-" Je vais finir par croire que c'est Lokeren qui est champion de Belgique, pas le Standard... ", grogna Marcel en slurpant bruyamment son café brûlant.
...

-" Je vais finir par croire que c'est Lokeren qui est champion de Belgique, pas le Standard... ", grogna Marcel en slurpant bruyamment son café brûlant. -" ? ! ? ! ", interrogea Georgette d'un regard hébété, mais sans obtenir d'explication puisque son vieil hominidé restait plongé dans la gazette du matin. " Eclaireras-tu mon humble lanterne quant aux profonds méandres de ta pensée hors pair ?", ironisa-t-elle à voix haute. -" Eh bé... c'est simple : Lokeren a réalisé en 2009 la plus grosse progression au classement final : septième et 51pts, contre douzième et 42pts en 2008 ", grogna Marcel, toujours limite/dépressif depuis que Noiseux-sur-Berwette, le 17 mai dernier, avait dégringolé en 3e Provinciale. Cela faisait maintenant 38 jours qu'il n'avalait pas la pilule et criait vengeance. Noiseux se trouvait relégué avec 29 pts, soit 3 victoires, 20 nuls, 7 défaites et un average de 24-38. Mais juste au-dessus, les rivaux éternels de Vaux-sur-Vache se sauvaient avec 30 pts, soit 10 victoires, aucun draw, 20 défaites et un average de 24-55... On pouvait tourner les chiffres dans tous les sens, c'était injuste et inacceptable : ces pourris de voisins se maintenaient parce qu'ils avaient assuré davantage de spectacle... en se faisant battre trois fois plus souvent et en se ramassant davantage de buts ? Scandale ! Si la victoire avait toujours valu deux points Noiseux aurait laissé Vaux à 6 unités ! L'iniquité du système à trois points éclatait enfin au grand jour dans l'univers du foot, et il avait fallu que cela tombe sur un coin perdu d'Ardenne et, dans ce coin perdu, sur le club que coachait Marcel ! Dans un premier temps, il avait voulu se battre : il avait contacté Me Luc Misson, Ardennais aussi et qu'il connaissait personnellement, pour porter avec lui plainte en référé contre le CP luxembourgeois et l'URBSFA... et ils iraient au besoin jusqu'au TAS à Lausanne ! Hélas, par simple coup de fil de sa secrétaire, Misson avait décliné sans autre forme de procès, prétextant un agenda surchargé par la défense de Claude Despiegeleer... Ce qui avait anéanti Marcel, socialo dur mais pur depuis un demi-siècle : que Luc lui ait préféré Despi fut comme un coup de glaive en plein c£ur. Asthénique depuis lors, il en voulait au monde entier. -" Lokeren est SEPTIÈME, alors explique-toi ! ", exigea cette fois Georgette d'une voix de stentor. -" Les classements des élections sont encore plus CONS que ceux du foot ! ", explosa Marcel, qui examinait en fait la répartition des sièges au nouveau parlement wallon. -" Y'en a marre d'entendre partout qu'Ecolo a gagné ! Ecolo est TROISIÈME d'un classement final que NOUS, les Rouges, avons encore remporté même si nous avons moins de points que la dernière fois ! La perf d'Ecolo, quoique nette, ce n'est qu'une perf de type/Lokeren ! Gloire à Elio, gloire à Laszlo ! ", clôtura-t-il. -" Mauvais perdant sempiternel ! Comment peux-tu encore voter PS malgré toutes ces affaires ? Et te rends-tu bien compte du score phénoménal d'Ecolo ? Rien à voir avec Lokeren : le boom d'Ecolo, c'est comme si Boussu-Dour rejoignait la D1 dès mai 2010 ! ", compara Georgette qui maîtrisait ses classiques... et qui votait vert depuis 1994, parce que Guy Spitaels l'avait fort déçue lors de l'affaire Agusta. " 562.000 voix et 23 % à l'Europe, 372.000 voix et 19 % en Wallonie ! ", précisa-t-elle triomphaliste après avoir arraché la gazette à Marcel. " Moins que nous... Et votre score à l'Europe, vous le devez au football ! ", asséna Marcel. " La base populaire de l'essor européen des écologistes, c'est Daniel Cohn-Bendit ! Et si Cohn-Bendit ne s'était pas régulièrement proclamé dingue de foot depuis 1968, vous n'en seriez pas là aujourd'hui ! Parfaitement ! " -" N'importe quoi... Et les voix de préférence pour Jean-Michel Javaux, elles sont dues au foot aussi sans doute... ", lâcha Georgette vexée, car elle faisait partie du club de groupies de Jean-Mi-gendre-rêvé... -" Evidemment ! A force de porter son écharpe à Sclessin et de se revendiquer rouche, il en doit au moins la moitié aux supporters du Standard ! ", asséna Marcel. -" Ben voyons... Il garde quand même l'autre moitié sur base de sa clairvoyance politique et de son charisme, c'est déjà ça... ", hurla Georgette excédée, menaçant d'expédier son rond de serviette dans le faciès marital. -" Même pas : l'autre moitié, ce sont les votes des arbitres de foot, qui croient dur comme fer que Jean-Michel est le fils de Marcel Javaux ! ", rigola l'autre Marcel soudain régénéré, bondissant de sa chaise pour quitter la cuisine en esquivant le rond de serviette...l par bernard jeunejean