Deux ans après la période de rêve vécue sous la houlette d' Hector Cuper, Majorque traverse une nouvelle période faste avec Luis Aragones, qui pourrait déboucher sur une participation à la Ligue des Champions. Après des débuts hésitants en championnat, les joueurs ont trouvé une grande force morale en partageant l'enjeu à La Corogne et en battant le FC Bar...

Deux ans après la période de rêve vécue sous la houlette d' Hector Cuper, Majorque traverse une nouvelle période faste avec Luis Aragones, qui pourrait déboucher sur une participation à la Ligue des Champions. Après des débuts hésitants en championnat, les joueurs ont trouvé une grande force morale en partageant l'enjeu à La Corogne et en battant le FC Barcelone et le Real Madrid. Depuis lors, les résultats ont suivi une courbe ascendante. Majorque est un savant mélange de joueurs expérimentés et de jeunes prometteurs. L'équipe s'appuye d'abord sur... quatre bons gardiens. Carlos Roa commença la saison comme titulaire, mais fut écarté sur blessure dès la 4e journée. Leo Franco, un portier d'avenir, prit la relève avec beaucoup d'assurance jusqu'à ce qu'une blessure ne l'écarte à son tour des terrains. Miki, le 4e gardien, débuta lors de la 31e journée à Villarreal. Et, après 18 mois d'absence, l'international argentin Burgos a effectué son retour dans le championnat d'Espagne. La défense de Majorque est, après celle de Valence, la plus expérimentée d'Espagne. Olaizola (31), Nadal (34), Miquel Soler (36), Armando (30), Siviero (31) et Fernando Niño (26) offrent des garanties. Miguel Angel Nadal connaît une deuxième jeunesse au point d'avoir été rappelé en équipe nationale. Dans l'entrejeu, Luis Aragones a opté pour un système de double pivot. Engonga a dirigé le jeu de maîtresse façon jusqu'à ce qu'une rupture du ménisque l'oblige à renoncer. Marcos, un ancien attaquant reconverti en médian, s'est révélé le complément idéal d'Engonga. Finidi et Ibagaza ont arpenté les flancs sans relâche. Le Nigérian Finidi a parfois été critiqué parce qu'il n'a inscrit qu'un but, mais l'entraîneur lui a toujours maintenu sa confiance. En attaque, enfin, Luis Aragones a souvent misé sur le "duo de Sydney": Samuel Eto'o (médaillé d'or avec le Cameroun) et Luque (médaillé d'argent avec l'Espagne). La vitesse du premier est complémentaire avec la puissance de tir du second. (D.Devos)