Fellaini, pire que Zidane et De Bilde

Etre élu joueur du mois ne donne pas tous les droits. Qu'est-ce qui se passe sous la tignasse de Marouane Fellaini ? Ce qu'il a fait à Ryan Shawcross, le joueur de Stoke, est inexcusable. Qu'il ne vienne surtout pas se justifier en disant que le gars l'avait poussé ou tiré. Avec Fellaini, on n'est plus dans la configuration des scandales provoqués par Zinédine Zidane avec son coup de boule sur Marco Materazzi, ou celui de Gilles De Bilde avec son coup de coude à Krist Porte. Dans ces deux cas, c'étaient des réactions exceptionnelles, qui ne correspondaient pas aux profils des joueurs. Fellaini, lui, est un multirécidiviste. Il ne se laisse pas faire, il met le pied, les coudes, tout le corps par moments : c'est ce qui fait sa force et explique son parcours de fou. Mais maintenant, ça se retourne contre lui. Il est victime de son jeu, de ses qualités. Plusieurs fois, depuis qu'il est à Everton, il s'en est bien sorti après avoir joué trop dur. Mais son coup de tête sur Shawcross est la goutte d'eau. Il doit faire un gros travail mental sur lui-même, apprendre à se contrôler, comprendre que si ses a...

Etre élu joueur du mois ne donne pas tous les droits. Qu'est-ce qui se passe sous la tignasse de Marouane Fellaini ? Ce qu'il a fait à Ryan Shawcross, le joueur de Stoke, est inexcusable. Qu'il ne vienne surtout pas se justifier en disant que le gars l'avait poussé ou tiré. Avec Fellaini, on n'est plus dans la configuration des scandales provoqués par Zinédine Zidane avec son coup de boule sur Marco Materazzi, ou celui de Gilles De Bilde avec son coup de coude à Krist Porte. Dans ces deux cas, c'étaient des réactions exceptionnelles, qui ne correspondaient pas aux profils des joueurs. Fellaini, lui, est un multirécidiviste. Il ne se laisse pas faire, il met le pied, les coudes, tout le corps par moments : c'est ce qui fait sa force et explique son parcours de fou. Mais maintenant, ça se retourne contre lui. Il est victime de son jeu, de ses qualités. Plusieurs fois, depuis qu'il est à Everton, il s'en est bien sorti après avoir joué trop dur. Mais son coup de tête sur Shawcross est la goutte d'eau. Il doit faire un gros travail mental sur lui-même, apprendre à se contrôler, comprendre que si ses adversaires font des fautes, il y a un arbitre pour en discuter. C'est complètement idiot de se faire vengeance soi-même. Et dire qu'il traverse la meilleure période de sa carrière, que tous les grands clubs semblent vouloir l'acheter au plus vite. Il aura quand même son transfert. Mais il va garder longtemps une sale étiquette. Christian Benteke est plus que jamais sur son nuage. Je ne suis pas étonné qu'il s'impose dans le championnat d'Angleterre. Il avait prouvé son talent à Genk et a commencé à le faire en équipe nationale. Par contre, je suis surpris qu'il réussisse aussi vite. Il a tout digéré à une vitesse record : l'adaptation à un nouveau cadre de vie et à un football différent, la concurrence. En plus, il devait s'affirmer à l'un des postes les plus difficiles. Quitter la Belgique et devoir se faire une place d'attaquant là-bas, c'est souvent compliqué. RomeluLukaku confirmera. Benteke a été extraordinaire le week-end passé sur le terrain de Liverpool : deux beaux buts, un bel assist. Jusqu'ici, c'est son match référence en PremierLeague.Lors de Genk - Anderlecht, si on revoit le Racing qui a atomisé Zulte Waregem en Coupe, tout est possible. Mais si on a l'équipe qui a bâclé son match de championnat trois jours plus tard contre le même adversaire, Anderlecht risque de se balader. Les Limbourgeois font globalement une très belle saison : une position intéressante au classement, les demis de la Coupe sont assurés, le printemps européen aussi. Mais s'ils continuent à avoir des soirs sans, il pourraient se retrouver les mains vides en mai. Il leur manque actuellement de la constance et de la hargne pour jouer le titre. Anderlecht en est à huit victoires d'affilée mais se fait siffler par son public contre Louvain. C'est bon signe, ça veut dire que le stade vise encore plus haut, exige un retour au vrai label mauve : les résultats avec la manière.Francky Dury n'est pas toujours parvenu à combiner les résultats et l'offensive. Maintenant, il le fait. Zulte Waregem joue vers l'avant, met constamment la pression, n'attend plus pour frapper en contre-attaque. C'est beau à voir. Dimanche, contre Genk, cette équipe a joué son match référence de la saison. Pelé Mboyo n'a eu besoin que de quelques dizaines d'heures pour comprendre qu'il avait trop déconné. Il a vite remis l'horloge à l'heure : des excuses puis trois buts en deux matches. Il faut une sacrée solidité mentale pour (bien) réagir aussi rapidement.Standard - Bruges, ce sera le premier gros rendez-vous à domicile pour Mircea Rednic. Le Standard actuel, c'est un bloc, des raisonnements collectifs, de l'engagement, une bonne mentalité, une équipe qui vit et fait corps avec son public, des joueurs qui évoluent à leur meilleur niveau, un duo d'attaque Imoh Ezekiel - Michy Batshuayi qui crache le feu. Tiens tiens... tout ce qu'on ne voyait pas avec Ron Jans. Il y a deux mois, tout le monde pensait que ce groupe avait tout au plus assez de qualités pour viser de justesse les play-offs 1. Aujourd'hui, le Standard montre qu'il peut terminer dans les trois premiers. Pour voir encore plus haut, il faudrait acheter malin en janvier. Les deux gamins qui jouent devant risquent fort de connaître un creux, les backs ne sont pas d'un niveau exceptionnel et une absence de Laurent Ciman et/ou Kanu coûterait cher directement. A Bruges, les résultats suivent sans que l'on voie un jeu vraiment intéressant. Juan CarlosGarrido continue son grand nettoyage, il devrait y avoir des départs en janvier et on sait déjà que le Club va encore perdre pas mal d'argent. Est-ce que ces joueurs seront remplacés ? Ici, il faut se poser une question essentielle : la direction va- t-elle faire venir des joueurs demandés par son coach, ou va-t-elle de nouveau faire des mouvements dans son dos ? Il y a un an, Nabil Dirar avait été vendu à Monaco alors que Christoph Daum le considérait comme son meilleur atout. Et l'été passé, les joueurs venus à Bruges n'étaient pas les profils demandés par Georges Leekens. Je me demande par exemple si on ne va pas essayer de monnayer Carlos Bacca dès janvier. Autre interrogation : va-t-on dire rapidement à Garrido qu'il peut rester la saison prochaine et travailler avec lui dans le recrutement ? Ou alors rester dans le court terme comme cela se fait depuis le début de la saison passée ? Pour le choc de dimanche, en tout cas, je donne un net avantage au Standard, bien mieux en jambes. PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE DANVOYE