Dans ce contexte, le football belge a-t-il encore un intérêt ?

Oui. Il faut faire la part des choses. Certains de nos concurrents ont des chaînes qui retransmettent des matches et pas grand-chose le reste du temps. Avec 11+, notre objectif est de créer une chaîne " habillée " pour nos abonnés et qui propose constamment du contenu. Belgacom continue de se développer, ce qui est de bon augure pour l'avenir. Mais le foot belge n'est pas négligé. Les matches de D2 réalisent d'excellentes audiences et attirent un public...

Oui. Il faut faire la part des choses. Certains de nos concurrents ont des chaînes qui retransmettent des matches et pas grand-chose le reste du temps. Avec 11+, notre objectif est de créer une chaîne " habillée " pour nos abonnés et qui propose constamment du contenu. Belgacom continue de se développer, ce qui est de bon augure pour l'avenir. Mais le foot belge n'est pas négligé. Les matches de D2 réalisent d'excellentes audiences et attirent un public de fidèles. La semaine dernière, nous avons passé une journée à réfléchir sur le Multi Live de la D1 pour que le produit soit le plus attractif possible. C'est de l'horlogerie fine. Oui. C'est l'offre qui recueille le plus d'abonnés. Deux écoles s'affrontent. D'un côté, il y a les gens qui aiment avoir le temps de voir les actions. De l'autre, il y a ceux qui estiment les ralentis superflus et qui veulent tout voir immédiatement. L'uniformité n'existe pas. Nous essayons de contenter ces deux franges de notre public. C'est pareil pour le suivi des clubs francophones. Doit-on privilégier Mons et Charleroi alors que les spectateurs ont la possibilité de regarder leur match en intégralité sur une autre chaîne ? Personnellement, l'année dernière, j'adorais voir des images de Zulte-Waregem car cette équipe développait un football de qualité. Bref, là aussi, il faut trouver un équilibre : essayer de montrer les clubs francophones tout en ne négligeant pas les autres formations. On pourrait aussi envisager un duplex depuis les stades, pour avoir des réactions à chaud avant les matches par exemple, mais cela nécessite des moyens supplémentaires. N'oublions pas que nous suivons déjà cinq matches dans les deux langues ! Pour moi, la révélation, c'est le duo formé par Johan Walem et Vincenzo Ciuro. Walem n'est pas entraîneur des espoirs pour rien. Ce n'est qu'une étape dans sa carrière. Yannick Ferrera est arrivé au milieu de la saison dernière et, après deux semaines, on a eu l'impression qu'il avait toujours été des nôtres ! Ce qui est intéressant, c'est que l'analyse de nos consultants est à l'image de leur passé de footballeur. Fadiga a un côté " foufou ", Jbari est cash comme l'attaquant qu'il était, Teklak est bosseur et consciencieux, etc.PAR SIMON BARZYCZAK" Nous ne négligeons pas le foot belge ! "