et les clubs intéressés. L'ancien joueur d'Anderlecht est un peu l'agent désigné de Players4contract et a récemment mis le doigt sur une tendance inquiétante : il y a de plus en plus de jeunes joueurs qui arrivent sur le marché de l'emploi. " Souvent, ces joueurs-là se montrent trop gourmands sur le plan financier. Ils ont été habitués à un contrat de jeune exorbitant dans les grands clubs et n'ont pas envie d'abaisser leurs prétentions ", explique Stassin. " A force de se montrer trop gourmands, ils voient tous les clubs de l'élite se fermer devant eux et ils doivent se rabattre sur des clubs de D3 ou de Promotion, parfois même plus bas. La plupart du temps, ces garçons n'ont pas terminé leurs études. Lorsqu'un joueur frappe à la porte de mon bureau et me demande conseil, je lui réponds : termine d'abord tes études, ensuite nous reparlerons d'argent. Mais, lorsque j'entends que l'Union belge envisage d'abaisser la limite d'âge à 15 ans pour signer un contrat de jeune, je crains le pire. " Stassin porte également un doigt accusateur sur les parents et les agents véreux. " Quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi un gamin de 14 ans a besoin d'un agent ? C'est ridicule ! Qu'on laisse ce jeune tranquille ! Un joueur n'a besoin d'un agent que s'il envisage de partir à l'étranger ou d'intégrer un club géré par une seule personne. Il n'y a pas 10 % des agents qui travaillent correctement, les autres se contentent de se remplir les poches. Je connais de nombreux agents qui envoient leurs propres joueurs chez Sporta lorsqu'ils n'ont pas envie de relire un contrat. Ou lorsqu'un joueur est confronté à un retard de paiement dans son club. Je parle contre mon propre intérêt, mais la seule chose dont un jeune footballeur a besoin, c'est d'un bon avocat. La problématique autour des joueurs au chômage serait en grande partie résolue, s'ils ne confiaient pas leur sort aux mains des agents. " PAR ALAIN ELIASY - PHOTOS BELGAIMAGE" Un jeune joueur n'a pas besoin d'un agent mais d'un avocat. " STÉPHANE STASSIN, EX-ANDERLECHT