Quand nous abordons le volet " Marc Wilmots ", Lieven Maesschalck garde son sourire mais tente de le refermer aussi vite. " Ça fait deux ans que je ne lui ai plus parlé. " La cassure est-elle irréparable ? " Ça reste privé. Chapitre fermé. " Les deux hommes ...

Quand nous abordons le volet " Marc Wilmots ", Lieven Maesschalck garde son sourire mais tente de le refermer aussi vite. " Ça fait deux ans que je ne lui ai plus parlé. " La cassure est-elle irréparable ? " Ça reste privé. Chapitre fermé. " Les deux hommes étaient amis de très longue date. Wilmots faisait régulièrement soigner chez Maesschalck ses problèmes de cheville mais aussi de genou, comme avant la Coupe du Monde au Japon en 2002. L'ex-joueur de Schalke l'appelait même le " kinésiste-magicien ". Quand Wilmots prend les rênes des Diables, il se félicite à plusieurs reprises, et même publiquement, de pouvoir compter sur les services de son ami Lieven. Mais les deux hommes ont une très forte personnalité et des tensions s'installent au fil du temps. Lors du stage en Suède, qui prépare la Coupe du Monde au Brésil, Wilmots renvoie l'ostéopathe, Frédéric Van Burm, amené par Maesschalck. C'est leur premier clash d'envergure. Durant le tournoi, ce dernier calme notamment Romelu Lukaku qui est frustré des choix entrepris par le sélectionneur. Maesschalck accepte très difficilement le côté dictatorial et control freak de son ex-ami. Le manque de libertés pèse sur tout le groupe. Deux mois après l'été brésilien, le kinésithérapeute annonce son désir de quitter la Fédération.