Ces dernières années, plusieurs journalistes radio ( Luthers lors du Mondial, Pascal Scimè en Europa League, Lise Burion au Mondial féminin...) ont temporairement changé de média. Eby Brouzakis va prochainement effectuer le même chemin en étant actif en télé pendant une partie de l'EURO 2020. Un choix qui a fait l'objet d'une concertation au sein de la RTBF. " Michel Lecomte avait quatre commentateurs et il lui en manquait un cinquième ", explique Manuel Jous. " Il voulait que ce soit Eby ou moi. Eby m'a laissé le choix. J'ai longtemps pesé le pour et le contre. J'ai choisi les Diables. Pas pour une raison d'opposition entre la radio et la télé, mais parce que je les suis depuis l'EURO 2000. J'étais présent durant les pires années. Ce serait bizarre de les abandonner alors qu'ils ont l'opportunité de décrocher un titre. " Après son passage en télé, Brouzakis retrouvera la radio pour le reste de la compétition et reformera son duo avec Jous. Bref, s'il avait opté pour la télé, Jous aurait quand même pu suivre les Diables en radio, normalement à partir des huitièmes de finale. " Oui mais l'enchaînement des matches au premier tour m'aurait empêché de les accompagner quotidiennement (entraînements, conférences de presse, etc.). Vu l'organisation de l'EURO, les journalistes en télé changent de ville tous les deux jours. J'ai privilégié la continuité. " Jous n'a pas l'impression d'avoir laissé passer sa chance. " On ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve. Choisir, c'est renoncer. Et il n'existe pas une gradation entre la radio et la télé. Même si certaines personnes pensent le contraire, commenter en télé n'est pas un aboutissement. Ce sont deux exercices intéressants, valorisants, différents mais l'un n'est pas mieux que l'autre. " Jous pourrait tout de même avoir une expérience en télé. En effet, quelques rencontres seront commentées en cabine, depuis Bruxelles. " Il y en aura normalement six. Celles disputés à Bakou n'ont pas encore été réparties. J'ai expliqué à Michel que j'étais disponible. "

Ces dernières années, plusieurs journalistes radio ( Luthers lors du Mondial, Pascal Scimè en Europa League, Lise Burion au Mondial féminin...) ont temporairement changé de média. Eby Brouzakis va prochainement effectuer le même chemin en étant actif en télé pendant une partie de l'EURO 2020. Un choix qui a fait l'objet d'une concertation au sein de la RTBF. " Michel Lecomte avait quatre commentateurs et il lui en manquait un cinquième ", explique Manuel Jous. " Il voulait que ce soit Eby ou moi. Eby m'a laissé le choix. J'ai longtemps pesé le pour et le contre. J'ai choisi les Diables. Pas pour une raison d'opposition entre la radio et la télé, mais parce que je les suis depuis l'EURO 2000. J'étais présent durant les pires années. Ce serait bizarre de les abandonner alors qu'ils ont l'opportunité de décrocher un titre. " Après son passage en télé, Brouzakis retrouvera la radio pour le reste de la compétition et reformera son duo avec Jous. Bref, s'il avait opté pour la télé, Jous aurait quand même pu suivre les Diables en radio, normalement à partir des huitièmes de finale. " Oui mais l'enchaînement des matches au premier tour m'aurait empêché de les accompagner quotidiennement (entraînements, conférences de presse, etc.). Vu l'organisation de l'EURO, les journalistes en télé changent de ville tous les deux jours. J'ai privilégié la continuité. " Jous n'a pas l'impression d'avoir laissé passer sa chance. " On ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve. Choisir, c'est renoncer. Et il n'existe pas une gradation entre la radio et la télé. Même si certaines personnes pensent le contraire, commenter en télé n'est pas un aboutissement. Ce sont deux exercices intéressants, valorisants, différents mais l'un n'est pas mieux que l'autre. " Jous pourrait tout de même avoir une expérience en télé. En effet, quelques rencontres seront commentées en cabine, depuis Bruxelles. " Il y en aura normalement six. Celles disputés à Bakou n'ont pas encore été réparties. J'ai expliqué à Michel que j'étais disponible. "