Résultats, vision, diplomatie : le président de l'ARBH marche sur les traces de Pierre-Olivier Beckers.
...

Résultats, vision, diplomatie : le président de l'ARBH marche sur les traces de Pierre-Olivier Beckers.Il incarne sobrement la force d'une Fédération de hockey (ARBH) petite mais déterminée. Toute la semaine durant, à Boom, on l'a vu accompagné des plus grandes personnalités : le Roi Philippe, le Premier ministre Elio Di Rupo, le président du COIB, Pierre-Olivier Beckers, Eddy Merckx, Jean-Michel Saive... Hyper sollicité, il a toutefois veillé à vivre " son " EuroHockey hors des sièges VIP, discrètement placé dans la tribune placée derrière le but, en famille, en compagnie de son épouse et de ses 3 enfants. Marc Coudron, président de la Fédération de hockey belge depuis 2005, est un ancien joueur de hockey qui compte 358 sélections en équipe nationale belge. Un record ! Il sait donc de quoi il parle quand les médias le sollicitent sur le niveau de jeu des Red Panthers ou l'état d'esprit des Red Lions... Le Bruxellois n'est pas full time employé à l'ARBH ; il travaille en effet en tant que " private banker " Belfius, à Woluwé. Mais il a su s'entourer et déléguer pour rencontrer des objectifs clairs. Jamais il ne viendrait à l'esprit de Marc Coudron de s'immiscer dans les matières sportives de l'ensemble des équipes nationales, dont la responsabilité totale a été confiée au Néerlandais Bert Wentink. L'essor du hockey a été tel depuis 10 ans que certains collaborateurs ont frisé le " burn-out ". C'est que les ressources humaines de l'ARBH sont 100 fois moindres que celle de l'Union belge de football... C'est ainsi que Jean-Christophe Capelle, homme de l'ombre, a décidé de quitter la Fédération au lendemain de l'Euro de Boom, après 6 ans de lourds travaux administratifs. Marc Coudron, lui, poursuit sa mission. Et comme il n'est pas né imbécile, il est capable de changer d'avis. En 2010, il nous confiait ne pas vouloir briguer un troisième mandat de 4 ans au plus haut niveau de la Fédération mais il a été réélu, à l'unanimité, en mai 2012. Il a donc piloté le " splitsing " de l'ARBH en 2 ailes linguistiques - décidé démocratiquement par les clubs - et respecté le programme de haute ambition sportive fixé aux équipes nationales. Les Jeux de Rio 2016 devraient être ceux de la consécration pour les Red Lions et de la confirmation pour les Red Panthers. Et l'organisation de la World League (2017) en Belgique - et pourquoi pas dans la Capitale de l'Europe, berceau historique du hockey belge ? -, fait partie de ses objectifs à moyen terme. Marc Coudron est fort apprécié des instances internationales (FIH), dont il est membre de l'Executive Board depuis 2010. Certains voient en lui le futur président idéal. Mais il ne nous étonnerait pas que " Coco " (son surnom dans le milieu du hockey) planche un jour sur un agenda bis. En mai, il a en effet rejoint le Comité exécutif du COIB (Comité olympique), un privilège encore et toujours refusé à François De Keersmaecker, désavoué alors qu'il est le patron de la plus puissante instance sportive du Royaume ! Sa réussite à la tête de la " petite " fédération du hockey ne passe pas inaperçue et le rugby, notamment, a sollicité son expertise. Marc Coudron est très proche de Pierre-Olivier Beckers, un inspirateur, qu'il cite souvent en exemple. Un destin olympique le ferait-il rêver ? En parfait gentleman, Marc Coudron esquive et pointe les bons résultats d'autres sports collectifs (football, volley-ball, basket-ball...). Et sourit...