Le Top 5 n'est pas... top du tout

Les grands de la D1 se sont cassé les dents et n'ont gagné aucun de leurs rendez-vous de la septième journée du championnat. Anderlecht n'a rien grignoté de son retard par rapport au Club Bruges et vient de signer une trilogie de matchs nuls. Les Mauves ont préservé Dieumerci Mbokani pour les missions européennes mais ce n'est pas une excuse suffisante pour expliquer leur mauvais résultat (1-1) au Lierse. Anderlecht ne tourne tout simplement pas à haut régime et est incapable pour le moment d'enchaîner le championnat et ses devoirs internationaux. Cet effectif éprouve du mal à recharger ses batteries avant et après ses rendez-vous en Ligue des Champions. J'imagine que cette forme de fragilité mentale doit intriguer John van den Brom pour qui le championnat est aussi important que l'Europe. Si la " tête " avait suivi, les Bruxellois auraient plané au Lisp. Il n'y a rien à faire, il faut être à 100 %, tant physiquement que mentalement, pour s'imposer. Ander...

Les grands de la D1 se sont cassé les dents et n'ont gagné aucun de leurs rendez-vous de la septième journée du championnat. Anderlecht n'a rien grignoté de son retard par rapport au Club Bruges et vient de signer une trilogie de matchs nuls. Les Mauves ont préservé Dieumerci Mbokani pour les missions européennes mais ce n'est pas une excuse suffisante pour expliquer leur mauvais résultat (1-1) au Lierse. Anderlecht ne tourne tout simplement pas à haut régime et est incapable pour le moment d'enchaîner le championnat et ses devoirs internationaux. Cet effectif éprouve du mal à recharger ses batteries avant et après ses rendez-vous en Ligue des Champions. J'imagine que cette forme de fragilité mentale doit intriguer John van den Brom pour qui le championnat est aussi important que l'Europe. Si la " tête " avait suivi, les Bruxellois auraient plané au Lisp. Il n'y a rien à faire, il faut être à 100 %, tant physiquement que mentalement, pour s'imposer. Anderlecht ne l'est pas alors que nous sommes déjà fin septembre, et Bruges ne l'est pas plus avec sa collection d'éclopés. Il n'est pas normal de voir autant de monde à l'infirmerie. Je me demande si le staff médical brugeois ne cherche pas à trop prouver qu'il est capable de réaliser des miracles. Or, les joueurs doivent parfois être protégés plutôt que d'être relancés trop vite au combat. Le Standard, Gand et Genk complètent le malaise du Top 5 qui n'est pas à niveau pour le moment. Au Beerschot, Laurent Ciman a été secoué comme un prunier par ElimaneCoulibaly. Je ne crois pas que le Standard s'en sortira avec un axe central défensif formé par Ciman et Jelle Van Damme. Ron Jans a intérêt à trouver autre chose. L'effectif de Gand n'a pas été renforcé en profondeur : les travaux du nouveau stade avancent mais les Buffalos ont oublié de bien construire leur équipe. Malgré la venue de Benjamin De Ceulaer, Genk a perdu de la puissance offensive depuis les départs de Marvin Ogunjimi, Kevin De Bruyne ou Christian Benteke : Mario Been a besoin de temps pour réorganiser sa division offensive. La situation était devenue intenable pour Eric Gerets : peu de succès, une popularité en liquéfaction, un coaching discuté par la presse qui s'est acharnée sur les chiffres de son salaire, etc. Il était sage de prendre du recul et de se séparer. A mon avis, c'est une libération pour un battant comme Eric qui ne supporte pas les défaites : il pourra recharger ses accus. J'ai lu une question quelque part concernant ce qu'il pourrait apporter à Wilmots : c'est totalement déplacé... A Bruges, on ne parle plus que du derby. Avec 1 point sur 21, Bob Peeters est dans la mouise et il a rencontré sa direction. C'est clair : glorifié la saison passée, il jouera sa tête contre l'équipe de Georges Leekens. Comment expliquer cette chute en enfer ? Des joueurs sort partis, d'autres ont vainement rêvé d'un transfert qui ne s'est pas réalisé, l'effectif a pris un coup de vieux. Si cela peut consoler le grand Bob, des maîtres de la profession souffrent aussi. José Mourinho n'a pas que le problème Cristiano Ronaldo : le Real navigue à 8 points du Barça au classement de la Liga. Mourinho indique tout son effectif du doigt et cela cache un malaise chronique. Dick Advocaat et le PSV sont à la traîne aux Pays-Bas. Non, Bob, t'es pas tout seul. On ne cesse d'évoquer le football offensif prôné par les coaches néerlandais qui bossent chez nous. C'est bien mais il ne faut pas négliger le bon travail des coaches belges : Enzo Scifo et Yannick Ferrera l'ont prouvé tout au long de Mons-Charleroi (2-3), un match spectaculaire entre deux clubs qui boostent le football hennuyer. Enzo est évidemment un coach offensif et Jérémy Perbet ne tardera pas à lui rendre de grands services. Quand on a les arguments offensifs de Charleroi, on ne descend pas. Je suis sous le charme d' Hervé Kagémais on ne doit pas oublier Harlem Gnohéré, le Bison du Mambourg. Même quand ils ont été atomisés par le Standard, les Zèbres sont parvenus à marquer deux buts : c'est une richesse importante. Face à la Croatie, c'était le moment ou jamais de thésauriser, de réaliser un 6 sur 6, de faire le plein de confiance, de prendre la tête du groupe et d'impressionner nos adversaires. Au vu de notre domination d'ensemble et des occasions de but, c'était possible. Hélas, les Croates ont mieux commencé que nous, mis la pression sur nos arrières, profité d'une erreur collective pour ouvrir la marque. Il nous a manqué un brin de réalisme, d'intelligence et de finesse dans le dernier geste mais, à la place de MarcWilmots, je maintiendrais Christian Benteke en pointe. Je ne suis pas d'accord avec ceux qui affirment qu'un bilan de 4 sur 6 est suffisant. Les Diables Rouges ont raté la cible et je suis déçu. Quand on a l'ambition de décrocher la première place de son groupe, il faut tout gagner chez soi. Maintenant, pour rattraper les deux points perdus contre la Croatie, il faudra s'imposer en Serbie : pas facile. Propos recueillis par PIERRE DANVOYE - Photos ImageGlobe