Mercredi dernier, le Real a concédé un nul 1-1 évitable à Elche, une équipe de bas de tableau. Mais le premier match de 2021 s'est révélé faste pour le Real. Le squad de Zinédine Zidane a renoué avec la victoire, avec en plus une clean sheet rassurante pour Thibaut Courtois.
...

Mercredi dernier, le Real a concédé un nul 1-1 évitable à Elche, une équipe de bas de tableau. Mais le premier match de 2021 s'est révélé faste pour le Real. Le squad de Zinédine Zidane a renoué avec la victoire, avec en plus une clean sheet rassurante pour Thibaut Courtois. Au classement, les Merengues sont toujours précédés par leurs voisins de l'Atlético de Madrid, qui ont en plus deux matches de retard. Cependant, Zidane, en proie à de vives critiques ces derniers temps, a prouvé qu'il avait eu raison de conserver sa confiance au défenseur central Nacho (trente ans) et à l'ailier droit Lucas Vázquez (29 ans), deux soldats plutôt fiables. Toutefois, l'enseignement le plus réjouissant de la rencontre face au Celta Vigo vient de la réussite de Marco Asensio, un protégé de l'entraîneur français. L'attaquant, né de mère néerlandaise et de père espagnol, s'est déchiré les ligaments croisés en été, mais est revenu et a livré sa meilleure prestation de la saison le week-end dernier. Durant l'été 2016, Zidane avait dû user de toute sa persuasion pour convaincre la direction de conserver le joueur. Après deux saisons à un très bon niveau dans la capitale espagnole, Asensio s'est quelque peu perdu, niveau professionnalisme. Le dribbleur s'est trop laissé tenter par la vie nocturne. Ses qualités intrinsèques ne font pas l'ombre d'un doute, mais il doit améliorer ses statistiques dans les plus brefs délais, même s'il jouit toujours d'un contrat jusqu'en 2023. Sept titularisations en quinze matches, c'est beaucoup trop peu, de même que le bulletin obtenu durant les 711 minutes de jeu octroyées par Zidane: un but et deux assists. Asensio va-t-il parvenir à apporter une plus-value réelle à son équipe durant la deuxième partie de la saison? Il ne tient qu'à lui d'y répondre, avec les pieds.