Van den Brom a surévalué son noyau

Malaga, Standard, Zenit, puis Charleroi. Quatre défaites en un rien de temps pour un Anderlecht qui ne montre rien. A Charleroi, les Mauves ratent deux occasions en début de match, puis perdent et se retranchent derrière ces occasions non concrétisées. Il faut trouver d'autres excuses. Je dois citer tous les postes et toutes les individualités qui posent problème ? Je prends simplement le match de ce week-end. Guillermo Molins et Ronald Vargas sont cruellement en manque de rythme.
...

Malaga, Standard, Zenit, puis Charleroi. Quatre défaites en un rien de temps pour un Anderlecht qui ne montre rien. A Charleroi, les Mauves ratent deux occasions en début de match, puis perdent et se retranchent derrière ces occasions non concrétisées. Il faut trouver d'autres excuses. Je dois citer tous les postes et toutes les individualités qui posent problème ? Je prends simplement le match de ce week-end. Guillermo Molins et Ronald Vargas sont cruellement en manque de rythme. Dennis Praet et Kanu sont fatigués alors qu'officiellement, la fatigue est plus du côté de Milan Jovanovic et Olivier Deschacht. TomDe Sutter est un problème. Il a une occasion en or de s'affirmer en l'absence de DieumerciMbokani mais il n'en touche pas une. Behrang Safari est insuffisant, il prend bien trop peu d'initiatives. Bram Nuytinck a le premier but carolo sur la conscience. Alors, quand même Silvio Proto est à côté de ses pompes, ça ne peut plus aller. John van den Brom a clairement surévalué son noyau. Genk va passer en Europa League. Anderlecht ne passera pas car le Zenit s'est repris à temps. Et Bruges a dans sa poule deux équipes nettement plus fortes : Bordeaux et Newcastle (vainqueur du Club avec son équipe B).Des joueurs-cadres du Standard sont montés au front pour critiquer la direction et sa décision de limoger Ron Jans. C'est bien beau tout ça, mais où est leur sens des responsabilités ? C'est d'abord tout le groupe qui a fauté en lâchant l'entraîneur, en ne prenant pas des points quand il était possible d'en prendre. Un exemple parmi tant d'autres : la défaite à 11 contre 10 à Courtrai. Je trouve leur réaction bien tardive. Je m'interroge maintenant sur l'avenir du duo Jean-François de Sart / Roland Duchâtelet. Pour le directeur technique, ça va être compliqué pendant très longtemps, on a compris que les supporters n'étaient pas près de lui ficher la paix. Et je suis sûr que le président se demande aujourd'hui s'il a bien fait de racheter le club. Le public estime qu'il n'était pas la bonne personne à la bonne place et peut-être qu'il raisonne lui aussi comme ça. Je ne serais pas étonné qu'il pense déjà à une revente. Mais quand ? Ce n'est pas le moment car c'est un homme d'affaires et le Standard actuel vaut beaucoup moins d'argent que celui qu'il a acquis ! Que peut faire Mircea Rednic dans le contexte explosif actuel ? Je lis qu'il a l'avantage de connaître la maison. OK, mais la méconnaissance du Standard n'a jamais été un problème pour Ron Jans. Il s'est adapté super vite. Mais ça n'a pas servi à grand-chose. Les patrons de La Gantoise peuvent dire tout ce qu'ils veulent, mais quand j'entends que la motivation n'était plus au top chez Trond Sollied, je n'en crois pas un mot et je rigole. D'abord parce que l'art de motiver une équipe n'a jamais été son point fort et ne le sera jamais. Ensuite parce que le Sollied qui est revenu à Gand pour un troisième passage était en tous points pareil à celui qui avait coaché ce club les deux fois précédentes. L'excuse ne tient pas, le reproche est nul. Ce coach a sa personnalité bien à lui et il a aussi cette façon de ne pas évoluer dans son tempérament avec le temps. Il est beaucoup trop têtu pour ça. Qu'on n'essaie surtout pas de faire croire que La Gantoise a acheté un chat dans un sac. Des trois limogeages de coaches en quelques jours, c'est celui de Bob Peeters qui fait le plus mal. Il est jugé négativement sur une douzaine de rencontres alors qu'il a fait des bonnes choses sur près de 80 matches avec le Cercle. Le timing est étonnant : on vire un entraîneur dont l'équipe vient de perdre sur le terrain du Standard. Et le raisonnement des dirigeants a aussi du mal à tenir la route : comment était-il possible de viser haut avec une équipe aussi vieillissante et aussi lente ? Une chose est sûre : le nouveau coach ne va pas souffrir moins que Peeters pour faire prendre la sauce. J'avais des doutes sur Eidur Gudjohnsen. Pas sur ses qualités de footballeur, qui restent immenses, mais sur son état physique. Il a montré entre-temps qu'il était fit. S'il tient à ce niveau-là jusqu'à la fin de la saison, il peut sans problème être un maillon d'un club du top belge l'année prochaine. Au Beerschot, on a l'art de se séparer bizarrement de joueurs pour soulager des finances délicates. On se souvient de la rupture de contrat subite de Bart Goor la saison dernière. Aujourd'hui, on vire Elimane Coulibaly. Motif officiel : une bagarre avec Hernan Losada. Pour moi, la vraie raison n'est pas là. La direction veut peut-être montrer à tout le groupe que celui qui se plaindra des retards de salaires se fera aussi éjecter. On veut clouer le bec aux rebelles éventuels. Là-bas, les rumeurs alarmistes s'accumulent et je m'attends encore à un paquet d'incidents extra-sportifs dans les prochains mois.