Advocaat, au revoir et merci

L'élimination de la Russie ne m'amuse pas parce qu'on a perdu une équipe qui en valait la peine. Dans ce groupe, c'est celle qui a le plus mérité de passer. Elle n'a montré pour ainsi dire que des bonnes choses, il y a juste eu quelques ratés à la finition et quelques courtes séquences mal négociées à des moments-clés contre la Pologne et la Grèce.
...

L'élimination de la Russie ne m'amuse pas parce qu'on a perdu une équipe qui en valait la peine. Dans ce groupe, c'est celle qui a le plus mérité de passer. Elle n'a montré pour ainsi dire que des bonnes choses, il y a juste eu quelques ratés à la finition et quelques courtes séquences mal négociées à des moments-clés contre la Pologne et la Grèce. Au moins, DickAdvocaat n'a jamais refusé le combat, il a toujours man£uvré vers l'avant et on a vu un foot spectaculaire. C'est une perte pour le tournoi. L'audace n'a pas été récompensée. On aurait tort de tout mettre sur le dos du coach. Sur le papier, les Polonais n'avaient pas assez de qualités pour aller au deuxième tour et leur élimination est logique. Pourtant, ils auraient pu continuer. S'ils sont dehors, c'est d'abord parce qu'ils ont directement bâclé leur match-clé, en ouverture contre la Grèce. A part les internationaux de Dortmund, la première mi-temps contre les Grecs et la deuxième face aux Russes, je ne retiens pas grand-chose de positif de cette équipe. On avait fait tout un foin autour de Ludovic Obraniak : bof ! J'ai assisté à Angleterre-Suède et j'ai surtout regardé Danny Welbeck. Un superbe joueur, il peut former l'attaque anglaise dans les prochaines années avec Wayne Rooney. Cela fait un moment que ce pays cherche le binôme de Rooney. Je crois plus en Welbeck qu'en AndyCarroll. Je suis aussi déçu par un autre joueur qu'on avait présenté comme une nouvelle star : James Milner. Selon moi, il est insuffisant pour une équipe qui veut s'installer au top européen. Chapeau pour la mentalité des Grecs qui n'ont rien lâché, qui se sont rebellés quand ça tournait mal pour eux. Un gars comme Giorgios Karagounis, c'est un exemple pour tous les footballeurs d'Europe au niveau de l'engagement, de l'envie de faire un résultat à tout prix même quand il y a plein d'éléments contraires. Mais à part ça... On revoit une équipe semblable à celle de 2004, qui ne pense qu'à casser le jeu. Je suppose que cette fois, elle n'ira quand même pas plus loin. Ce serait dramatique pour les amateurs neutres de foot. A partir de 2016, il y aura 24 équipes à la phase finale au lieu de 16. Je n'y suis pas du tout favorable. Quel est l'intérêt ? Déjà à 16, on voit directement qu'il y a quelques qualifiés qui ne méritent pas d'être là. L'Irlande et la Suède, par exemple. Plus il y a de participants, plus les grands attendent avant de se mettre sérieusement en route. On va assister au même phénomène qu'en Ligue des Champions, avec les interminables tours préliminaires et la phase de poules qui est rarement un feu d'artifice. Les choses sérieuses ne commencent que dans les matches à élimination directe. On va s'ennuyer pendant deux semaines en regardant des petits qui se battront avec peu de talent et des grands qui joueront avec le frein à main. Pour le niveau général de l'EURO, ce ne sera pas bon.L'humiliation hollandaise va rester dans l'histoire. Aucun point en trois matches pour les vice-champions du monde, personne n'avait prévu ça. Avec un peu de recul, on doit se dire que cette élimination n'est pas non plus une surprise énorme. Il y avait des signes. Depuis le Mondial, on n'avait plus la même équipe conquérante et unie. Les problèmes d'egos, qui avaient été mis de côté en Afrique du Sud, étaient réapparus. On se tirait dans les pattes, les joueurs qui n'étaient pas alignés faisaient la tête, le bloc était fissuré. Le malaise se sentait. J'ai l'impression que Bert van Marwijk n'a pas su gérer le retour des vieux démons. Il a cru qu'il pouvait laisser faire, il s'est sans doute dit que la méthode pouvait à nouveau fonctionner, il n'a pas tranché en remettant les rebelles à leur place. On savait qu'on perdrait une bonne équipe puisqu'il y en avait trois dans ce groupe mais une humiliation pareille est la plus grosse surprise de la phase de poules. Le football naïf des Néerlandais contraste avec le réalisme allemand. Ça n'a pas toujours été spectaculaire mais les moments-clés ont été parfaitement gérés. Cette équipe défend quand elle doit et attaque quand elle peut... Elle a construit ses trois victoires avec patience, en évitant de foncer à l'aveuglette quand ça chauffait. Logiquement, les Allemands ont leur billet pour les demi-finales parce que je ne vois pas de vraie menace grecque. Et les Portugais ont beaucoup plus de qualités que les Tchèques qui ont le mérite d'avoir très bien réagi. Après la défaite contre la Russie, on les voyait très vite rentrer au pays, tellement ils avaient été ridicules. C'est sans doute en partie à cause de cette correction que les Grecs et les Polonais les ont pris de haut. Toute la presse européenne a tartiné sur les carences de Cristiano Ronaldo dans les tournois en rappelant qu'il n'avait été exceptionnel ni en 2004, ni en 2006, ni en 2008, ni en 2010. Il ne parvenait jamais à montrer avec le Portugal ce qu'il prouvait avec Manchester United puis le Real. Ça y est, c'est fait, il tient son match référence. C'est lui qui a assassiné les Hollandais. Vitesse, dribbles, collectivité, sens du but : il a tout montré.