Petite plongée double dans le monde des machos qu'il nous arrive d'être, alentour de ce foot qui nous passionne. Ceci via deux historiettes...et toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé ne serait évidemment pas pure coïncidence ! Machisme de buvette, d'abord. On m'a raconté l'histoire d'une troisième mi-temps en déplacement, à l'issue d'un match dominical très amical. L'équipe visiteuse s'est fait piétiner sur le terrain, mais elle est en train de gagner l'après-match haut-la-main. Tout l'effectif est encore là, bien en voix, et fraternise avec ce qu'il reste de visités, soit cinq personnes : les deux bénévoles tenant le bar, l'entraîneur local en pleine forme, un jovial comitard et son épouse...
...

Petite plongée double dans le monde des machos qu'il nous arrive d'être, alentour de ce foot qui nous passionne. Ceci via deux historiettes...et toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé ne serait évidemment pas pure coïncidence ! Machisme de buvette, d'abord. On m'a raconté l'histoire d'une troisième mi-temps en déplacement, à l'issue d'un match dominical très amical. L'équipe visiteuse s'est fait piétiner sur le terrain, mais elle est en train de gagner l'après-match haut-la-main. Tout l'effectif est encore là, bien en voix, et fraternise avec ce qu'il reste de visités, soit cinq personnes : les deux bénévoles tenant le bar, l'entraîneur local en pleine forme, un jovial comitard et son épouse... L'épouse est moins joviale, et n'importe quel humain normalement constitué pourrait la comprendre. Elle n'est pas footeuse à tout prix, elle est là depuis 13 h 30, le match avait lieu à 15 h, il est 19 h 30, ça commence à faire long : d'autant que Danny l'époux, comme l'ensemble des acteurs, en a quelques-uns derrière la cravate. D'où la demande classique qui finit par surgir : Danny, on y va ? Danny est un brave mec, il acquiesce. Il dit : Salut les gars, y'en a qui travaillent demain ! Et, poli, il entreprend de serrer les paluches de toute l'équipe visiteuse. Les gars sont nombreux, ça prend un certain temps, et ça amène l'épouse à tirer Danny par la manche pour abréger les effusions. Reste quinze mètres de buvette à parcourir, entre le bar et la sortie. Moment que choisissent les visiteurs pour beugler en choeur, sur l'air du Go West des Pet Shop Boys recyclé à Sclessin Ohé Standard Liège Ohé, le refrain que voici : Danny, tu n'es qu'un soumis ! Danny, tu n'es qu'un soumis ! Danny... Moche ! Macho à donf ! Surtout que nombre des mecs présents, quand ils sont accompagnés par Miss ou Madame, sont susceptibles d'endosser le rôle de Danny ! Comme quoi l'être humain mâle sans sa moitié, s'il est anormalement imbibé, cesse d'être normalement constitué ! En tout cas, ce n'était pas gentil pour Danny, encore moins pour Madame, peu de chances que ces deux-là passent une bonne soirée... Au fait, et au passage : bonne soirée ou belle soirée ? Avez-vous remarqué ce tic de langage de plus en plus pratiqué : les causeurs des médias nous souhaitent une belle après-midi, une belle soirée, une belle nuit ? Mode ou snobisme, le bon est devenu beau... quand ce n'est pas l'inverse : car dans un tout autre créneau de conversation, les filles qu'on disait belles hier, on les dit bonnes aujourd'hui, et faut pas vous faire un dessin ! Ce qui me ramène aux p'tits phallocrates que nous sommes, et à la seconde anecdote : machisme de vestiaire cette fois, moins méchant, plus rigolo. C'est un vestiaire de province dans lequel le T2, appelons-le Lolo, est un humoriste de top niveau : un magicien dans son genre, grâce auquel on rigole encore davantage quand on a gagné, grâce auquel on se remet plus vite à sourire puis à rire quand on a perdu ! On ne sait jamais où il va les chercher, mais il est allé chercher celle-ci sous la douche : la douche, endroit propice aux grivoiseries vu qu'on y est tous mâles, tous tout nus et pas tous avec un zizi de calibre identique. Lolo est un seigneur. Il ne raille pas la dégaine des p'tits engins, il préfère congratuler les gros, s'en émerveiller avec de gros yeux, s'enquérir de leur mode opératoire... Et l'autre jour, en voyant le mieux monté de la bande s'amener sous la douche, il l'a accueilli d'un grand bonjour franc en lui serrant très naturellement la pogne, sauf qu'il ne lui a pas serré la pogne mais l'engin en personne ! Eclat de rire général. La rumeur rapporte qu'ensuite, Lolo tout sourire ajouta à son T1, sur le ton de la confidence : Qu'est-ce qu'on a bon, hein ? Y'a rien à faire, elles et nous, on n'a pas les mêmes hormones... Tu arriverais à les imaginer nues sous la douche en train de se marrer en se tenant le clitoris ? Non, hein ?L'être humain mâle sans sa moitié, s'il est anormalement imbibé, cesse d'être normalement constitué.