Fin septembre, malgré la victoire 2-1 contre le PSV, Gertjan Verbeek semblait avoir perdu toute emprise sur les joueurs d'Alkmaar. Capitaine, Maarten Martens (29 ans) avait annoncé son départ imminent. " Maarten est considéré comme le meilleur numéro dix des Pays-Bas depuis des années ", explique Yoeri van den Busken, qui suit l'AZ pour VI. " Pourtant, Verbeeck ne l'alignait pas à ce poste, ce qui exaspérait Maarten. Il avait bien sûr la latitude de quitter le flanc gauche pour repiqu...

Fin septembre, malgré la victoire 2-1 contre le PSV, Gertjan Verbeek semblait avoir perdu toute emprise sur les joueurs d'Alkmaar. Capitaine, Maarten Martens (29 ans) avait annoncé son départ imminent. " Maarten est considéré comme le meilleur numéro dix des Pays-Bas depuis des années ", explique Yoeri van den Busken, qui suit l'AZ pour VI. " Pourtant, Verbeeck ne l'alignait pas à ce poste, ce qui exaspérait Maarten. Il avait bien sûr la latitude de quitter le flanc gauche pour repiquer vers l'axe mais l'entraîneur avait clairement fait savoir qu'il ne construirait pas l'équipe autour de lui. Jusqu'à son renvoi, il a privilégié des médians puissants et dotés d'un gros abattage. Contre l'Ajax et le RKC, Maarten a pourtant été décisif grâce à sa créativité. " Selon Van den Busken, Dick Advocaat apprécie beaucoup l'ancien Anderlechtois. " L'arrivée d'Advocaat constitue un signal positif. Martens n'est plus entré en compte en équipe nationale depuis le court passage de l'entraîneur à la tête de la sélection belge. Dick confie toujours un rôle important à des footballeurs comme Martens, qui affichent assurance et créativité. Il confère un sentiment positif aux éléments chevronnés. Maarten est le seul joueur qui faisait déjà partie de l'équipe de l'AZ en 2009, quand Advocaat l'a entraînée. " Van den Busken apprécie également la personnalité de Martens, dont le contrat arrive à échéance et qui est le seul à posséder encore un plantureux contrat, établi sous l'ère de Dirk Scheringa. " C'est assez incroyable mais de l'extérieur, on considère Martens comme un brave petit gars. On ne le juge pas capable d'être déterminant dans le vestiaire. Pourtant, il joue vraiment un rôle important. La saison passée, quand l'AZ a été dans le creux de la vague, c'est lui qui s'est tourné vers la direction, en compagnie de Nick Viergever, après avoir réuni le noyau et tenté de le ressouder. Il avait déjà accompli cette démarche avec Stijn Schaars du temps de Louis van Gaal. Maarten sent quand la situation va dégénérer et il intervient avec autorité. C'est la marque d'un professionnel accompli. Martens n'a pas envie d'être populaire ni d'offrir à la presse des punchlines ravageuses. Il veut tout simplement compter pour son équipe. Il ne laissera jamais tomber son club, il ne le trahira pas mais entre quatre murs, il donne son avis et assume ses responsabilités. Il n'a pas besoin de crier pour être le patron. " PAR FRÉDÉRIC VANHEULE