Vous étiez au courant que votre séquence était en lice pour ce prix ?

Oui. Tous les diffuseurs des Jeux olympiques peuvent présenter un reportage et nous savions que le nôtre était repris. Nous avons été super heureux d'apprendre qu'on finissait dans le top 3, surtout quand on voit le nom des deux premiers (NBC pour un sujet sur le sprinteur Wayde Van Niekerk et TV Globo sur le céiste Isaquias Queiroz NDLR). C'est la preuve que, même si on ne dispose pas des mêmes ...

Oui. Tous les diffuseurs des Jeux olympiques peuvent présenter un reportage et nous savions que le nôtre était repris. Nous avons été super heureux d'apprendre qu'on finissait dans le top 3, surtout quand on voit le nom des deux premiers (NBC pour un sujet sur le sprinteur Wayde Van Niekerk et TV Globo sur le céiste Isaquias Queiroz NDLR). C'est la preuve que, même si on ne dispose pas des mêmes moyens financiers, on peut rivaliser avec d'autres chaînes. On peut " se battre " avec d'autres ingrédients : l'originalité, l'envie, etc. Et je tiens à souligner que c'est une récompense collective : sans le travail des cameramen et des monteurs, le reportage n'aurait jamais vu le jour. Il était 23 h au Brésil (4 h du matin en Belgique) quand Nafi a été championne. Le lendemain, dès le matin, elle a dû satisfaire une série d'obligations (presse, séances photo, etc.). On lui a demandé si on pouvait la suivre et elle a accepté avec beaucoup de respect et de sympathie pour notre travail. Ce prix, on le lui doit aussi ! Un des moments forts a été l'appel du Roi. Je ne suis pas certain qu'on aurait eu autant de libertés avec un footballeur. J'ai eu l'occasion de lui donner un DVD reprenant les séquences qu'on avait tournées. Je l'ai croisée lors d'un Week-end Sportif mais c'est tout. Elle a d'autres sollicitations et, de mon côté, je suis occupé avec le foot. Ce reportage reste un moment fort de ma jeune carrière. En refaire un de ce type en 2020 serait un vrai plaisir. Travailler à Rio en tant qu'électron libre a été très enthousiasmant. J'ai pu suivre Greg Van Avermaet ou encore Dirk Van Tichelt. Après sa médaille de bronze, il a passé une journée dans les favelas avec des enfants défavorisés. C'était un moment privilégié pour notre équipe. Aller aux Jeux olympiques est déjà une belle récompense. Cela n'a pas de prix : c'est une compétition qui a une valeur inestimable à mes yeux. PAR SIMON BARZYCZAK" Cette récompense, on la doit aussi à Nafissatou Thiam ! " Mathieu Istace