Le noyau champion est intact, hormis Jelle Van Damme. Le médian a vu sa brillante fin de saison récompensée par un transfert à Wolverhampton, ce qui constitue un plus financier bienvenu de trois millions d'euros pour Anderlecht. Mais Ariël Jacobs a perdu un de ses rares gauchers, lui qui attache beaucoup d'importance à l'équilibre entre gauchers et droitiers au sein de son équipe, voit celui-ci compromis. Sur papier, Kanu et Christophe Diandy constituent des successeurs potentiels à Van Damme, mais c'est Sacha Kljestan, qui joue des deux pieds, qui semble s'imposer. Des quatre joueurs acquis jusqu'à présent, il constitue ...

Le noyau champion est intact, hormis Jelle Van Damme. Le médian a vu sa brillante fin de saison récompensée par un transfert à Wolverhampton, ce qui constitue un plus financier bienvenu de trois millions d'euros pour Anderlecht. Mais Ariël Jacobs a perdu un de ses rares gauchers, lui qui attache beaucoup d'importance à l'équilibre entre gauchers et droitiers au sein de son équipe, voit celui-ci compromis. Sur papier, Kanu et Christophe Diandy constituent des successeurs potentiels à Van Damme, mais c'est Sacha Kljestan, qui joue des deux pieds, qui semble s'imposer. Des quatre joueurs acquis jusqu'à présent, il constitue le renfort le plus direct. A signaler: les transferts offensifs pouvaient coûter de l'argent mais les défensifs, selon la bonne vieille habitude bruxelloise, devaient être bon marché. L'arrière droit reste le talon d'Achille de l'équipe. Le rétablissement de Marcin Wasilewski est plus qu'incertain, Nemanja Rnic est abandonné et le nouvel Argentin Pier Barrios s'est occasionné d'emblée une inflamma-tion des adducteurs. S'il arrive quelque chose au médian Guillaume Gillet, Anderlecht n'a plus d'arrière droit. A gauche, le départ de Van Damme prive le Sporting de la doublure attitrée d' Olivier Deschacht. Anderlecht a engagé un Tchèque inexpérimenté, Jan Lecjaks, qui doit concurrencer Diandy, aussi jeune que lui. Celui-ci est actuellement mué en arrière gauche à cause de la concurrence redoutable dans l'entrejeu. Si Deschacht doit remplacer Roland Juhasz ou Ondrej Mazuch dans l'axe, Lecjaks et Diandy consti-tuent des paris. Victor Bernardez est une autre alternative dans l'axe. Lucas Biglia est promu vice capitaine et au bout de quatre ans, il semble prêt pour un rôle de leader. Il forme avec Cheikh Kouyaté le tandem qui a posé les jalons du titre. Jan Polak s'entraîne comme une bête mais en refusant de prolonger son contrat, il s'est placé dans une situation difficile et ne doit pas espérer jouer beaucoup. Des nouveaux, seul Kljestan s'est d'emblée érigé en titulaire potentiel. Doté d'un grand abattage et d'un excellent passing, il joue avec simplicité et efficacité. L'Américain constitue un solide concurrent pour Kanu. Lukas Marecek continue à progresser mais sans s'imposer. Bouba Sarépeut être loué. Romelu Lukaku et Tom De Sutter sont les attaquants de pointe. Le premier souffre de ses jeunes genoux, après une longue et lourde saison, le second arrive au terme d'une longue revalidation. Pablo Chavarria est plutôt un travailleur qu'un buteur et il n'est pas aussi raffiné que son compatriote Matias Suarez. Il doit encore mûrir. Pour chacune des trois positions derrière l'attaque, Mbark Boussoufa, Jonathan Legear, Suarez et Ziguy Badibanga entrent en ligne de compte, de même que Mahmoud Shikabala, s'il vient. Dans ce cas, le Sporting ne comptera plus sur Thomas Chatelle. Badibanga entame l'année de la confirmation mais a eu des problèmes disciplinaires ces derniers mois. Il est susceptible de devenir le remplaçant attitré de Legear, Suarez évoluant alors davantage en second avant-centre. La défense a globalement été stable durant la saison du titre mais Mazuch, Juhasz, Deschacht et Gillet ont rarement été blessés ou suspendus. Le compartiment est peu étoffé. Van Damme n'a pas été remplacé dans l'entrejeu, le club ayant préféré quelques changements dans l'occupation de terrain. Le secteur offensif est impressionnant. Anderlecht semble être le principal candidat à sa succession mais il est conscient que, contrairement à l'impression donnée la saison passée, tout ne s'est pas toujours déroulé aisément. PAR JAN HAUSPIE