En 2005, Marc Delire avait rejoint Belgacom TV à la surprise de tous. Depuis quelques mois, il est de retour sur la RTBF avec Y a pas que le foot sur Vivacité et une présence hebdomadaire dans Studio 1 La tribune.
...

En 2005, Marc Delire avait rejoint Belgacom TV à la surprise de tous. Depuis quelques mois, il est de retour sur la RTBF avec Y a pas que le foot sur Vivacité et une présence hebdomadaire dans Studio 1 La tribune. La RTBF vous manquait ? Y a pas que le foot est dû à un concours de circonstances. Lors d'une soirée, j'ai rencontré Francis Goffin, directeur de Vivacité, qui m'a parlé d'un projet radio. Je lui ai dit que cela m'intéressait. Peu après, j'ai appris qu'on cherchait quelqu'un pour former un duo avec Régine Dubois. Or, c'est la femme de l'un de mes meilleurs amis ! J'ai dû m'habituer à parler d'autre chose que de foot. Ce qui ne me déplaît pas. Quand j'évoque une chanson avec un invité, j'ai l'impression d'ouvrir une porte vers une autre facette de sa personnalité. Qui était le meilleur client ?Albert Cartier m'a étonné en avouant être fan de cornemuses et de cors de chasse. J'ai été surpris par les connaissances d'Alex Teklak. Michel Verschueren a réussi à parler d'autre chose que de musique pendant trois quarts d'heure... Michel Lecomte a eu un lapsus révélateur en avouant aimer Dalida alors qu'il voulait dire Barbara. Tous les lundis, vous présentez des images inédites de Belgacom TV dans Studio 1 La tribune. Vrai plus ou coup de pub déguisé ?Les deux. Studio 1 nous offre l'opportunité de mettre en évidence des petits détails que la RTBF ou Belgacom TV n'ont pas le temps de diffuser. Personne n'avait remarqué que les buts marqués par Anderlecht et le Standard à Westerlo étaient similaires. Mais soyons clairs : il y a aussi la mise en valeur d'un produit Belgacom que je représente. Le projet d'un Studio 1 La tribune sur Belgacom TV est-il d'actualité ? A l'heure actuelle, la priorité est donnée au direct. Cette année, nous avons voulu moderniser le multi-live. C'est un produit intéressant qui a du succès chez nos téléspectateurs. Mais Belgacom est une société qui se remet en question. La saison prochaine, ce type d'idée aboutira peut-être. Il y a deux semaines, le directeur général du Standard Pierre François vous a mis en cause en déclarant ironiquement que " le plateau de Studio 1 était devenu plus rouge avec l'arrivée de Marc Delire ". Comment vivez-vous cette relation difficile avec le Standard ? Bien. Le Standard est l'équipe la plus agréable à commenter. Pierre François et Laszlo Bölöni accomplissent du bon travail. Je leur souhaite d'être champions. Maintenant, s'ils ont des problèmes avec moi, ils ont le droit de penser ce qu'ils veulent. Mais cela ne m'empêche pas de leur serrer la main quand je les vois.