(Résumé : Marcel confesse à Maurice, le curé, avoir bricolé un système d'écoute du briefing de l'équipe adverse, lors d'un match pour le maintien en fin de saison dernière...)
...

(Résumé : Marcel confesse à Maurice, le curé, avoir bricolé un système d'écoute du briefing de l'équipe adverse, lors d'un match pour le maintien en fin de saison dernière...) - " Dans son briefing, le coach d'en face a beaucoup insisté sur la qualité de frappe des coups francs de notre Toto... ", commença d'avouer Marcel. - " Là, il n'avait pas tort : notre Toto est aussi fort que Mihaijlovic ! ", s'extasia le curé. - " Il a donc fortement insisté pour que tous les gars de son mur soient bien droits sur la pointe des pieds ", poursuivit Marcel. " Il l'a surtout répété à Milou, son petit médian qui fait toujours l'intérieur du mur, qui ne doit guère dépasser le 1m65 : il a reproché à Milou sa fâcheuse tendance à se planter les semelles dans le gazon, à rentrer la tête dans le cou par peur de se faire abîmer le faciès, et à penser davantage à protéger ses roubignolles que le but de l'équipe. J'ai entendu Milou grommeler qu'il n'avait pas demandé à Dieu de naître petit poids plume et prétendre que, quand il se mettait sur la pointe des pieds, il se faisait emporter comme fétu de paille chaque fois qu'une frappe lourde l'atteignait de plein fouet... J'ai simplement rapporté ça à notre coach, qui l'a rapporté à notre Toto,... tu connais la suite : Toto est passé par dessus ce couillon de Milou, et il a crucifié le gardien ! " - " Surveille ton langage, Marcel ! ", gronda Maurice en se signant. " Seigneur ! Nous devons donc notre maintien à ton péché... Car je connais Toto : d'habitude, il contourne toujours l'extérieur du mur ! Et cet odieux stratagème de table d'écoute, tu l'as détruit, au moins ?" - " Je n'ai pas encore eu le temps ", bredouilla Marcel, pensant en son for intérieur que la saison recommençait seulement. - " Tu ne l'as quand même pas réutilisée depuis ? Ne biaise pas, Marcel ! On ne biaise pas avec le Tout-Puissant ! " - " Nooon !... Enfin, sauf le jour même ", précisa-t-il en rougissant dans la pénombre. " Après le match, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller réécouter ce qui se disait dans le vestiaire visiteur ! Maurice, si tu avais entendu l'engueulade ! C'est bien simple, le casque et la table d'écoute devenaient presque inutiles ". - " Ce retour sur le lieu de ton crime, c'est du vice pur, Marcel ! C'est un second péché sans même un but méprisable ! Un péché pour le plaisir ! " -" Je ne le ferai plus ", s'aventura Marcel. - " Avoir lâché le paquet ne suffit pas ! Pour le pardon de Dieu, il faut aussi la contrition, Marcel, la contrition ! As-tu la contrition ?" - " Je l'ai, Maurice ! ", ronchonna Marcel qui commençait à en avoir marre de se faire engueuler par son copain d'enfance. " C'est pardonné ?" - " Pour ta pénitence... ", commença le curé en fermant fort les yeux comme s'il attendait que la sanction lui soit soufflée par Dieu, " ... tu es suspendu de buvette, tant à domicile qu'à l'extérieur, pour toute la durée du premier tour ! " - " Quoi ?", tonna Marcel, oubliant le recueillement du lieu. " Pas ça, Maurice, sois pas vache, file-moi du châtiment traditionnel : des Je vous salue Marie, des Notre père, un chapelet entier, des chapelets entiers ! Tu te souviens quand nous étions gamins et qu'il fallait réciter des chapelets : à chaque dizaine, une équipe de foot ! Nous remplacions les Je vous salue Marie par les dix joueurs de champ, et le Notre Père par le nom du gardien de but ! ", susurra-t-il pour prendre Maurice par les sentiments. - " TU remplaçais ! Moi, je priais pour deux et pour ton salut... Une pénitence doit faire mal pour en être une. C'est à prendre ou à laisser : l'abstention de buvette ou, qui sait, le FEU ETERNEL !... Ainsi soit-il, Marcel ?", gronda le curé. -" Ainsi soit-il... ", marmonna Marcel, qui revoyait soudain partout des Diables pas commodes, jouant au foot avec leurs fourches sur un terrain en feu. -" Alors, ego te absolvo, mais d'un fifrelin ", consentit Maurice en le bénissant. par Bernard Jeunejean" Toto est passé par dessus ce couillon de Milou, et il a crucifié le gardien ! " (Marcel)