Début mai, on a appris que Marcelo Bielsa (58 ans), sans club depuis une saison, allait succéder à José Anigo à Marseille. Celui-ci entraînait le club depuis la trêve hivernale et l'avait mené à la sixième place en Ligue 1.
...

Début mai, on a appris que Marcelo Bielsa (58 ans), sans club depuis une saison, allait succéder à José Anigo à Marseille. Celui-ci entraînait le club depuis la trêve hivernale et l'avait mené à la sixième place en Ligue 1. Bielsa, qui a signé pour deux ans à l'OM, a notamment été le sélectionneur de l'Argentine (1998-2004), du Chili (2007-2011) et le coach de l'Athletic Bilbao (2011-2013). L'ancien international argentin a suscité partout les mêmes commentaires : avec des jeunes talents, il développe un jeu rapide, direct, offensif, audacieux. El Loco - le Fou - comme on le surnomme a entamé la préparation flanqué d'un interprète, Fabrice Olszweski, puisqu'il ne comprend pas un mot de français. Ce n'est pas un drame car Marseille a déjà connu ce cas de figure avec l'Ecossais Charlie Bell, l'Autrichien Vincent Dandy Diettrich, le Catalan LuisIl BidoneMirol, l'Espagnol Javier Clemente ou encore le célèbre Allemand Franz Beckenbauer. André-Pierre Gignac et Jérémy Morel n'ont pu s'empêcher de sursauter en découvrant, lors du premier entraînement à La Commanderie, un terrain couvert de piquets. Le fruit du travail du nouveau préparateur physique Jan Van Winckel (ex-Club Bruges) et de son adjoint Frédéric Faure, qui ont mis sur pied un laboratoire de tests avec le médecin du club, Christophe Baudot. Bielsa a également élargi le staff en amenant Diego Reyes, le frère de José Antonio, les frères Diego et Javier Torrente plus Pablo Quiroga.Michy Batshuayi, transféré du Standard contre sept millions plus un coquet pourcentage en cas de revente à un ténor européen, a déjà compris que le travail imposé par Bielsa était à des lieuses de ce qu'il avait vécu chez les Rouches. La première semaine a été marquée par des entraînements de trois heures, généralement à raison de trois à quatre fois par jour. D'après les observateurs de L'Equipe et de France Football, on n'avait jamais vu pareille intensité. Des exercices aérobiques pour améliorer le rendement cardiaque ont été combinés à des jeux de combinaisons dans des espaces réduits. On n'entend que Bielsa. Il ne cesse d'encourager ses joueurs, auxquels il a expliqué qu'ils devraient reculer leurs limites cette saison. Avec une grande conséquence, il appelle ses joueurs par leur nom de famille, pour qu'on ne lui reproche pas la moindre familiarité. Bielsa est conscient de la puissance des supporters de l'OM. Ceux-ci n'octroient pas facilement leur confiance à un entraîneur et d'ailleurs, la vente des abonnements n'atteint pas encore des sommets. Toutefois, l'Argentin s'est déjà gagné les faveurs des centaines de membres des Winners, un groupe qui apprécie beaucoup la culture sud-américaine. Ce noyau a déjà fabriqué une banderole Haznos Sonar ! (Fais-nous rêver) et scande déjà " Ohé ohé ohé, Bielsa, Bielsa ". L'OM rêve des succès obtenus de 1991 à 1993 sous la houlette de Raymond Goethals, quand il avait gagné la C1 face à l'AC Milan. Le président Vincent Labrune est très ambitieux. En principe, André Ayew et Mathieu Valbuena restent au Stade Vélodrome et l'OM a versé cinq millions à Rennes pour enrôler son médian, Romain Alessandrini (25 ans). Il espère en plus que plusieurs jeunes talents émergent. PAR FRÉDÉRIC VANHEULE