Pourquoi portes-tu le numéro 17 ?

Quand je suis arrivé au Standard avec Fred et Felipe, il restait trois numéros : le 17, le 21 et le 26. Je l'ai gardé à Bruges. Cela tombe bien : je suis né le 17 juin.
...

Quand je suis arrivé au Standard avec Fred et Felipe, il restait trois numéros : le 17, le 21 et le 26. Je l'ai gardé à Bruges. Cela tombe bien : je suis né le 17 juin. Non. Et je n'ai jamais tapé mon nom dans un moteur de recherches. Canção da América, de Milton Nascimento. Elle évoque l'amitié. Je l'écoute quand j'ai le blues et que je pense aux personnes qui me manquent. Le président du Brésil, Lula. Je voudrais savoir pourquoi il ne développe pas plus de projets pour les enfants, les écoles, la lutte contre la délinquance... Lundi dernier. Il était 23 h et je regardais une chaîne brésilienne et un programme de zapping qui mélange actualité générale, sport, politique,... Call of Duty, sur Xbox 360. J'y joue quand ma femme repart au Brésil avec notre enfant. En ligne, c'est marrant, même si les utilisateurs sont plus nombreux sur Playstation 3. Quand Digão, le frère de Kakà, était au Standard, il organisait des parties avec Pato. Depuis, on s'est un peu perdu de vue. Apparitions, avec Kevin Costner. Médecin, il perd sa femme qui travaillait pour une mission humanitaire. Mais le corps n'est pas retrouvé. Il commence à être victime d'apparitions et il pense que sa femme tente de communiquer avec lui. Il se rend sur place. Finalement, il découvre qu'il est papa : les Indiens ont sauvé l'enfant que sa femme portait. Non. Je sais qu'il y a plusieurs faux comptes à mon nom. Cela me dérange un peu mais je ne suis pas en colère. Je suis sûr que les gens, qui ont 300 ou 400 amis, n'en connaissent vraiment qu'une vingtaine. J'en ai presque 10.000 sur mon Ipod ! Un bon Bob Marley, c'est toujours agréable. Braveheart. Les thèmes sont passionnants : les rapports entre le peuple et la royauté, le combat pour la démocratie, la lutte d'un homme pour changer la destinée de son peuple, etc. Sinon, j'adore aussi... Mister Bean ! Tropa de elite. Les favelas de Rio sont contrôlées par des trafiquants armés et les forces de l'ordre, corrompues, mal équipées et divisées, n'osent plus intervenir. Le film montre bien les difficultés des régions pauvres du Brésil. Wagner Moura. C'est un acteur de télévision, de théâtre et de cinéma très connu chez nous. Il joue le personnage principal de Tropa de elite, le capitaine Roberto Nascimento.