La Belgique a montré samedi dernier un visage beaucoup plus séduisant que lors des dernières sorties et le terrain du stade Roi Baudouin était enfin dans un état digne d'une rencontre internationale de haut niveau. L'enthousiasme et la volonté de bien faire étaient bien présents chez les joueurs de René Vandereycken mais malheureusement, ils ont encaissé deux buts dans des circonstances un peu particulières et les Lusitaniens en ont pleinement profité. Le premier goal marqué par Nani résulte d'une action où Carl Hoefkens se blesse au départ de la phase dans un duel avec l'ailier gauche portugais. Le bal...

La Belgique a montré samedi dernier un visage beaucoup plus séduisant que lors des dernières sorties et le terrain du stade Roi Baudouin était enfin dans un état digne d'une rencontre internationale de haut niveau. L'enthousiasme et la volonté de bien faire étaient bien présents chez les joueurs de René Vandereycken mais malheureusement, ils ont encaissé deux buts dans des circonstances un peu particulières et les Lusitaniens en ont pleinement profité. Le premier goal marqué par Nani résulte d'une action où Carl Hoefkens se blesse au départ de la phase dans un duel avec l'ailier gauche portugais. Le ballon lui revient alors que notre arrière droit est groggy et ensanglanté, ce qui l'empêche de défendre correctement sur Nani qui marque via le piquet. Quant au second but, il résulte d'une bête perte de balle de Gaby Mudingayi (peut-être victime d'une faute), le ballon parvient dans les pieds de Helder Postiga complètement esseulé. La frappe du centre-avant prend une trajectoire flottante et trompe Stijn Stijnen. Notre sélectionneur avait choisi d'évoluer en 4-4-2 mais sans véritable meneur de jeu, à charge de Marouane Fellaini de jouer les infiltreurs dans une position de demi relayeur qui lui permet aussi de venir positionner sa grande carcasse dans les 16 m adverses. Les flancs étaient occupés par Steven Defour à droite et Jan Vertonghen à gauche mais le joueur du Standard était beaucoup plus libre dans ses déplacements et travaillait sur toute la largeur du terrain. Mudingayi complétait le quatuor médian dans son rôle de pare-chocs tandis que le duo d'attaque était composé de François Sterchele, légèrement décalé sur la gauche et d' Emile Mpenza fidèle à sa réputation de joueur de profondeur. Le remplacement de Hoefkens par Mark De Man se fait poste pour poste mais celui de Sterchele par Tom De Mul redistribue les cartes. De Mul se positionne sur le flanc droit et Defour et Vertonghen se partagent alors les rôles de flanc gauche et de soutien d'attaque. L'équipe n'aligne plus que le seul Emile comme attaquant (le côté frileux du sélectionneur revient au galop dès que la Belgique égalise) et c'est à partir de ce moment-là que notre équipe n'a plus été dangereuse. Le Portugal a évolué, comme d'habitude, en 4-3-3 mais a été moins percutant qu'au match aller avec Cristiano Ronaldo. Le milieu de terrain était positionné dans un triangle déformable avec Petit au demi défensif, Tiago en relayeur et Deco dans le rôle de meneur de jeu. Defour, d'une position flanc gauche, cherche le une/deux avec Mpenza qui remet le ballon trop fort mais trouve néanmoins Mudingayi. Le joueur de la Lazio s'infiltre balle au pied et attend l'appel en diagonale de Defour qui, après une course de 50 m, reçoit le ballon à droite du grand rectangle adverse. Exploit technique du jeune Limbourgeois qui mystifie Paulo Ferreira et centre du pied gauche vers son compère rouche. Fellaini, de la tête, pique son ballon dans le coin droit de Ricardo et marque son premier but en équipe nationale. A noter sur cette phase la position étrange de l'arrière gauche Ferreira qui pratique le marquage individuel sur Defour durant toute la phase et ensuite la prise en charge beaucoup trop lâche de Jorge Andrade sur Fellaini. Défaite encourageante de nos Diables en prévision de... 2010 car il ne faut plus rêver d'une qualification pour 2008. La jeunesse de l'effectif peut nous rendre optimiste pour le futur plus lointain ! etienne delangre