Lors de la première manche de la saison, au Qatar, l'Espagnol Marc Marquez (26, Honda) a terminé deuxième au terme d'un duel palpitant avec l'Italien Andrea Dovizioso (Ducati), son dauphin au dernier championnat du monde. Le compatriote de Marquez, Jorge Lorenzo (31, Honda) a dû se contenter d'une décevante treizième place. Toutefois, nul n'était mécontent au Repsol Honda Team car les deux pilotes ibériques avaient entamé la saison handicapés et avec un gros retard physique.

En octobre, au GP de Thaïlande, Lorenzo a d'abord souffert d'une fracture de stress au poignet. Deux semaines plus tard, au GP d'Espagne, il s'est fracturé un os du métatarse. L'ancien fer de lance de Ducati, triple champion du monde en MotoGP en 200, 2012 et 2015, avait l'esprit tranquille puisqu'en juin, il avait déjà signé un contrat de deux ans chez Repsol Honda Team.

Son nouveau coéquipier, Marquez, n'a pas connu un hiver meilleur. En décembre, il a été opéré de l'épaule gauche, qu'il s'était souvent déboîtée dans sa lutte pour ses cinq titres mondiaux (2013, 2014, 2016, 2017, 2018). " La douleur n'était plus supportable. Il fallait opérer ", a déclaré le Catalan, qui a hurlé, l'année passée au GP du Japon, quand Scott Redding l'a félicité d'une gentille tape sur l'épaule, qui a suffi à luxer l'articulation. Son frère Alex a remis l'épaule en place à même le circuit.

" C'est un miracle qu'il soit devenu champion du monde trois années d'affilée avec une épaule en aussi mauvais état ", a commenté son chirurgien, Xavier Mir, à Marca. " C'était un problème fondamental. Son épaule pouvait se déboîter à tout moment, même sans charge. "

Il est presque rétabli, a-t-il déclaré au Qatar, mais son nouveau coéquipier redoute la concurrence qu'ils risquent de se livrer. Lorenzo a déjà vécu une situation similaire chez Yamaha, avec la légende italienne Valentino Rossi, septuple champion du monde. Les deux motards ne s'accordaient rien. " J'espère que ma relation avec Marc sera différente mais je ne me fais pas d'illusions. Ce sera encore plus délicat car Marc est rapide et assoiffé de succès. "

Rossi, champion du monde en 2009 pour la dernière fois, vient de fêter ses 40 ans. Il roule toujours. Après sa troisième place la saison passée, il est resté fidèle à son écurie et vient de terminer en cinquième position au Qatar. Avec son coéquipier, l'Espagnol Maverick Vinales (24 ans), septième au Qatar, le vétéran du Yamaha Motor Racing sera un des principaux rivaux des deux pilotes Honda. La deuxième édition du duel Espagne-Italie se déroule le 31 mars au grand prix d'Argentine...

Lors de la première manche de la saison, au Qatar, l'Espagnol Marc Marquez (26, Honda) a terminé deuxième au terme d'un duel palpitant avec l'Italien Andrea Dovizioso (Ducati), son dauphin au dernier championnat du monde. Le compatriote de Marquez, Jorge Lorenzo (31, Honda) a dû se contenter d'une décevante treizième place. Toutefois, nul n'était mécontent au Repsol Honda Team car les deux pilotes ibériques avaient entamé la saison handicapés et avec un gros retard physique. En octobre, au GP de Thaïlande, Lorenzo a d'abord souffert d'une fracture de stress au poignet. Deux semaines plus tard, au GP d'Espagne, il s'est fracturé un os du métatarse. L'ancien fer de lance de Ducati, triple champion du monde en MotoGP en 200, 2012 et 2015, avait l'esprit tranquille puisqu'en juin, il avait déjà signé un contrat de deux ans chez Repsol Honda Team. Son nouveau coéquipier, Marquez, n'a pas connu un hiver meilleur. En décembre, il a été opéré de l'épaule gauche, qu'il s'était souvent déboîtée dans sa lutte pour ses cinq titres mondiaux (2013, 2014, 2016, 2017, 2018). " La douleur n'était plus supportable. Il fallait opérer ", a déclaré le Catalan, qui a hurlé, l'année passée au GP du Japon, quand Scott Redding l'a félicité d'une gentille tape sur l'épaule, qui a suffi à luxer l'articulation. Son frère Alex a remis l'épaule en place à même le circuit. " C'est un miracle qu'il soit devenu champion du monde trois années d'affilée avec une épaule en aussi mauvais état ", a commenté son chirurgien, Xavier Mir, à Marca. " C'était un problème fondamental. Son épaule pouvait se déboîter à tout moment, même sans charge. " Il est presque rétabli, a-t-il déclaré au Qatar, mais son nouveau coéquipier redoute la concurrence qu'ils risquent de se livrer. Lorenzo a déjà vécu une situation similaire chez Yamaha, avec la légende italienne Valentino Rossi, septuple champion du monde. Les deux motards ne s'accordaient rien. " J'espère que ma relation avec Marc sera différente mais je ne me fais pas d'illusions. Ce sera encore plus délicat car Marc est rapide et assoiffé de succès. " Rossi, champion du monde en 2009 pour la dernière fois, vient de fêter ses 40 ans. Il roule toujours. Après sa troisième place la saison passée, il est resté fidèle à son écurie et vient de terminer en cinquième position au Qatar. Avec son coéquipier, l'Espagnol Maverick Vinales (24 ans), septième au Qatar, le vétéran du Yamaha Motor Racing sera un des principaux rivaux des deux pilotes Honda. La deuxième édition du duel Espagne-Italie se déroule le 31 mars au grand prix d'Argentine...