En 2010-2011, Peter Maes a débarqué avec un plan triennal. Lokeren, connu pour son étrange politique de transferts, devait devenir un membre stable du subtop endéans les trois ans, en s'appuyant sur une solide base belge. En accord avec le nouveau directeur sportif Willy Reynders, il a mis fin au va-et-vient des Africains et des joueurs de l'ex-Yougoslavie.
...

En 2010-2011, Peter Maes a débarqué avec un plan triennal. Lokeren, connu pour son étrange politique de transferts, devait devenir un membre stable du subtop endéans les trois ans, en s'appuyant sur une solide base belge. En accord avec le nouveau directeur sportif Willy Reynders, il a mis fin au va-et-vient des Africains et des joueurs de l'ex-Yougoslavie. Pour la troisième saison d'affilée, Lokeren aligne donc un noyau quasi similaire. L'année dernière, il a bénéficié de bons automatismes et d'une équipe solidaire et disciplinée comme celle de Maes à Malines. Lokeren a ainsi remporté la Coupe et renoue avec la Coupe d'Europe pour la première fois depuis 2005. Même si BoubacarCopa n'a pas connu sa meilleure forme la saison passée, il est le titulaire incontesté. JugoslavLazic, chevronné, est la doublure et peut également assumer le suivi de Nicolas Lemaire, âgé de 18 ans, qui vient de Mons. Celui-ci remplace au poste de n°3 Stefan Deloose, parti au Beerschot. Maes opte pour un quatuor défensif. A l'arrière droit, Galitsios est indiscuté, même si un Sepp De Roover ressuscité a fait forte impression pendant la préparation. Après un test réussi au NAC, ce coûteux arrière droit va partir. Dans ce cas, le robuste Tiko peut être considéré comme la doublure de Galitsios. Mijat Maric et JérémyTaravel forment le duo axial. En plaçant la barre très haut pour le transfert du Français, Lokeren est parvenu à décourager plusieurs clubs, dont le Standard. Les autres options sont IbrahimaGueye, qui a reçu sa chance en juillet suite à la blessure de Taravel, et Laurens De Bock. Le staff technique pense de plus en plus que ce dernier peut s'épanouir dans l'axe mais provisoirement, De Bock est toujours arrière gauche et il n'a qu'un seul remplaçant, Alexander Corryn, produit du cru. El Mouataz, victime d'une grave déchirure musculaire peu après avoir prolongé son contrat, est indisponible jusque fin octobre. Maes doit donc croiser les doigts pour qu'il n'arrive plus rien à ses backs. Lokeren aligne un triangle à la pointe en avant. La saison dernière, KoenPersoons et KillianOvermeire ont prouvé leur complémentarité et se blessent rarement. Devant eux, Ivan Leko distribue le jeu mais le Croate à la technique de frappe redoutable a déjà 34 ans. Lokeren cherche donc des alternatives, compte tenu de son agenda sur trois fronts. Dans cette optique, il n'est pas exclu que Milos Maric vienne du Lierse. Enes Saglik, un transfert, peut occuper ce poste mais comme Patiso, il est sans doute un peu léger. Les deux hommes sont plutôt des extérieurs. On ne connaît pas encore le sort d' Alfred Finnbogason : normalement, il revient fin août d'Helsingborg où il est loué... et où il s'est distingué. On découvrira sans doute quelques fois le nom de Jore Trompet sur la feuille de match. Il peut évoluer au milieu défensif, pour permettre à Persoons ou à Overmeire de se reposer. Tiko peut aussi occuper le poste. Hamdi Harbaoui a démontré en fin de saison qu'il est le leader incontesté de la ligne offensive. Il a marqué en finale de la Coupe ainsi que pendant la préparation. Maes opte, pour l'encadrer, pour des joueurs qui plongent aisément devant le but : BenjaminDe Ceulaer, devenu Diable Rouge, et NiilDe Pauw, doué mais encore un peu irrégulier. L'embauche de Paolo Grbac et de Saglik constitue un renfort en profondeur. Lokeren ne cherche plus qu'un joueur style Jordan Remacle, capable de surgir du flanc et d'approvisionner Harbaoui. Djiby Fall peut doubler Harbaoui ou être lancé quand Lokeren doit faire le forcing ou veut procéder par longs ballons. Lokeren est prêt à cueillir les fruits de sa politique de stabilité. Son pire ennemi dans sa quête des PO1 sera le confort de sa situation mais l'approche dynamique de Maes réduit fortement le risque. Cette saison, Lokeren doit donc rivaliser avec les meilleurs et se qualifier pour la phase des poules de l'Europa League. PAR MATTHIAS STOCKMANS