Benteke la joue ingrate

Je peux comprendre que Christian Benteke ait envie de jouer dans un championnat fort et de mieux gagner sa vie. Mais le coup qu'il a fait à Genk, je ne l'accepte pas. Il n'a pas été réglo. Cela illustre toute la puissance des joueurs dans le foot d'aujourd'hui. C'est intolérable de simuler une maladie pour mettre son club sous pression. Genk risquait fort d'avoir besoin de lui en Coupe d'Europe contre Lucerne, il n'en a pas tenu compte et n'a pensé qu'à sa pomme. Il a oublié tout ce que le club et Mario Been avaient fait pour lui depuis un an : le sortir d'un trou noir. Evidemment, Genk fait une très bonne affaire financière en touchant près de 10 millions pour un joueur qui avait coûté dix fois moins en arrivant du Standard. Sportivement, c'est autre chose : une grande perte. Et pour Benteke lui-même, je suis sceptique si j'analyse l'aspect purement sportif. Il aurait été plus fort dans quelques mois s'il était resté en Belgique. Il aur...

Je peux comprendre que Christian Benteke ait envie de jouer dans un championnat fort et de mieux gagner sa vie. Mais le coup qu'il a fait à Genk, je ne l'accepte pas. Il n'a pas été réglo. Cela illustre toute la puissance des joueurs dans le foot d'aujourd'hui. C'est intolérable de simuler une maladie pour mettre son club sous pression. Genk risquait fort d'avoir besoin de lui en Coupe d'Europe contre Lucerne, il n'en a pas tenu compte et n'a pensé qu'à sa pomme. Il a oublié tout ce que le club et Mario Been avaient fait pour lui depuis un an : le sortir d'un trou noir. Evidemment, Genk fait une très bonne affaire financière en touchant près de 10 millions pour un joueur qui avait coûté dix fois moins en arrivant du Standard. Sportivement, c'est autre chose : une grande perte. Et pour Benteke lui-même, je suis sceptique si j'analyse l'aspect purement sportif. Il aurait été plus fort dans quelques mois s'il était resté en Belgique. Il aurait continué à progresser et aurait été davantage prêt pour l'Angleterre. Pour le moment, j'ai l'impression qu'il est encore un peu juste. Il a déjà prouvé qu'il avait besoin de jouer au moins 25 matches sur la saison pour poursuivre son évolution. Je l'imagine mal être aussi souvent sur la pelouse avec Aston Villa. Il a sans doute pensé que le train anglais ne passerait pas une deuxième fois, mais selon moi, ce n'était pas le bon raisonnement. Un Benteke avec un an d'expérience belge en plus n'aurait pu être que plus fort. Si on fait le bilan à la fois financier et sportif de nos grands clubs depuis un an et demi, c'est Genk qui s'en tire le mieux. L'équipe championne avec Frankie Vercauteren a rapporté un pont à son trésorier : Thibaut Courtois, Kevin De Bruyne et Christian Benteke sont tous partis pour près de 10 millions, Marvin Ogunjimi a rapporté 3 millions. Malgré cela, ce club conserve un bon niveau. C'est aussi une leçon pour tous ceux qui transfèrent à tort et à travers en oubliant de faire confiance à leurs jeunes. Parce que ces joueurs-là ont été formés à Genk, c'est encore plus remarquable. Cela devrait encourager les peureux. Roger Vanden Stock dit que son club peut viser le tour suivant en Ligue des Champions, John van den Brom confirme du bout des lèvres. Le seul de la bande qui est un peu raisonnable, c'est Herman Van Holsbeek. Il parle de la troisième place de la poule et d'un repêchage en Europa League. Anderlecht ne peut pas voir plus haut que ça. Les discours du président et du coach s'expliquent sûrement par l'euphorie de la qualification in extremis contre Limassol. Voyons les choses en face : le Zenit Saint-Pétersbourg et l'AC Milan sont deux gros cubes européens, Malaga n'a pas terminé par accident à la quatrième place du championnat d'Espagne. Avoir de l'ambition, c'est bien. Rester réaliste, c'est mieux. Anderlecht devra se concentrer sur l'une ou l'autre victoire à domicile. Un exploit qu'on n'a plus connu chez nous depuis une éternité. Par contre, le tirage pour Genk et le Club est intéressant. Bruges prend Bordeaux qui est solide mais n'est plus le Bordeaux des grandes années, Newcastle qui est dans le même cas, et Maritimo qui n'est pas un tout grand nom. Genk hérite d'un ténor portugais avec le Sporting Lisbonne, mais à côté de ça, Bâle n'est quand même qu'un club suisse (avec tout mon respect...) et Videoton est un invité surprise des poules. Nos deux clubs ont un bon coup à jouer.On en a assez des départs ratés dans les éliminatoires, cette fois il faut directement deux victoires pour ne pas courir une fois de plus derrière les événements. Les Diables doivent donc aller gagner vendredi au Pays de Galles. S'imposer une fois ou l'autre en déplacement est vital si on veut se qualifier, et qu'on ne me dise pas qu'il y a autant de talent chez les Gallois que chez nous. Ils n'ont pas, comme les Diables, une ribambelle de joueurs qui font un tabac dans le championnat d'Angleterre. Après cela, il faut donc battre la Croatie. Ben oui, c'est la Croatie, mais on joue à domicile et tout autre résultat qu'une victoire sera un constat d'échec. Prendre quatre points sur six ne serait pas un drame, mais il faut deux succès pour pouvoir parler d'un départ enfin réussi.Bob Peeters fait connaissance pour la première fois avec le revers de la médaille : 1 point sur 18, il y a le feu au Cercle. C'est finalement son premier gros test d'entraîneur sous pression. S'il cherche des circonstances atténuantes pour se justifier, je peux l'aider ! Perdre Nuno Reis et Igor Vetokele, c'est énorme. Rudy n'est pas bien dans sa tête à cause de l'échec de son transfert en Russie pour raisons médicales. Et puis il y a tous ces vieux qui n'avancent plus, ou plus que lentement : Stef Wils, Tim Smolders, Bernt Evens, HansCornelis, Arnar Vidarsson, Oleg Iachtchouk. Ils sont dans une tranche d'âge où, en une saison, on peut vieillir de beaucoup plus qu'un an... PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE DANVOYE - PHOTOS IMAGEGLOBE