Mardi de la semaine dernière, suite à son match nul à Montpellier (1-1), Lyon avait assuré son deuxième titre de champion d'affilée. Certes, les mathématiciens se sont empressés de signaler que les chiffres laissaient planer encore un certain doute parce qu'en cas de défaite lors de la 38 journée, l'OL pouvait être rejoint par l'OM et que tout allait se jouer à la différence de buts. Mais, n'en déplaisent à ces oiseaux de mauvais augure, les joueurs lyonnais savaient qu'avec 19 buts d'avance, ils savoureraient véritablement leur deuxième titre au term...

Mardi de la semaine dernière, suite à son match nul à Montpellier (1-1), Lyon avait assuré son deuxième titre de champion d'affilée. Certes, les mathématiciens se sont empressés de signaler que les chiffres laissaient planer encore un certain doute parce qu'en cas de défaite lors de la 38 journée, l'OL pouvait être rejoint par l'OM et que tout allait se jouer à la différence de buts. Mais, n'en déplaisent à ces oiseaux de mauvais augure, les joueurs lyonnais savaient qu'avec 19 buts d'avance, ils savoureraient véritablement leur deuxième titre au terme de la rencontre face à Guingamp, qui précisément avait écarté Monaco de la course au sacre. Samedi soir, l'apothéose eut bien lieu à Gerland malgré un sévère échec (1-4). Dès le coup de sifflet final, les habituelles scènes de joie ont été enregistrées et parmi les joueurs, il y en avait un qui était sans doute plus heureux que les autres : Eric Carrière. Le médian français fêtait précisément son 30e anniversaire ce soir-là et venait de décrocher son troisième titre d'affilée (en 2001, il avait fini premier avec Nantes). Depuis Jean- Pierre Papin et le grand Marseille du début des années 90, aucun joueur n'avait plus réussi un tel exploit. " On ne gagne pas trois titres de champions consécutivement et deux coupes par hasard ", a déclaré Carrière. Eric Deflandre (22 matches, 19 titularisations et 3 remplacements) a joué un rôle important dans ce sacre. Tombé en disgrâce durant la première moitié de la saison quand l'OL cherchait à recruter le Rennais Anthony Reveillère, le Belge a retrouvé du crédit auprès de Paul Le Guen et son retour a équilibré la ligne arrière et a coïncidé avec la réussite de l'équipe dans le dernier tiers de la compétition. (N. Ribaudo) NICOLAS DIEUZE (24 ans), qui a été prêté par Bastia en janvier, jouera à Toulouse la saison prochaine. Selon le quotidien l'Equipe, une clause de ce prêt stipulait qu'en cas d'accession du TFC à la L1, l'attaquant retournerait dans son club formateur sans contrepartie. EMMANUEL PETIT a été opéré jeudi dernier à Strasbourg d'une pubalgie. CRISTOBAL (36 ans), l'arrière du PSG, pourrait voir l'heure de la retraite sonner suite aux changements intervenus à la tête du club. Mais avant cela, aux deux Coupes du Roi qu'il a remportées en 14 ans de Liga avec le Barça et l'Espanyol, il aimerait ajouter la Coupe de France à son palmarès. BLAISE KOUASSI, le défenseur central de Guingamp, a subi une intervention chirurgicale à l'épaule. Son retour dans le groupe est prévu au mieux fin juin, au pire, début août DOMINIQUE BIJOTAT, entraîneur adjoint, remplacera Rolland Courbis sur le banc d'Ajaccio la saison prochaine. BUTEURS : 1. Nonda (Monaco) 26 buts ; 2. Pauleta (Bordeaux) 23 ; 3. Drogba (Guingamp) 17 ; 4. Camara (Sedan), Cisse (Auxerre) 14.