" On continue nos retransmissions de la Gold Cup, la compétition qui rassemble les pays de la Concacaf, la confédération FIFA qui rassemble l'Amérique du Nord, Centrale et les Caraïbes plus deux invités : l'AfSud (comme organisateur du mondial 2010) et la Colombie. La Gold Cup se déroule avec 12 participants aux Etats-Unis dans les plus beaux stades et cela pourrait aider les Américains, toujours coachés par Bruce Arena. Mais le favori reste le Mexique qui a déjà remporté l'épreuve à quatre reprises en sept éditions et qui sort d'une bonne Coupe des Confédérations avec une qua...

" On continue nos retransmissions de la Gold Cup, la compétition qui rassemble les pays de la Concacaf, la confédération FIFA qui rassemble l'Amérique du Nord, Centrale et les Caraïbes plus deux invités : l'AfSud (comme organisateur du mondial 2010) et la Colombie. La Gold Cup se déroule avec 12 participants aux Etats-Unis dans les plus beaux stades et cela pourrait aider les Américains, toujours coachés par Bruce Arena. Mais le favori reste le Mexique qui a déjà remporté l'épreuve à quatre reprises en sept éditions et qui sort d'une bonne Coupe des Confédérations avec une quatrième place finale. C'est donc un tournoi très exotique mais intéressant. Leo Beenhakker, par exemple, est coach de Trinidad et Tobago et on verra déjà les quarts de finale en fin de semaine. Mais en Europe, on parle énormément du Brésilien Robinho qui a brillé dernièrement en Allemagne en Coupe des Confédérations et qui est en litige avec son club de Santos du fait de son rapprochement avec le Real Madrid. Robinho a pris pour avocat le Belge Jean-Louis Dupont pour casser son contrat car le Real ne veut pas payer les 50 millions de dollars demandés ; seulement les 15 millions fixés comme indemnité avant la compétition en Allemagne. Mais ce sera difficile parce qu'au Brésil, un joueur ne peut pas casser son contrat pendant la compétition. Si les deux clubs ne s'entendent pas, un joueur est bloqué jusqu'au mercato de décembre. L'affaire prend des proportions gigantesques parce que Robingho n'est toujours pas rentré au club ! Il est évidemment persuadé de pouvoir gagner bien plus (15 fois !) au Real que les 25.000 euros qu'il touche par mois à Santos. Et son ancien coach au Santos, Wanderley Luxemburgo insiste lourdement pour qu'il vienne rejoindre Ronaldo et Roberto Carlos. Mais Santos a un second problème : Luxemburgo veut également Ricardinho, le milieu défensif actuellement capitaine ! Or, le Brésil est un pays calme en ce qui concerne les litiges contractuels entre clubs et joueurs. Pour les coaches c'est différent : sur les dix premiers matches de championnat, ils sont déjà huit à avoir été virés. En championnat Santos (5e) va donc affronter Sao Paulo (15e) qui joue la finale de la Copa Libertadores et qui a fait 1-1 mercredi passé sur le terrain de l'Atletico Paranense. Match retour ce mercredi. C'est la première fois que deux équipes du même pays jouent la finale d'ailleurs. Santos a besoin de points pour recoller à la tête en championnat, mais Sao Paulo est très fort. Il s'est souvent ménagé en championnat pour être frais pour la Copa Libertodres et compte des stars comme le gardien Rogerio Ceni (il a déjà marqué une cinquantaine de fois dans sa carrière sur penalties et coups francs), le back droit Cicinho qui s'est révélé à la dernière Coupe des Confédérations et depuis récemment l'attaquant, Marcio Amoroso qui a joué à Parme et Dortmund ". Avec Serge Radermacher Journaliste à Be tv