Jean-François Gillet n'a joué qu'un seul match cette saison : le 20 septembre, en Coupe, contre Heist. Une décision purement sportive de Ricardo Sa Pinto, décidé à lui donner cette carotte alors qu'il vit (assez mal) dans l'ombre ...

Jean-François Gillet n'a joué qu'un seul match cette saison : le 20 septembre, en Coupe, contre Heist. Une décision purement sportive de Ricardo Sa Pinto, décidé à lui donner cette carotte alors qu'il vit (assez mal) dans l'ombre de Guillermo Ochoa depuis le début de l'été ? Pas sûr, quand on entend l'histoire vécue la veille par le Mexicain. GUILLERMO OCHOA : On était en mise au vert, à l'Académie. Au moment de passer à table, j'ai commencé à recevoir plein de messages sur mon smartphone, il y avait des trucs sur Twitter, sur Whatsapp. On m'apprenait qu'il venait d'y avoir un gros tremblement de terre à Mexico. Ricardo Sa Pinto a vu que j'étais tracassé, il est venu près de moi et il a lu quelques messages. Très vite, il m'a dit : -Rentre chez toi, rentre près de ta femme et de tes enfants. Une fois à la maison, on a commencé à contacter plein de monde, on voulait savoir si la famille et les amis allaient bien. On a vu des images du quartier de Mexico où on habitait, c'était terrible. Je n'ai pas perdu de proche. Mais mon père a bien payé, lui. Il a six restaurants dans la ville, ils ont été touchés. Et son bureau a été fort abîmé.