A Anderlecht, le plaisir est dans le pré

C'est un peu bizarre, un Clasico avec une seule équipe au niveau d'un Clasico ! Quelle démonstration d'Anderlecht face à Bruges ! Ce Sporting-là n'a plus rien à voir avec l'équipe malade au moment de son match à Charleroi. Quand Herman Van Holsbeeck parle de retour du foot champagne, on doit lui donner raison puisque le spectacle et les buts suivent. Au-delà de tout cela, je retiens autre chose : les sourires sont revenus sur les visages. C'est frappant. Je n'avais jamais vu un Lucas Biglia semblant aussi épanoui. Milan Jovanovic a connu beaucoup de choses dans sa carrière, mais lui aussi respire à nouveau le bonheur. Idem pour les jeunots Dennis Praet et Massimo Bruno. A tous les étages de l'équipe, ça s'amuse, ça rigole.
...

C'est un peu bizarre, un Clasico avec une seule équipe au niveau d'un Clasico ! Quelle démonstration d'Anderlecht face à Bruges ! Ce Sporting-là n'a plus rien à voir avec l'équipe malade au moment de son match à Charleroi. Quand Herman Van Holsbeeck parle de retour du foot champagne, on doit lui donner raison puisque le spectacle et les buts suivent. Au-delà de tout cela, je retiens autre chose : les sourires sont revenus sur les visages. C'est frappant. Je n'avais jamais vu un Lucas Biglia semblant aussi épanoui. Milan Jovanovic a connu beaucoup de choses dans sa carrière, mais lui aussi respire à nouveau le bonheur. Idem pour les jeunots Dennis Praet et Massimo Bruno. A tous les étages de l'équipe, ça s'amuse, ça rigole. Et quelle métamorphose dans le botté des penalties. Autant on ressentait de la crainte ces derniers mois, autant c'est cool maintenant. Jovanovic et Biglia ne se sont pas contentés de mettre les ballons sagement et discrètement au fond, ils ont envoyé des patates dans la lucarne. Evidemment, c'est plus facile de tirer de façon détendue quand tu es en démonstration contre un pseudo-rival pour le titre que si tu dois t'avancer à la dernière minute d'un match décisif en Ligue des Champions ! Mais ces penalties sont une parfaite illustration de l'état d'esprit actuel des Mauves. Aussi brillant, aussi intelligent et aussi efficace à son âge... il ne sert à rien de traîner : Dennis Praet mérite très vite une chance chez les Diables Rouges. Il a le niveau pour faire partie de l'aventure sur la route du Brésil. Il a un point commun avec Vincent Kompany et Eden Hazard : assez de talent pour devenir un cadre de l'équipe nationale en étant encore très jeune. Les Mauves cartonnent en championnat, on ne compte plus les buts qu'ils marquent. Contre le Zenit, ils ont su montrer un autre visage : celui de la patience. Ils ont pratiqué un foot d'adultes, sans s'énerver. C'est un peu fou qu'ils soient complètement relancés dans la course à la qualification en ayant marqué une seule fois en quatre matches. S'ils battent Milan la semaine prochaine, ce sera bien emmanché.Depuis quelques années, les campagnes de transfert sont chahutées au Club et on peut s'attendre à ce que ça bouge encore prochainement. Cette équipe continue à être catastrophique. L'état d'esprit est lamentable, on a l'impression que des joueurs raisonnent comme ceci : " Mon coéquipier ne fait pas l'effort pour tenir un adversaire ? OK, alors je ne le fais pas non plus. " Et ça donne des buts comme ceux qu'on a vus à Anderlecht, avec des boulevards en défense. Les blessures multiples ne sont pas que dans les jambes : les têtes vont très mal aussi. Je vois les Brugeois dans les play-offs 1 mais ils ne se battront pas pour le titre. Même quand tout le monde sera revenu, la qualité sera insuffisante. Quand Mémé Tchité dit que ce Club ne serait pas assuré de gagner contre une D3, je ne lui donne pas tort. On ne va pas accabler Philippe Clément qui a hérité de l'équipe au plus sale moment, mais je m'interroge quand même sur certains de ses choix. Il a un attaquant qui pète la forme : Carlos Bacca. Pour aller à Anderlecht, il le laisse sur le banc en justifiant qu'il est fatigué et ne peut pas enchaîner deux gros matches en quatre jours. Je ne suis pas d'accord : un joueur en forme n'est pas fatigué ! Des play-offs 1 avec Lokeren, Courtrai, Zulte Waregem et Louvain, ça ne remplirait pas les stades et ça ferait tiquer les télés. Moi, je retiens d'abord que ça illustre l'excellent travail d'entraîneurs qui ne sont pas des stars, qui n'ont pas reçu leur poste sur la base d'un passeport hollandais... Peter Maes, Hein Vanhaezebrouck, Francky Dury et Ronny Van Geneugden mériteraient tous une chance dans un grand club. Maes ne l'a encore jamais eue. Les trois autres bien, ça n'a marché ni pour Dury à Gand, ni pour Vanhaezebrouck et Van Geneugden à Genk, mais on doit leur rendre une occasion de démontrer leur valeur. Le timing du match de ce mercredi en Roumanie n'est pas idéal parce que les internationaux en ont plein les pieds avec leurs clubs. C'est le bon moment pour tester des joueurs qui ne sont pas régulièrement titulaires et - pourquoi pas - voir si les Diables ne peuvent pas jouer dans un système différent de ce qu'ils font habituellement. Marc Wilmots n'a rien à perdre. La Belgique qui revient dans le Top 20 mondial, ça rappelle des souvenirs du début des années 2000. Maintenant, on peut viser encore plus haut. Je ne parle pas d'une ou deux places, mais carrément du Top 10. C'est une ambition qui n'a rien de déraisonnable. PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE DANVOYE - PHOTOS: IMAGEGLOBE