Le n°16 du Club Bruges n'a pas échappé à Sergio Dutrasenior, spectateur attentif à Daknam, samedi soir. Lors du match aller, déjà, il avait constaté que ce joueur avait posé bien des problèmes à l'équipe de son fils. Pour lui, l'homme du match n'était pas Waldemar Sobota, auteur de deux assists et d'un but, mais Maxime Lestienne, qui s'était intelligemment écarté du ballon sur le deuxième contre qui avait amené un but et avait inscrit lui-même le troisième. Un connaisseur, papa Dutra, car à la 46e minute, lorsque Lestienne avait expédié un coup franc dans les nuages, tout le stade avait éclaté de rire. Les supporters brugeois les plus critiques avaient même sifflé. Une heure plus tard, ils avaient oublié et saluaient leur héros. Et 24 heures plus tard, le Club était leader pour de bon. A quatre journées de la fin, c'est jouable.
...

Le n°16 du Club Bruges n'a pas échappé à Sergio Dutrasenior, spectateur attentif à Daknam, samedi soir. Lors du match aller, déjà, il avait constaté que ce joueur avait posé bien des problèmes à l'équipe de son fils. Pour lui, l'homme du match n'était pas Waldemar Sobota, auteur de deux assists et d'un but, mais Maxime Lestienne, qui s'était intelligemment écarté du ballon sur le deuxième contre qui avait amené un but et avait inscrit lui-même le troisième. Un connaisseur, papa Dutra, car à la 46e minute, lorsque Lestienne avait expédié un coup franc dans les nuages, tout le stade avait éclaté de rire. Les supporters brugeois les plus critiques avaient même sifflé. Une heure plus tard, ils avaient oublié et saluaient leur héros. Et 24 heures plus tard, le Club était leader pour de bon. A quatre journées de la fin, c'est jouable. Cette première place, le Club la doit en bonne partie au jeune attaquant mouscronnois. Ce qui est étonnant vu les critiques dont il est affublé ces derniers temps. Pas seulement à Lokeren mais aussi lors du match entre le Club Bruges et Genk. On le dit plein de bonne volonté mais il n'effectuerait pas toujours les bons choix devant le but. Pourtant, on ne souligne pas suffisamment son importance. Ce n'est pas un hasard si le CSKA Moscou (l'été dernier) et Wolfsbourg (l'hiver dernier) se sont intéressés à lui. Car il est rare qu'un jeune de 21 ans aligne de telles statistiques. Voyez plutôt. Première chose qui frappe : sa régularité. Il est explosif et son corps digère manifestement bien les efforts accomplis. D'autant que ses adversaires ne le ménagent pas toujours. Il est rarement blessé et ne prend pratiquement jamais de repos. Moins, en tout cas, que Refaelov ou De Sutter, plus fragiles. Ce n'est pas nouveau. Si on observe les statistiques du Club Bruges, aucun joueur n'a joué plus de matches que Lestienne la saison dernière (un total de 47, toutes compétitions confondues). Si on tient compte du nombre de minutes (3250), seuls Vadis Odjidja (3402) et Carlos Bacca (3626) ont fait mieux. Avec 12 buts et 8 assists, Lestienne était impliqué dans 20 des 66 buts inscrits par son équipe en phase classique. Soit 30 %. Son impact fut plus important encore lors des play-offs, où Bacca et lui ne manquaient pas de fournisseurs (Odjidja, Donk, Vazquez). Ils en ont pleinement profité, le club inscrivant 21 buts en 10 matches. Lestienne était impliqué dans la moitié d'entre eux (5 buts, 5 assists), Bacca dans neuf (3 buts, 6 assists). Un duo mortel, même si le Club ne fut pas champion. Lestienne, qui n'avait encore que 20 ans, s'était fait un nom. Marc Wilmots l'invita à prendre part au stage aux Etats-Unis avec les Diables Rouges et le CSKA Moscou s'intéressa à lui. L'offre était intéressante mais Lestienne estima "qu'il n'avait rien à apprendre à Moscou" et qu'il préférait confirmer au Club Bruges avant de partir vers d'autres cieux. Au début de la nouvelle saison face à Charleroi, le 26 juillet, c'est un Club Bruges très différent que l'on retrouve sur le terrain. Bacca n'est plus là pour courir derrière les ballons en profondeur, Vazquez et Odjidja sont blessés, Donk a été transféré. Il reste des travailleurs comme Timmy Simons (rapidement exclu), JonathanBlondel (qui sera vite blessé) et Wang, un débutant. En pointe, Eidur Gudjohnsen, qui n'a plus évolué à ce niveau depuis longtemps et qui ne s'entend pas trop bien avec l'entraîneur. Wang ouvre le score et Blondel assure la victoire dans les arrêts de jeu. Lestienne hérite de quelques occasions mais les gâche. Lors du deuxième match, à Ostende, il se retrouve même sur le banc. L'entraîneur estime qu'il n'est pas prêt physiquement et il n'entre qu'à l'heure de jeu en remplacement de Refaelov. Très vite, il fait la différence. Après cinq minutes il rentre dans le jeu et adresse une balle lobée au deuxième piquet, offrant ainsi à Boli Bolingoli son premier but en D1. L'entraîneur se retrouve face à un dilemme. JuanCarlosGarrido doit développer un tout nouveau concept offensif. Avec De Sutter, le club possède un pivot mais il n'a pas (encore) trouvé le remplaçant de Bacca. Kehinde Fatai n'arrivera que fin août. Avec le départ de Donk et l'arrivée de Simons, c'est également à un autre type de médian défensif que le Club Bruges a affaire. De plus, les deux ailiers, Refaelov et Lestienne, préfèrent tous deux jouer du côté opposé à leur meilleur pied, rentrer dans le jeu et tirer plutôt que centrer. Ce n'est pas grave en soi si les deux arrières latéraux sont capables de déborder et de centrer mais l'Espagnol n'a guère confiance en LaurensDe Bock à gauche(ce qui causera des tensions avec la direction) tandis qu'à droite, Thomas Meunier se remet toujours d'une blessure aux abdominaux. Bref : tout le poids de l'attaque semble reposer sur les épaules d'un gars de 21 ans. Et les adversaires le savent aussi : du coup, ils lui laissent beaucoup moins d'espace... Lestienne est suffisamment fort mentalement pour ne pas trop s'en faire, ce qui démontre sa classe. A Malines (1-2), il se montre à nouveau déterminant : assist pour De Sutter et penalty sur lui. Contre Gand (1-1), il offre le but à ThomasHögli. A Beveren (1-2), il marque après 36 secondes de jeu. Et face au Lierse, celui qui a été exclu de l'équipe nationale pour avoir accueilli une fille dans sa chambre lors d'une mise au vert des Espoirs début septembre est sacré Homme du Match avec deux assists, un but et une participation à la réalisation du quatrième. Il ne sauve pas la peau de Garrido mais le changement d'entraîneur n'a pas d'effet sur son rendement : il marque deux fois contre Anderlecht et Philippe Clément le remplace avant la fin pour lui permettre d'être applaudi. Il remet le couvert à Mons, où il bat Olivier Werner dès la deuxième minute. Et puis... plus rien. Il est exclu contre OHL, suspendu face à Courtrai et ne marque ni contre Genk ni contre le Cercle, où ses efforts n'aboutissent pas. Zéro sur neuf en championnat : MichelPreud'homme prend un départ moyen. Ce n'est pas dû à l'engagement de Lestienne qui, en perte de balle, court comme un possédé pour reprendre sa place. Mais offensivement, Bruges manque de tranchant. De Sutter cherche sa place et travaille sa condition physique après être resté longtemps sur le banc à Anderlecht ; Kehinde Fatai entre à peine en ligne de compte et Eidur Gudjohnsen n'est plus en état de prendre des coups pour tout le monde. Il lui faut des ballons mais Odjidja n'a guère de chance, Vazquez ne trouve pas le rythme et Refaelov se blesse tandis que Sobota cherche la forme qu'il affichait à Wroclaw. Bruges force, peine, tente mais ne concrétise pas. Ou peu. Lestienne marque ainsi contre Gand, expédiant un coup franc dans l'angle. Le 16 mars, journée de clôture de la phase classique par une victoire en derby, le rapport chiffré de Maxime Lestienne est excellent : 10 buts, 13 assists, 3 penalties commis sur lui et transformé par Timmy Simons. Le club a inscrit 54 buts et Lestienne a participé à la confection de 26 d'entre eux, soit 48 %. Malgré les changements, il a égalé ses statistiques de la saison précédente. Du bon boulot. Depuis le début des play-offs, ça va un peu moins bien : trois assists (tous contre Lokeren) et toujours pas de but. Le Club a marqué onze fois en six matches, dont 8 face à Lokeren. Sur ce plan... peut mieux faire. La régularité de Lestienne ne peut être mise en cause. Comme la saison dernière, il est l'un des joueurs qui ont le plus joué. Mathew Ryan, le gardien, n'a pas manqué la moindre minute. Simons est deuxième : il n'a loupé qu'un match et demi suite à une carte rouge et à la suspension consécutive à celle-ci. Derrière eux, on retrouve Lestienne, qui comptabilise 3000 minutes. Il est, de loin, le plus utilisé des attaquants du noyau brugeois. Conclusion : à 21 ans et malgré les critiques qui s'abattent sur lui, Lestienne confirme. Il est solide physiquement et de plus en plus fort tant à la passe qu'à la conclusion. Deux buts et aucun assist il y a trois ans ; 7 buts et 2 assists il y a deux ans ; 18 buts et 13 assists la saison dernière ; 10 buts et 17 assists cette saison. Il est altruiste, oublie rarement de reprendre sa place en perte de balle et reste excellent offensivement malgré un entrejeu qui change sans cesse et garde de moins en moins le ballon. C'est Mister 40 %, une poule aux oeufs d'or.PAR PETER T'KINT - PHOTOS: BELGAIMAGELestienne, qui comptabilise 3000 minutes, est de loin, le plus utilisé des attaquants du noyau brugeois.