La litanie des joueurs blessés ne s'interrompt pas, c'est une véritable hécatombe. La semaine dernière, le défenseur de St-Trond, Claude Kalisa, est revenu d'un Rwanda-Namibie qualificatif pour la CAN avec la jambe gauche dans un plâtre. Jeudi, il était opéré d'une double fracture tibia-péroné.
...

La litanie des joueurs blessés ne s'interrompt pas, c'est une véritable hécatombe. La semaine dernière, le défenseur de St-Trond, Claude Kalisa, est revenu d'un Rwanda-Namibie qualificatif pour la CAN avec la jambe gauche dans un plâtre. Jeudi, il était opéré d'une double fracture tibia-péroné. La veille, on a vu en direct à la télé Aboubacar Fofana (Lokeren) mal se réceptionner lors d'un choc avec la défense de Manchester City. Ligaments du genou pétés, il a été opéré le lendemain et est out pour six mois. A Anderlecht, le Coréen Seol a aussi été opéré du genou mais il ne sera out que pour un mois... comme ses coéquipiers Martin Kolar et Christian Whilhelmsson récemment. Yves Vanderhaeghe et Junior sont û eux û revenus en forme après des immobilisations bien plus longues. Nenad Jestrovic et Goran Lovre, par contre, sont toujours en rééducation. Et Hugo Broos craignait dimanche dernier û en plus des blessures d' Olivier Doll et Hannu Tihinen û de devoir aussi se passer pour un bout de temps de Glen De Boeck. Les Mauves sont en tête du classement, mais à quel prix ? Quand Aimé Anthuenis s'en est allé, le staff médical et l'équipe de conditionnement physique d'Anderlecht ont été bouleversés. Mais les statistiques concernant les blessures ne semblent guère probantes. A moins qu'il ne s'agisse que d'une insigne malchance ? Au Club Brugeois, actuellement, on ne compte qu'un blessé sérieux, Gaëtan Englebert. Alin Stoica se remet petit à petit et le duo Rune Lange- Marek Spilar a été très longtemps écarté mais est à nouveau rétabli. L'équipe de Trond Sollied limite donc les dégâts. Heureusement, car cela ferait vraiment mauvais genre d'avoir énormément de blessés alors que le président Michel D'Hooghe est le responsable de la commission médicale de la FIFA. Cela dit, en matière de blessures de footballeurs, deux thèses s'opposent. Les médecins, toujours prudents forcément, parlent volontiers d'accidents, à la fois pour les blessures musculaires et ligamentaires. Le foot û sport de contact û est rude du fait des chocs, extensions, torsions, mauvaises réceptions... L'observateur attentif a pu comprendre ce qui se passait avec la cheville de Stoica contre Anderlecht ou le genou de Fofana contre Manchester City. A chaque fois, l'articulation s'est tordue, mais si les ligaments de Stoica ne se sont pas rompus, ceux de Fofana, oui. Les contraintes étaient d'une intensité différente, certes, mais chaque footballeur trimballant son histoire de microtraumatismes et lésions ligamentaires, à cause apparemment identique, les conséquences sont souvent différentes. Les joueurs doivent donc souvent affronter le fatalisme de médecins du sport qui pratiquent finalement plus l'intervention que la prévention. La préparation est laissée généralement à des spécialistes qui ne sont pas médecins et qui suivent des directives très peu pointues. Pourtant, c'est au niveau des préparateurs que la seconde thèse se rencontre le plus souvent. Forcément, c'est leur gagne-pain. Ils ne sont engagés que s'ils parviennent à persuader leur employeur qu'ils peuvent donner à leurs poulains une condition physique, nerveuse et mentale optimale... tout en les dotant d'une carrosserie capable de résister aux épreuves. Le responsable de la préparation des joueurs de l'AC Milan est un Belge. Il n'est qu'ostéopathe mais les médecins sont obligés de lui obéir... étant donné qu'il est le gourou de Silvio Berlusconi, président du club et du conseil italien. Jean-Pierre Meersseman a exigé de mettre sur ordinateur toutes les données mesurables concernant les joueurs pour savoir à n'importe quel moment où ils en sont. Un équilibre optimal est ainsi projeté, et chaque joueur s'en écartant est automatiquement interdit de jeu car il risque la blessure. Jamais, jusqu'à présent, on ne s'était inquiété à ce point de l'intégrité physique des joueurs. Cela doit faire rêver Enzo Scifo, déjà opéré de la hanche, Philippe Albert, qui ne sait plus jouer au tennis sous peine de voir son genou gonfler, ou Régis Genaux, qui a déjà dû arrêter. Cela me fait toujours rigoler quand on dit que les footballeurs ne s'entraînent pas assez durement. Combien de dirigeants se demandent-ils si leurs joueurs s'entraînent correctement ?par John Baete" Combien de dirigeants se demandent-ils si leurs joueurs s'entraînent correctement ?"