Une année de tous les Diables !

Vincent Kompany champion d'Angleterre. Jan Vertonghen champion des Pays-Bas. Nicolas Lombaerts champion de Russie. Kevin Mirallas champion de Grèce. Steven Defour champion du Portugal. Eden Hazard sacré n°1 de la saison en France. Thibaut Courtois vainqueur de l'Europa League. En attendant Daniel Van Buyten qui pourrait conquérir la Ligue des Champions avec le Bayern Munich : si avec cette qualité-là, à laquelle il faut ajouter encore des noms comme Marouane Fellaini, Moussa Dembélé ou Axel Witsel, on fait encore de la figuration en qualifications pour la Coupe du Monde, ce serait à désespérer de tout.
...

Vincent Kompany champion d'Angleterre. Jan Vertonghen champion des Pays-Bas. Nicolas Lombaerts champion de Russie. Kevin Mirallas champion de Grèce. Steven Defour champion du Portugal. Eden Hazard sacré n°1 de la saison en France. Thibaut Courtois vainqueur de l'Europa League. En attendant Daniel Van Buyten qui pourrait conquérir la Ligue des Champions avec le Bayern Munich : si avec cette qualité-là, à laquelle il faut ajouter encore des noms comme Marouane Fellaini, Moussa Dembélé ou Axel Witsel, on fait encore de la figuration en qualifications pour la Coupe du Monde, ce serait à désespérer de tout. Seule la pointe pose encore problème. Mais si Romelu Lukaku trouve chaussure à son pied, ce cas-là devrait être solutionné aussi. Avec Silvio Proto, Simon Mignolet et Thibaut Courtois, notre pays baigne à nouveau dans l'opulence en matière de keepers. On se croirait revenu à l'époque de Jean-Marie Pfaff, Michel Preud'homme et Filip De Wilde. Un choix cornélien s'impose mais au vu de ce que le Limbourgeois a montré avec l'Atletico Madrid, sa titularisation est une priorité, face au Monténégro et à l'Angleterre. Courtois, c'est une autre dimension ! Je comprends que les bonzes de l'Union belge, le président François De Keersmaecker en tête, soient déçus par le départ inopiné de Georges Leekens. Mais qu'ils crient au scandale, c'est tout à fait déplacé. A la Maison de Verre, on n'avait pas procédé autrement en 1997, en délogeant le même homme alors qu'il était coach à Mouscron. A l'époque, l'intérêt supérieur de la nation l'avait emporté sur toute autre considération. Difficile, dès lors, de parler de manque d'éthique, dans le même cas de figure, 15 ans plus tard. D'autant plus que les hauts responsables de l'URBSFA devaient quand même savoir à quoi ils s'exposaient en engageant Mac the Knife. Il n'y a pas plus opportuniste ou girouette que lui au sein de notre football. C'est son droit de tourner casaque, évidemment. Et ses explications sur ses changements de cap valent ce qu'elles valent. Mais là où je ne le suis pas du tout, c'est quand il affirme qu'il avait fait 90 % du boulot à la tête des Diables Rouges et qu'il pouvait donc s'en aller l'âme en paix. Sorry, mettre sur pied une structure, c'est 10 % du travail. Les 90 % restants concernent les résultats. Et dans ce domaine-là, le coach national n'a sûrement pas fait mieux que ses prédécesseurs, quoi qu'il en dise ! A choisir, mieux valait que Georges Leekens jette le gant à présent qu'en pleine campagne de qualification pour la Coupe du Monde. Cela permet aux dirigeants de se pencher le temps qu'il faudra sur sa succession. Je présume que les candidats ne manqueront pas. Personnellement, ma préférence va à Eric Gerets. Je mettrais réellement tout en £uvre pour l'attirer. Le Limbourgeois est cher, certes mais en cas de qualification, les retombées financières d'une telle participation amortiraient automatiquement un tel débours. Et je mets ma main à couper qu'avec lui, notre présence là-bas serait acquise. Qu' Ariel Jacobs ait finalement décidé de faire un pas de côté n'aura pas étonné grand- monde. Après 4 ans et demi de vie commune, l'usure était palpable. Pour le bien du coach et du club, il valait mieux que leurs chemins se séparent. Deux titres et une Coupe, en ce laps de temps, ce n'est pas mal. D'autant qu'un 3e sacre a été loupé de peu, en 2009, en raison de test-matches qui ont fait le bonheur du Standard. Au plan européen, l'entraîneur a été moins verni. Aucune présence en Ligue des Champions en dépit d'adversaires jouables, tels BATE Borisov ou le Partizan Belgrade au dernier tour des qualifications, voilà qui fait tache. Je crois que le Sporting doit se mettre en quête d'un meneur d'hommes qui lui permettra de franchir un palier sur la scène continentale, tout en restaurant aussi le beau jeu. A cet égard la piste hollandaise s'impose. Des T1 comme Adrie Koster au Club Bruges ou Mario Been à Genk ont laissé une trace cette saison. Moi-même, j'ai vécu mes plus belles années au Parc Astrid sous la coupe de deux Néerlandais : Aad de Mos d'abord, puis Johan Boskamp. Les temps étaient peut-être différents, mais la manière y était. C'est peut-être une piste de réflexion intéressante, vu que plusieurs coaches tels Louis van Gaal, Co Adriaanse ou Fred Rutten sont disponibles . Ou pourquoi pas Gertjan Verbeek, apôtre du beau football, comme les Mauves ont pu s'en rendre compte lors de leur élimination en Europa League face à l'AZ ? Pour le Standard, 2011-2012 était une saison de transition. Il serait indécent de jeter la pierre à José Riga, dans ces conditions, qui s'est débrouillé avec les moyens du bord. Je comprends sa motivation de ne pas vouloir aller au bout de son contrat. Car l'année prochaine, il aurait dû faire mieux avec une équipe dont les contours restent à dessiner. Et je ne vois pas Roland Duchâtelet faire l'effort financier pour la consolider. L'homme est plus intéressé de faire de l'argent que de le dépenser. Si un joueur comme Reza, de Saint-Trond, n'est déjà pas à portée de sa bourse, voilà qui ne présage absolument rien de bon pour le futur noyau. Dès lors, je comprends que l'entraîneur en place ait voulu quitter le navire tant qu'il en était encore temps. Je n'ai jamais marchandé mon soutien au FC Barcelone mais le Real Madrid aura fait fort lui aussi, cette saison, en atteignant la barre mythique des 100 points en championnat, avec trois joueurs ayant franchi la barre des 20 buts : Cristiano Ronaldo, Gonzalo Higuain et Karim Benzema. Pas mal avec un entraîneur soi-disant attentiste comme José Mourinho ! PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE DANVOYE