A la grande époque, la période des transferts en Formule 1 débutait presque rituellement en septembre à Monza. On est loin désormais de cette tradition puisqu'il est courant qu'après deux ou trois courses, les premières rumeurs soient lancées. Le long break estival offre l'occasion de dégager les premières tendances pour 2013. A tout seigneur tout honneur, le team Red Bull conservera son tandem Sebastian Vettel-Mark Webber, le second nommé ayant rempilé pour un an après avoir été approché par... Ferrari.
...

A la grande époque, la période des transferts en Formule 1 débutait presque rituellement en septembre à Monza. On est loin désormais de cette tradition puisqu'il est courant qu'après deux ou trois courses, les premières rumeurs soient lancées. Le long break estival offre l'occasion de dégager les premières tendances pour 2013. A tout seigneur tout honneur, le team Red Bull conservera son tandem Sebastian Vettel-Mark Webber, le second nommé ayant rempilé pour un an après avoir été approché par... Ferrari. Ces contacts ont eu lieu au moment où Felipe Massa touchait le fond. Depuis, le petit Brésilien a légèrement redressé la tête mais sans retrouver le niveau qu'on lui connaissait il y a trois ou quatre ans. Directeur sportif de la Scuderia, Stefano Domenicali a déclaré qu'il cherche " un vrai numéro 2 " et non un pilote décidé à contester le leadership de Fernando Alonso. Qui correspond à ce profil ? Un jeune comme Sergio Perez, Nico Hülkenberg ou Paul Di Resta ? Pas sûr, car le manque d'expérience constitue un handicap. Un ancien style Heikki Kovalainen ferait-il mieux que... Massa ? Rien n'est moins sûr. Aussi, le management de Maranello a décidé d'attendre, tout en mettant son actuel numéro 2 sous pression. En clair, le Pauliste doit retrouver la forme lors des prochaines échéances et inscrire des gros points. Si ça marche, il aura droit à une saison supplémentaire et si ça foire, l'écurie italienne devra trouver une autre solution. Sera-ce Kimi Raikkönen comme la rumeur l'a laissé entendre ? On en doute car Iceman n'a rien d'un lieutenant... et il est très bien chez Lotus où il forme avec Romain Grosjean un tandem performant prêt à dynamiter la seconde partie de l'actuelle saison. A propos de dynamiter, Lewis Hamilton en connaît un bout. Il n'a pas encore signé chez McLaren et laisse entendre qu'il pourrait aller ailleurs. Mais où ? En fait, il est lancé dans un bras de fer avec ses dirigeants concernant son salaire et en période de crise, les négociations sont plutôt ardues. Tout indique néanmoins que le champion du monde 2008 restera aux côtés de son homologue 2009 Jenson Button. Le statu quo semble aussi de mise chez Sauber avec Sergio Perez et Kamui Kobayashi, le premier prenant encore un peu de bouteille avant d'aller chez Ferrari. Côté Mercedes, le cas Nico Rosberg est réglé, au contraire de celui de Michael Schumacher qui fait lanterner son monde. Restera, restera pas ? Le septuple n°1 mondial reporte sans cesse sa décision. Ses récentes performances laissent penser qu'il repartirait bien pour un tour mais avec lui, allez savoir... S'il jette le gant, les jeunes sociétaires du team Force India - Hülkenberg et Di Resta - se tiendraient prêts à prendre sa place. Chez Williams, l'état-major aimerait lancer l'essayeur Valterri Bottas dans le grand bain mais le Finlandais est sans le sou, au contraire de Pastor Maldonado et Bruno Senna. Restent Toro Rosso où Daniel Ricciardo se dit sûr de rester, Caterham où la situation de Vitaly Petrov serait instable, et le duo Marussia-HRT où seul l'argent entrera en ligne de compte. ÉRIC FAURE