Début septembre, le club de Nimègue a ajouté Marnick Vermijl, le Slovaque Samuel Stefanik et l'Autrichien Jakob Jantscher à sa sélection. Le 27 août, Anton Jansen (ex-Courtrai) avait succédé à Alex Pastoor (ex-Harelbeke). Vermijl, un international espoir de 21 ans, est sous contrat à Manchester United jusqu'en 2015 mais a été loué au NEC. L'arrière droit a effectué ses débuts en championnat contre Feyenoord (3-3), avant de participer aux matches à ADO La Haye (1-1) et contre Vitesse (2-3) ainsi q...

Début septembre, le club de Nimègue a ajouté Marnick Vermijl, le Slovaque Samuel Stefanik et l'Autrichien Jakob Jantscher à sa sélection. Le 27 août, Anton Jansen (ex-Courtrai) avait succédé à Alex Pastoor (ex-Harelbeke). Vermijl, un international espoir de 21 ans, est sous contrat à Manchester United jusqu'en 2015 mais a été loué au NEC. L'arrière droit a effectué ses débuts en championnat contre Feyenoord (3-3), avant de participer aux matches à ADO La Haye (1-1) et contre Vitesse (2-3) ainsi qu'à l'intégralité de la rencontre à Go Ahead Eagles, qui s'est clôturée par un revers 4-3. " J'ai assisté à ce match ", précise Marco Timmer, un journaliste de VoetbalInternational. " Jouer dans une équipe aussi minable n'est pas un cadeau. Il vaut mieux faire jouer un jeune dans une équipe qui tourne et qui prend des points. Vermijl ne doit pas s'amuser beaucoup au sein d'une formation qui joue sèchement, pour sa survie. Disons que c'est un dur apprentissage mais qui sera sans doute fructueux. Il pourra tirer profit de cette expérience plus tard mais pour l'heure, il doit aller au front. Le NEC est vraiment en feu : il a déjà changé d'entraîneur et le directeur technique, Carlos Aalbers, a été renvoyé. Il est difficile de s'imposer dans un tel contexte. Pour le moment, le NEC ne peut même pas être considéré comme une équipe mais plutôt comme une collection disparate de joueurs. " Timmer a remarqué que Vermijl a été submergé avant le repos, à l'image de son équipe, et que son adversaire direct, Xander Houtkoop, lui en a fait voir de toutes les couleurs. " Il n'a pas bénéficié du soutien de Rens van Eijden et de Michel Breuer, qui devaient le diriger en principe, mais qui étaient eux-mêmes en difficulté, les ailiers convergeant par l'axe ", poursuit le journaliste. " Vermijl a essayé de colmater les brèches mais les attaques se sont poursuivies et le NEC n'a pas trouvé de parade à ces vagues d'offensives. " Pourtant, Timmer reste optimiste. " Un arrière latéral offensif doit avoir de réelles qualités pour obtenir un contrat de longue durée à Manchester United. Je pense que le NEC n'a pas recruté Vermijl pour qu'il fasse banquette, même si son arrivée n'a pas suscité grand émoi. Il n'est pas confronté à une concurrence très rude. Il est bon dans les duels. Il possède la dureté requise mais aux Pays-Bas, un arrière doit placer des attaques en possession du ballon et arpenter tout son flanc. Il va donc devoir apprendre à serrer les dents et à suer. " PAR FRÉDÉRIC VANHEULE