Dernier match de poule de Ligue des Champions. Manchester United et sa flopée de stars traînent leurs crampons au FC Bâle. Un nul suffit aux hommes de Sir AlexFerguson pour atteindre le tour suivant. Il n'en sera rien. Les Mancuniens se font surprendre (2-1) et quittent l'épreuve avant les huitièmes, une première depuis la saison 2005-2006. Un malheur ne venant jamais seul, Nemanja Vidic, le capitaine des Red Devils, considéré par beaucoup comme un des meilleurs défenseurs centraux du monde, se pète les croisés juste avant la mi-temps. Out jusqu'en fin de saison, le Serbe vient allonger encore un peu plus la liste des blessés de United. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Phil Jones aurait dû retrouver sa place de prédilection dans l'axe central de la défense. Malheureusement, 15 jours plus tard, il s'explose la pommette dans un contact avec l'Américain de Fulham, Clint Dempsey. Verdict : 6 semaines d'arrêt. ...

Dernier match de poule de Ligue des Champions. Manchester United et sa flopée de stars traînent leurs crampons au FC Bâle. Un nul suffit aux hommes de Sir AlexFerguson pour atteindre le tour suivant. Il n'en sera rien. Les Mancuniens se font surprendre (2-1) et quittent l'épreuve avant les huitièmes, une première depuis la saison 2005-2006. Un malheur ne venant jamais seul, Nemanja Vidic, le capitaine des Red Devils, considéré par beaucoup comme un des meilleurs défenseurs centraux du monde, se pète les croisés juste avant la mi-temps. Out jusqu'en fin de saison, le Serbe vient allonger encore un peu plus la liste des blessés de United. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Phil Jones aurait dû retrouver sa place de prédilection dans l'axe central de la défense. Malheureusement, 15 jours plus tard, il s'explose la pommette dans un contact avec l'Américain de Fulham, Clint Dempsey. Verdict : 6 semaines d'arrêt. Transféré de Blackburn l'été dernier pour près de 20 millions d'euros, ce jeune anglais de 19 ans a déjà été mis à toutes les sauces par Ferguson. Tantôt milieu défensif, tantôt arrière droit, Jones s'adapte partout où il est posté même s'il avoue une préférence pour la position de défenseur central : " C'est à ce poste que je poursuivrai ma carrière. Espérons que dans le temps, je m'y fixerai, mais pour l'instant, je suis juste heureux de jouer au football. Ma polyvalence est toujours un avantage. Ça me permet de jouer plus. Je ne vois pas comment ça pourrait être un désavantage. Mais il reste des positions où je n'ai jamais joué, comme milieu gauche, latéral gauche ou gardien ", rigole-t-il. Né le 24 février 1992 à Preston dans le Lancashire, Jones rejoint le centre de formation des Rovers à 10 ans et y fait toutes ses classes. Il signe son premier contrat pro en 2009 et débute fin septembre en Carling Cup contre Nottingham Forest (0-1). Il doit encore patienter 6 mois avant de goûter à la Premier League contre Chelsea mais il s'impose immédiatement comme titulaire aux côtés de Gaël Givet dans l'axe. Comparé à John Terry qui voit en lui son " successeur ", Jones entame ensuite le championnat 2010-2011 sur les chapeaux de roues. Inamovible, il participe aux 17 premiers matches de la saison. Le 18e lui est fatal avec une rupture des ligaments croisés contre West Ham. Une tuile qui n'empêche pas les dirigeants de Blackburn de lui faire confiance. En février, il resigne un contrat à la hausse et se lie au club jusqu'en 2016. De retour sur les terrains mi-mars, il joue encore trois mois à Rovers mais son avenir est ailleurs. Rapide, bon de la tête, à l'aise balle au pied et doté d'un sang-froid à toute épreuve, l'ensemble du Big Four lui fait du gringue. Son coach de l'époque, Steve Kean, le surnomme la Rolls Royce de Blackburn tandis que Wayne Rooney tweete qu'il " est un des défenseurs les plus compliqués que j'ai eu à gérer cette saison ". Nul ne sait si les mots de Shrek ont pesé dans la balance mais il finit par opter pour Manchester United où il paraphe un contrat de 5 ans. Homonyme d'un climatologue britannique réputé, Phil Jones est bien décidé à faire la pluie et le beau temps à Old Trafford. Dès le mois d'août, il remporte son premier titre, le Community Shield, battant les éternels rivaux de City (3-2). Sa polyvalence lui permet de s'imposer rapidement dans le onze de base mancunien et mieux encore, le 3 décembre, il inscrit son premier goal au plus haut niveau, contre Aston Villa, trompant Shay Given d'une belle volée du pied droit. Déjà sélectionné en U19, Jones dispute les Championnats d'Europe U21 l'été dernier. Il forme avec son futur coéquipier de Man U, Chris Smalling, une charnière centrale impressionnante. Malheureusement, cela ne suffit pas pour se qualifier et l'Angleterre ne passe pas les poules après une défaite face à la Tchéquie. Cela n'empêche pas Fabio Capello de tenir notre homme à l'£il. Sélectionné une première fois en août pour un amical contre les Pays-Bas, la rencontre n'a finalement pas lieu en raison des émeutes qui secouent Londres à ce moment. Ce n'est que partie remise pour le Mancunien qui fête sa première cap lors du dernier match de qualification en octobre face au Monténégro. De quoi convaincre le sélectionneur transalpin des Three Lions pour qui Jones " est comme Jack Wilshere. Le talent c'est le talent, cela ne se crée pas. C'est une très bonne nouvelle pour moi de l'avoir dans l'équipe ". Titularisé lors des deux amicaux suivants contre l'Espagne et la Suède, le protégé de Ferguson monte en puissance tant en club qu'en sélection. Une ascension fulgurante qui ne l'empêche pas de conserver une petite habitude assez particulière : " Quand on joue à domicile, je mets la chaussette gauche en premier. A l'extérieur, c'est la droite. Je sais que c'est bizarre mais je ne peux pas m'en empêcher ". Zizou appréciera. JULES MONNIER- PHOTO : IMAGEGLOBE Tantôt milieu défensif, tantôt arrière droit, Jones s'adapte partout où il est posté même s'il avoue une préférence pour la position de défenseur central.