"Mais où va-t-on s'arrêter ?", s'inquiéta Georgette s'attardant sur la page de journal que ne camouflaient qu'à demi ses épluchures de pommes de terre. " Figure-toi qu'en Californie, Marcel, on est arrivé à ce que des souris habituellement inactives soient capables de grandes performances physiques en parvenant à activer continuellement un gène qui, normalement, n'est actif que pendant un entraînement soutenu d'endurance ! "
...

"Mais où va-t-on s'arrêter ?", s'inquiéta Georgette s'attardant sur la page de journal que ne camouflaient qu'à demi ses épluchures de pommes de terre. " Figure-toi qu'en Californie, Marcel, on est arrivé à ce que des souris habituellement inactives soient capables de grandes performances physiques en parvenant à activer continuellement un gène qui, normalement, n'est actif que pendant un entraînement soutenu d'endurance ! " - " Téléphone à tes Californiens, propose-leur un voyage d'études à Noiseux-sur-Berwette ! ", soupira Marcel, en pleine neurasthénie, et que la lecture de la biographie de Pierluigi Collina n'arrivait pas à absorber. " Qu'ils viennent pour activer ce gène-là chez ceux de mes pourris feignants de joueurs qui brossent mes entraînements : ou pour leur faire bouffer les souris, mais qu'ils courent, nom de Dieu ! QU'ILS COURENT ET QU'ON GAGNE ENFIN ! " -" L'équipe avait 1 point sur 18 quand tu l'as reprise, elle en a maintenant 15 sur 54 : c'est quand même nettement mieux que ton prédécesseur ", tenta charitablement Georgette. " Le seul problème, c'est que les joueurs et les supporters te voient un peu différemment, depuis ta petite distraction d'il y a un mois : il s'agit de restaurer la confiance mutuelle ! ", jargonna- t-elle en footeuse digne de ce nom. Georgette avait dit petite distraction, mais elle pensait connerie monumentale... Cette fois-là, avant le match, pour rompre la monotonie, pour shooter dans les habitudes, Marcel n'avait pas retranscrit au tableau noir le onze de départ. Il avait pris chaque joueur à part, cinq minutes au moins, pour expliquer minutieusement son rôle à chacun. Il y avait ce jour-là dix-sept spectateurs et aucun arbitre, un comitard d'en face avait pris le sifflet. A la 9e, Noiseux menait déjà 2-0. A la 14e enfin, le gardien d'en face s'aperçut de la distraction et hurla comme un damné : Noiseux jouait à douze ! Chacun compta, tous durent se rendre à l'évidence : Marcel, qui avait longuement hésité entre un 4-3-1-2 et un 5-4-1 avait finalement opté pour un 5-2-3-1 ! Sur le tapis vert du Comité Provincial, ça ne pardonna pas... - " Ne rêve plus de restauration, ma Georgette. Après ma boulette de dimanche dernier, tout est rasibus, faudra reconstruire sur des ruines ! ", lâcha Marcel désabusé. " Mais c'est vrai, tu n'étais pas au dernier match : tu ignores que, rapport à cette petite distraction, j'ai remis le couvert ! " - " Marcel, ne me dis pas que vous avez de nouveau débuté à douze ! Si c'est ça, je m'en vais te déboulonner moi-même et en personne ! " Marcel geignit misérablement : - " C'est l'inverse. J'avais retranscrit l'équipe au tableau noir, je tournais le dos au tableau en faisant face au groupe, j'achevais mon speech. Bruno, qui est polyvalent pour jouer mais aussi pour se foutre de la gueule du monde, m'a alors interpellé en rigolant : -Sans blague maintenant, coach : je joue où ? Je suis sorti de mes gonds, j'ai braillé qu'il n'écoutait rien et qu'il n'avait qu'à regarder le tableau. Puis je suis sorti du vestiaire en claquant la porte. Il a bien fallu cinq minutes pour qu'elle se rouvre et pour que le brave Kevin, mon douzième homme qui ne dit jamais rien, vienne me rejoindre dans le rond central où je fulminais. Il m'a dit timidement : -Coach, je vais jouer devant la défense, okay ? Parce que sur le tableau, dans le 4-5-1, Bruno est en même temps positionné comme demi défensif et comme soutien de l'homme de pointe... Je suis resté sans voix, j'ai acquiescé en souriant comme un mendiant... Ma mémoire prend l'eau de toutes parts, je deviens juste bon pour coacher en Ligue Alzheimer ! ", conclut Marcel accablé. -" Marcel, sors du tunnel ! Tu as plus d'un tour dans ton sac, sors-en un ce dimanche et tu redeviens leur gourou... ", tenta d'encourager Georgette. -" Dimanche, on se rend chez le leader... ", précisa Marcel d'une toute petite voix... Un ange passa dans la cuisine, lentement, entre Georgette re-épluchant ses crompires, et Marcel replongé dans sa biographie de Collina... - " Je crois que j'ai trouvé ! ", murmura Marcel, le nez dans son bouquin...n (A suivre)par Bernard JeunejeanUn 5-2-3-1 sur le tapis vert du Comité Provincial, çA NE PARDONNE PAS !