Les optimistes diront qu'il y aura moyen de se refaire dans seulement un an puisque la prochaine CAN aura lieu en Afrique du Sud en 2013 (et pas en 2014 afin d'échapper au cumul Coupe du Monde-Coupe d'Afrique). Mais la réalité, c'est que cette fantastique génération sur papier est une nouvelle fois passée à côté de la montre en or. Jamais, la voie n'avait été aussi royale : un quart face à la très faible équipe de Guinée Equatoriale, une demi face à un Mali qui n'avait que son courage à offrir et pour terminer, une finale face à la Zambie qui n'avançait pas les mêmes argu...

Les optimistes diront qu'il y aura moyen de se refaire dans seulement un an puisque la prochaine CAN aura lieu en Afrique du Sud en 2013 (et pas en 2014 afin d'échapper au cumul Coupe du Monde-Coupe d'Afrique). Mais la réalité, c'est que cette fantastique génération sur papier est une nouvelle fois passée à côté de la montre en or. Jamais, la voie n'avait été aussi royale : un quart face à la très faible équipe de Guinée Equatoriale, une demi face à un Mali qui n'avait que son courage à offrir et pour terminer, une finale face à la Zambie qui n'avançait pas les mêmes arguments que le Ghana. Mais au bout du compte, on a assisté aux scènes de 2006 : des Ivoiriens en larmes après une séance de tirs au but perdue. A la différence près qu'il y a six ans, en Egypte, les Eléphants ne partaient pas avec les faveurs des pronostics alors qu'ici les bookmakers en faisaient des gagnants certains. Autre similitude : Didier Drogba a loupé un penalty en finale (70e), comme en 2006 (lors de la séance des tirs au but) après celui raté en quarts face à la Guinée équatoriale. Du coup, la presse ivoirienne ressasse les Malédiction Drogba et rappelle que le plus grand joueur de l'histoire des Eléphants n'a aucun trophée international à son actif après les échecs en finale de l'UEFA avec l'OM, de la CL avec Chelsea et désormais par deux fois de la CAN. Mais Drogba n'est pas pointé comme responsable numéro un de ce nouvel échec. On soulignera son courage quand il alla convertir le cinquième tir au but de la séance des tirs au but. Du côté de la presse ivoirienne, on préfère aujourd'hui taper sur le président de la fédération ivoirienne, Sidy Diallo, qui avait mis en place un plan visant à écarter les joueurs ivoiriens de toute tentation. Entraînant par conséquent tout contact avec le public ou la presse, hormis à quelques rares conférences. " On a infantilisé la sélection ", pointe Ouattara Gahoussou, du journal Le Patriote. Drogba, qui n'a pas supporté certaines critiques de la presse ivoirienne, a refusé durant la totalité de la compétition tout contact avec les médias internationaux, à l'exception des groupes partenaires type Canal +. " Vouloir se bunkeriser, un terme qu'a même utilisé le coach Zahoui, recopier le modèle européen, ça ne marche pas avec des Africains ", poursuit Gahoussou. " Pourquoi ne pas avoir accordé une journée de détente avec les femmes, la famille ? Pourquoi ne pas avoir essayé de détendre l'atmosphère ? Toute cette pression, on a vu ce que ça a donné en finale. Les Eléphants étaient pétrifiés. En face, la Zambie avait affiché un visage souriant au monde entier.... " Les rares fois où l'on a pu approcher un joueur ivoirien, les réponses étaient gênées quand il leur était demandé d'expliquer comment ils meublaient leurs temps libres. " On fait des parties de scrabble ", avait tenté Siaka Tiené. Le modèle tour d'ivoire 2012 est à revoir.