Avant même qu'on ait shooté dans le premier ballon, Marc Brys entre dans l'histoire de Saint-Trond. L'Anversois de 57 ans est le premier entraîneur depuis longtemps à entamer la préparation au Stayen pour la deuxième saison consécutive au poste de T1. Ces vingt dernières années, seuls trois de ses collègues y sont parvenus : Jacky Mathijssen (mai 2001-avril 2004), Guido Brepoels (juin 2008-août 2011) et Yannick Ferrera (mai 2013-septembre 2015). C'est un petit miracle que Brys soit toujours au STVV. Il a été cité à Genk et pendant l'intersaison, il a suscité l'intérêt très concret d'un club des États du Golfe. Ce n'est d'ailleurs pas surprenant car dans le passé, Brys a déjà travaillé pour deux clubs saoudiens. Il a également discuté avec le club intéressé mais tout ne lui a pas plu. " A Saint-Trond, je peux travailler comme bon me semble et ma collaboration avec la direction est excellente ", a déclaré Brys. " En outre, je vais disposer d'un noyau qui sera plus fort que le précédent, selon toute vraisemblance. "

Cette semaine, Brys a donc repris ses tâches habituelles au STVV. Aujourd'hui, il n'attend que seize footballeurs pour les deux premières séances collectives de la préparation. Les nouveaux venus Mathieu Troonbeeckx et Modou Diagne devaient se présenter au club cette saison mais pour le reste, c'est toujours le calme plat au niveau des transferts entrants. Le président David Meekers a déclaré au quotidien HetBelang van Limburg que le groupe avait atteint son plafond de Japonais. Il veut renforcer le noyau avec des Belges et, si possible, des Limbourgeois. Brys raconte à ce propos : " Je suis très satisfait des joueurs japonais. L'âge, la nationalité et la religion ne m'intéressent pas. Mon pire cauchemar, c'est d'être confronté à un footballeur qui joue sans assurance. Je veux que tous mes hommes puissent jouer sans frein. "

Avant même qu'on ait shooté dans le premier ballon, Marc Brys entre dans l'histoire de Saint-Trond. L'Anversois de 57 ans est le premier entraîneur depuis longtemps à entamer la préparation au Stayen pour la deuxième saison consécutive au poste de T1. Ces vingt dernières années, seuls trois de ses collègues y sont parvenus : Jacky Mathijssen (mai 2001-avril 2004), Guido Brepoels (juin 2008-août 2011) et Yannick Ferrera (mai 2013-septembre 2015). C'est un petit miracle que Brys soit toujours au STVV. Il a été cité à Genk et pendant l'intersaison, il a suscité l'intérêt très concret d'un club des États du Golfe. Ce n'est d'ailleurs pas surprenant car dans le passé, Brys a déjà travaillé pour deux clubs saoudiens. Il a également discuté avec le club intéressé mais tout ne lui a pas plu. " A Saint-Trond, je peux travailler comme bon me semble et ma collaboration avec la direction est excellente ", a déclaré Brys. " En outre, je vais disposer d'un noyau qui sera plus fort que le précédent, selon toute vraisemblance. " Cette semaine, Brys a donc repris ses tâches habituelles au STVV. Aujourd'hui, il n'attend que seize footballeurs pour les deux premières séances collectives de la préparation. Les nouveaux venus Mathieu Troonbeeckx et Modou Diagne devaient se présenter au club cette saison mais pour le reste, c'est toujours le calme plat au niveau des transferts entrants. Le président David Meekers a déclaré au quotidien HetBelang van Limburg que le groupe avait atteint son plafond de Japonais. Il veut renforcer le noyau avec des Belges et, si possible, des Limbourgeois. Brys raconte à ce propos : " Je suis très satisfait des joueurs japonais. L'âge, la nationalité et la religion ne m'intéressent pas. Mon pire cauchemar, c'est d'être confronté à un footballeur qui joue sans assurance. Je veux que tous mes hommes puissent jouer sans frein. "