Wilmots a marqué des points

Il faudra attendre le résultat du match de qualification pour la Coupe du Monde 2014 entre le Maroc et la Cote d'Ivoire, le week-end prochain, pour en savoir plus sur le futur d' Eric Gerets. En cas de nouvelle contre-performance après le piètre 1-1 réalisé par les Lions de l'Atlas en Gambie, samedi dernier, j'ai peur que ses jours seraient comptés du côté de Rabat et qu'il entrerait alors en ligne de compte pour reprendre les rênes des Diables Rouges. Si bon nombre d'observateurs plaident en faveur d'une telle issue, je ne serais pas opposé à une prolongation de Marc Wilmots.
...

Il faudra attendre le résultat du match de qualification pour la Coupe du Monde 2014 entre le Maroc et la Cote d'Ivoire, le week-end prochain, pour en savoir plus sur le futur d' Eric Gerets. En cas de nouvelle contre-performance après le piètre 1-1 réalisé par les Lions de l'Atlas en Gambie, samedi dernier, j'ai peur que ses jours seraient comptés du côté de Rabat et qu'il entrerait alors en ligne de compte pour reprendre les rênes des Diables Rouges. Si bon nombre d'observateurs plaident en faveur d'une telle issue, je ne serais pas opposé à une prolongation de Marc Wilmots. En deux matches amicaux, contre le Monténégro d'abord, puis face à l'Angleterre, le nouveau sélectionneur n'affiche peut-être qu'un maigre bilan d'1 sur 6 mais il a marqué pas mal de points. Je songe notamment à la grinta qu'il a transmise à ses joueurs et aussi à ses expériences sur le plan tactique. Pour moi, il est clair que le trio formé d' Axel Witsel, Moussa Dembélé et Marouane Fellaini s'impose définitivement dans la ligne médiane, malgré la concurrence d'un Steven Defour ou de Kevin De Bruyne. Devant, Eden Hazard est un choix incontestable aussi, mais au côté d'un seul petit format, du style Kevin Mirallas ou Dries Mertens. Car ce qui aura manqué, tant contre les représentants des Balkans que face aux Anglais, c'est une pointe. J'aurais bien aimé voir Christian Benteke dans ce rôle. Il y ferait en tout cas davantage que Romelu Lukaku qui paie cash son manque de temps de jeu. Pas mal d'essais ont été faits aux backs. Autant Denis Odoi, Nicolas Lombaerts et Toby Alderweireld y ont affiché leurs limites face au Monténégro, autant le tandem Guillaume Gillet-Jan Vertonghen m'a séduit à Wembley. Comme on ne peut pas expérimenter indéfiniment, je remettrais le couvert avec eux contre les Pays-Bas. Et tant pis, si un gars méritant comme Lombaerts doit faire banquette car, dans l'axe, il n'y a pas mieux que la paire Vincent Kompany-Thomas Vermaelen. La D1 prend une coloration néerlandaise avec les retours d' Adrie Koster au Beerschot et Harm Van Veldhoven à Malines, qui rejoignent Mario Been à Genk et, sans doute, Dennis Van Wijk à Charleroi. Sans oublier, les deux nouveaux venus John van den Brom à Anderlecht et Ron Jans au Standard. Cette invasion ne me surprend pas. Au Kiel, le président Patrick Vanoppen n'était pas mécontent du travail fourni par Jacky Mathijssen. Mais son football calculateur n'était pas du goût du public anversois. Et ce qui vaut chez ces Mauves-là l'était aussi dans la capitale, avec Anderlecht. Dès lors, je comprends que les dirigeants, désireux d'offrir du spectacle, se sont tournés vers des meneurs d'hommes néerlandais, chez qui l'offensive est dans l'ADN. J'ai pu goûter à ce football-là grâce à des entraîneurs de la trempe de GeorgeKessler, qui était un demi-Hollandais, et de Néerlandais bons teints comme Henk Houwaart, Aad d eMos et Johan Boskamp. Je me suis toujours régalé avec eux. J'ose espérer que la nouvelle vague sera synonyme, elle aussi, de rupture de style et que le jeu attentiste de la D1 cédera sa place à une approche plus libérée. Je ne pense pas que les spectateurs s'en plaindront. Je ne comprends pas qu' Hugo Broos s'émeuve de cette arrivée en masse des entraîneurs hollandais. D'accord, les Hein Vanhaezebrouck, Peter Maes ou même Bob Peeters auraient mérité une promotion. Mais il ne faut pas brûler les étapes. Le coach de Courtrai est bien placé pour le savoir, lui qui s'était planté à Genk autrefois. Quant à Broos, qui s'offusque de la menace étrangère, n'a-t-il pas été lui-même un concurrent pour les coaches grecs et turcs lorsqu'il dirigeait Panthrakikos et Trabzonspor ? Il n'a pas de raison de monter aux créneaux dans ces conditions. Le club londonien est devenu un peu plus belge encore suite au transfert d' Eden Hazard, qui s'ajoute à ceux de Romelu Lukaku, Thibaut Courtois et Kevin De Bruyne. En attendant, qui sait, celui de Moussa Dembélé, dont le nom est inscrit en lettres grasses du côté de Stamford Bridge. Je suis curieux de savoir combien d'entre eux y joueront ? Courtois a intérêt à rester un an de plus à l'Atletico Madrid, étant donné que Peter Cech vient de rempiler pour 4 saisons. Vu l'abondance de biens chez les Blues, je ne saurais trop conseiller à De Bruyne d'être prêté, à l'image de ce qui s'était passé pour Courtois. Un jeune doit pouvoir jouer de façon régulière pour s'épanouir, sans quoi il ne progresse pas. Lukaku en est un exemple édifiant. Avec les Diables Rouges, face à l'Angleterre, tout le monde a pu se rendre compte combien il manque de rythme. Il ne peut absolument pas se permettre de passer une nouvelle saison sur le banc. Seul Hazard me semble en mesure de bousculer l'ordre établi. Mais ce ne sera pas une sinécure. Il aurait bénéficié de plus de temps de jeu s'il avait choisi Manchester United. Il a corsé la difficulté. Mais il a les qualités pour réussir. Compte tenu des résultats lors des derniers matches amicaux, je m'attends à ce que quelques grands noms passent à la trappe lors de l'EURO. L'Angleterre ne m'a pas du tout impressionné face à la Belgique et je lui promets beaucoup de plaisir dès son premier match contre la France, pour laquelle je me suis montré trop sévère la semaine passée. Le Portugal, qui enchaîne les contre-performances, ne va pas faire le poids non plus dans un groupe avec les Pays-Bas et l'Allemagne. Et je m'inquiète aussi pour l'Italie. En principe, elle devrait passer le tour avec l'Espagne. Mais dans quel état d'esprit la Squadra jouera-t-elle, vu le scandale des matches truqués ? Je comprends que son sélectionneur, Cesare Prandelli, se fasse du mauvais sang. PROPOS RECUEILLIS PAR BRUNO GOVERS - PHOTOS IMAGEGLOBE