Le week-end pascal a permis à l'Olympique Lyonnais de décrocher son cinquième titre de champion consécutif. Le chef-lieu de département du Rhône termine en tête de la compétition avec trois coaches différents en cinq ans : le premier titre avec Jacques Santini, les trois suivants avec Paul Le Guen et enfin celui-ci sous la houlette de Gérard Houiller.
...

Le week-end pascal a permis à l'Olympique Lyonnais de décrocher son cinquième titre de champion consécutif. Le chef-lieu de département du Rhône termine en tête de la compétition avec trois coaches différents en cinq ans : le premier titre avec Jacques Santini, les trois suivants avec Paul Le Guen et enfin celui-ci sous la houlette de Gérard Houiller. Fidèle de Téléfoot, je trouve encore une fois dommage que le duel entre Lille et Bordeaux était programmé la veille de PSG-Lyon, ce qui a permis aux Lyonnais de fêter leur titre dans leur hôtel et dans la... rue en plein Paris ! Quel plaisir de pouvoir vivre une troisième mi-temps festive après deux autres où on a dû tout donner pour arriver à l'objectif fixé. Ici rien de tout cela, les images montrant les joueurs de Lyon au coup de sifflet final du match de Bordeaux étaient vraiment très étranges. La moitié de l'équipe faisait la fête sous le regard des autres se demandant quelle attitude adopter. Que faire pour goûter à cette communion que l'on partage avec ses supporters au stade le soir d'un titre ? Les joueurs, pour communiquer leur joie, n'ont rien trouvé mieux que de descendre dans la rue, en training ! Quelle surprise pour les automobilistes parisiens amateurs de foot ou non qui devaient se demander dans un premier temps ce que venaient faire des mecs en survêt en plein milieu des célèbres embouteillages de la capitale française. Ce cinquième titre me fait particulièrement plaisir pour le coach qui m'avait accueilli à Liverpool dans le cadre de mon stage licence pro. J'y avais été reçu comme un prince en compagnie d' AlainBettagno, qui, lui, a eu la chance de gagner le titre de champion de Promotion D sur le terrain, le même week-end que le mentor français. La buvette du FC Seraing a probablement connu sa meilleure recette et l'ambiance qui y régna fut tout simplement fantastique. Dirigeants, supporters, joueurs des deux camps et... arbitre se sont retrouvés pour fêter le sacre d' EdiEdmilson et ses coéquipiers. L'adversaire, Tilleur, entraîné par cette vieille connaissance d' IdoCremasco, a joué le jeu à 100 % pour que la fête soit réussie sur et en-dehors du terrain. L'arbitre, QuentinToussaint, a été aussi performant durant le match que pendant les festivités qui ont suivi, se comportant sur le terrain de la manière que j'apprécie particulièrement. Une approche sympa, un respect vis-à-vis des joueurs et des coaches, bref un arbitre sérieux qui ne se prend pas au sérieux mais malheureusement dépassé par la limite d'âge pour accéder à l'échelon national. Cela me change du week-end précédent, où mon club a assuré son maintien mathématique dans la douleur, avec cinq blessés (dont trois graves et un transporté en ambulance pour coup volontaire) dont les arbitres et les adversaires n'ont pris aucune nouvelle après le match. Comme quoi, dans le même sport, on peut rencontrer des attitudes diamétralement opposées ! étienne delangre