Club: Etoile Rouge de Belgrade
...

Club: Etoile Rouge de Belgrade Inauguration: 1965 Capacité: 54.000 places Record d'assistance: 96.070 spectateurs contre Ferencvaros en 1975 Cher Magazine,Belgrade, un mercredi midi. La capitale yougoslave porte toujours les stigmates des frappes chirurgicales américaines. Le centre-ville grouille néanmoins d'activité et, aux alentours du stade du FK Crvena Zvezda (Etoile Rouge), nous croisons quelques rares quidams portant tous les attributs du parfait supporter. Une demi-heure plus tard, un bus de la Milicja débarque une vingtaine de policiers en tenue de combat. Deux guichets ouvrent leurs tentures pour un public encore invisible. Y aurait-il un match le soir? En fait, à notre grande surprise, nous allons finalement assister à une rencontre de championnat programmée à...13 heures (contre Radnicki Nis, 1-0); devant une assistance de quelques centaines de personnesà peine! Pourquoi programmer un match à cette heure où la plupart des gens travaillent? Nous n'arriverons jamais à le savoir. La descente aux enfers est évidemment vertigineuse pour ce club encore champion d'Europe et intercontinental en 1991. Un public aussi clairsemé dans un si grand vaisseau, cela donne une atmosphère vraiment surréaliste. Qu'elle est loin l'ambiance créée jadis par les presque 100.000 spectateurs du Marakana, ainsi baptisé en référence à son inévitable homonyme stade brésilien, mais aussi en raison des similitudes dans le style de jeu très technique des yougoslaves. Comme lorsque l'on assiste à un match dans les divisions inférieures, on entend les éclats vocaux des joueurs. Le prix du billet d'entrée est à l'avenant: moins d'un euro! Comment un club professionnel de cette envergure peut-il survivre avec des rentrées aussi dérisoires? Le manque de moyens saute aux yeux. Le stade dispose d'une austère galerie commerciale, mais les boutiques y sont pauvrement achalandées et bien peu fréquentées. On y devine des aménagements relativement récents, mais tout sent déjà le vieux par manque d'entretien. De loin, la couleur rouge et blanche des places assises en jette plein la vue, mais à y regarder de plus près, on s'aperçoit que tous les sièges n'ont certainement plus été nettoyés depuis fort longtemps. A n'en point douter, Dragan Dzajic, l'ex-dribbleur de charme et actuel président des rouge et blanc, a du pain sur la planche! Rudi Katusic