Vous accordez beaucoup d'importance au championnat de Belgique.
...

Vous accordez beaucoup d'importance au championnat de Belgique.Vande Zande : Je crois que c'est dans mon caractère. Quand je suis en Belgique, je veux toujours donner le meilleur de moi-même. Je vais toujours m'accrocher, même si je sais que c'est fini pour moi. Je n'accepterai jamais de perdre contre des filles qui sont moins fortes que moi, ou qui sont jeunes. Cela fait partie de mon caractère de battante. C'est ma fierté qui est en jeu. Fontaine : J'ai remporté deux fois les championnats de Belgique, en 1998 et en 2000, et en 1997, j'avais atteint la finale. Mais Christophe Van Garsse m'avait battu. Qu'apporte un titre de champion de Belgique, à l'heure actuelle?Fontaine : C'est toujours prestigieux. Cela fait une belle ligne sur le palmarès d'un joueur de tennis. Même si les meilleurs joueurs belges ne participent plus aux championnats de Belgique? On constate chaque année que des joueurs comme les frères Rochus ou Xavier Malisse ne s'y inscrivent plus.Fontaine : Oui, c'est vrai que les meilleurs ne sont pas là, mais le but est quand même d'être champion de Belgique, que les meilleurs soient là ou pas. C'est de leur faute s'ils sont absents. L'année passée, après votre victoire en finale du championnat, vous aviez tout de même regretté l'absence des meilleurs joueurs belges. Que leur reprochez-vous?Fontaine : Je pense qu'ils manquent de respect. Pas seulement vis-à-vis de la fédération, mais aussi et surtout vis-à-vis du public belge. Celui-ci n'a presque jamais l'occasion de voir les meilleures raquettes du pays, vu qu'il n'y a presque pas de gros tournoi en Belgique. Les seules occasions, ce sont les matches de Coupe Davis. Ils pourraient quand même faire cela pour les spectateurs. Mais ces joueurs ne donnent pas l'impression d'avoir envie de revenir aux championnats de Belgique, à moins que la formule ne change complètement. Que faudrait-il faire, selon vous, pour les attirer à nouveau?Fontaine : Je crois qu'il faudrait déjà augmenter le prize money. Les bons joueurs ne se déplacent plus pour des petites sommes. Et puis, il faudrait changer la date aussi. Par exemple à la fin de l'année, ou bien à la fin du mois de juin, après Wimbledon quand les joueurs ont une ou deux semaines de break. Si vous continuez à grimper au classement ATP, est-ce que vous continuerez à participer aux championnats de Belgique?Fontaine : Oui, bien sûr.